Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce David Gedge - The Wedding Present
Conférence de presse  (La Route du Rock 2005)  12 août 2005

1987 David Gedge fonde The Wedding Present qui en 10 ans va devenir une formation culte pop indé avant de se consacrer à un nouveau projet Cinerama qui sera injustement sous estimé.

En 2005, The Wedding Present revient sous les feux des projecteurs avec l'album Take Foutain et une tournée qui passe notamment par la France.

Aves son allure d'éternel adolescent, David Gedge vieillit bien, le cheveu plus noir que jamais, le sourire craquant même s'il commence très sérieux cette conférence de presse.

Il n'a pas vu le temps passer et ne formule aucun pronostic sur la suite des événements allant même jusqu'à évoque rune possible retraite. Quand on l'a vu sur scène, on en doute…

Pour quelles raisons avez-vous re-former The Wedding Present ?

David Gedge : Quand nous avons commencé à travailler pour un nouvel album de Cinerama, nous nous sommes rendus compte que les morceaux ressemblaient de plus en plus à ceux du Wedding Present. Nous avons fait une session pour John Peel à la BBC en tant que Cinerama et les ingénieurs du son nous ont confirmé cette évolution du fait des guitares plus acérées, des arrangements qui étaient moindres, l'absence de trompette. Donc, il n'y a eu qu'un changement d'étiquette pour l'album "Take fountain" qui a donc été sorti sous le nom de Wedding Present.

Et donc il n'y a pas d'arrière pensée comme c'est parfois le cas pour la mode du come back des groupes anciens ?

David Gedge : Ce n'est pas vraiment un come-back. Simplement le temps était venu pour faire un album de Wedding Present. Ce n'est d'autant pas un come back que je joue avec de nouveaux musiciens et que si nous avions reformés Wedding Present, il y aurait eu 15 personnes sur scène.

La confusion était possible effectivement.

David Gedge : Je vivais aux Etats unis et en revenant au printemps j'ai été un peu étonné par tous ces groupes comme Franz Ferdinand qui sonnent comme les groupes des années 80. Pour Wedding Present, il n'y a pas d'opportunisme derrière ce qui est simplement naturel.

Cela semble logique de vous retrouver à la Route du Rock puisque The Wedding Present a fait partie de tous les groupes qui ont fait la réputation du festival. Qu'en pensez-vous

David Gedge : C'est tout à fait étrange et en même temps cela paraît logique compte tenu de la programmation de cette année.

Puisqu'il ne s'agit pas d'une retour mais d'une continuité, y aura-t-il d'autres albums sous le nom de The Wedding Present ?

David Gedge : Je n'ai pas de plan préétabli. Je ne sais pas ce qu'il adviendra après la fin des concerts donnés à l'occasion de l'album Take Fountain. Je jouis d'une certaine liberté et tout dépendra de l'écriture des morceaux. Ce sera peut être des morceaux pour Cinerama. Peut être prendrai-je ma retraite.

20 ans de métier implique-t-il de prendre déjà sa retraite ?

David Gedge : L'année dernière en Allemagne, un journaliste, avec un tact tout allemand, m'a fait remarqué qu'une telle longévité justifiait une retraite bien méritée. Je me suis écrié : "Non, non, ça fait 15 ans à peine !". J'étais très surpris mais c'était vrai. Je ne me suis pas rendu compte que le temps était passé si vite.

Quand vous avez commencé pensiez-vous que cela durerait si longtemsp ?

David Gedge : Non, pas du tout. Je n'étais pas assez présomptueux pour penser que je pourrais rester sur scène pendant 30 ans comme les Rolling Stones. Cela étant, cela me fait très plaisir.

Tous les fans de The Wedding Present se souviennent de la série de singles mensuels qui a ensuite figuré sur une compilation. Auriez-vous envie de réitérer et cela serait possible aujourd'hui compte tenu du marché du disque ?

David Gedge : Cela représentait un travail considérable. Je pense que ce serait possible au niveau du marché du disque mais je ne souhaite pas refaire. Cela doit rester unique et cela s'insérait dans la logique et l'envie du moment.

Sur les faces B, il s'agissait de cover. Y a-t-il aujourd'hui des artistes dont vous souhaiteriez faire des reprises ?

David Gedge : Natacha Bedingfield…. Il faudrait y réfléchir.

Vous n'avez jamais d'albums de reprises. Cela est-il envisageable ?

David Gedge : J'aime faire des reprises qui est une façon de se réapproprier les morceaux mais je n'y ai pas vraiment songé. Ce n'est pas au programme.

Quelle sera l'actualité de the Wedding Present pour le reste de cette année après Saint Malo ?

David Gedge : La tournée a été assez intense et finira en novembre.

N'avez-vous pas été un déçu de l'accueil très frileux qui avait été fait à Cinerama ?

David Gedge : Cinerama était un nouveau groupe et les gens sont souvent paresseux pour découvrir de nouvelles choses et disaient : "Tiens encore un nouveau groupe de David Gedge !". Je trouve cela dommage car ce groupe a été sous estimé mais c'est du passé.

Quel regard portez-vous sur la période Cinerama ? Etait-ce une pause que vous preniez par rapport à The Wedding Present ou l'envie d'explorer un autre registre musical ?

David Gedge : Oui. En 1996, j'ai éprouvé le besoin de faire un break après une période très intense de travail. Et puis, j'ai eu réellement envie de faire une autre sorte de musique. Et il est certain qu'au début Cinerama était totalement différent de Wedding Present. Mais au fil du temps, la différence s'est considérablement estompée.

L'album "Take fountain" réalise cette synthèse entre les registres des deux groupes car on y retrouve les guitares rentre-dedans de The Wedding Present et l'orchestration propre à Cinerama ?

David Gedge : Oui, tout à fait.

Pensez-vous que votre présence à la Route du Rock peut faire découvrir le groupe aux nouvelles générations ?

David Gedge : Je ne sais pas. Et je n'y prête pas trop attention. Car The Wedding Present n'a jamais fait partie des groupes très médiatisés ou à la mode qui voulaient plaire à tout prix. Mais si c'est le cas tant mieux. Sinon, ce n'est pas grave.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de David Gedge (The Wedding Present) (16 mars 2005)
La chronique de l'album Seamonsters de The Wedding Present
La chronique de l'album Hit Parade de The Wedding Present
La chronique de l'album Bizarro de The Wedding Present
La chronique de l'album Take fountain de The Wedding Present
La chronique de l'album Search for paradise de The Wedding Present
La chronique de l'album Live de The Wedding Present
La chronique de l'album Valentina de The Wedding Present
Articles : The Wedding Present - Le retour
The Wedding Present en concert à La Maroquinerie (16 mars 2005)
The Wedding Present en concert au Festival International de Benicassim 2005 (dimanche)
The Wedding Present en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The Wedding Present en concert au Trabendo (25 octobre 2005)
The Wedding Present en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008
The Wedding Present en concert à L'Ubu (lundi 22 octobre 2012)

En savoir plus :

Le site officiel de The Wedding Present

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie )


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 avril 2021 : Culture en résistance

Nous avons rencontré des acteurs du monde de la culture pour évoquer leurs situations mais aussi l'avenir. Le replay intégral est à voir dès maintenant sur la TV de Froggy's Delight. Pour le reste, voici le programme de la semaine. Et surtout, restons groupés.

Du côté de la musique :

"In time Brubeck" de Duo Fines Lames
"Navegar" de Joao Selva
"Le style (avec Guillaume Long et Flavien Girard" la 8ème émission de Listen In Bed
"Dusk" de Paddy Sherlock
"Live at the Berlin philarmonie 1969" de Sarah Vaughan
Les petites découvertes de la semaine en clips avec : Hanna & Kerttu, Texas, A Certain Ratio, Johnny Mafia, Chevalrex + Thousand
et toujours :
"Caillou" de Gisèle Pape
"Sauvé" de It It Anita
"Goes too far" de Olivier Rocabois
"Morricone stories" de Stefano Di Battista
"Le fruit du bazar" de Alex Toucourt
"Bento presto" de Caribou Bâtard
"De mort viva" de Sourdure
"Mistake romance" de Tristan Melia
"Courtesy of Geoff Barrow : Unsung Heroes" le mix #18 de Listen In Bed
Des petites découvertes en clip : O' Lake, Luwten, Corentin Ollivier, Ghern et Old Caltone

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"La passion selon saint Matthieu" de Bach par Romeo Castellucci
"War sweet war" de Jean lambert-Wild
"Les Sœurs Macaluso" d'Emma Dante
"Monkey Money" de Carole Thibaut
"Une heure de tranquillité" de Florian Zeller
"Le Dernier jour du jeûne" de Simon Abkarian
"La Ronde" de Boris Charmatz

Expositions :

en virtuel :
"Le Grand Tour, voyage(s) d'artistes en Orient" au Musée des Beaux-Arts de Dijon
"La Fabrique de l'Extravagance" au Château de Chantilly
"La Police des Lumières" aux Archives nationales
"D'Alésia à Rome" au Musée d'Archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye
"Pompéi, un récit oublié" Musée de la Romanité à Nîmes
et un documentaire : "Les trésors des hôtels particuliers : Du Marais aux Champs Elysées"

Cinéma :

at home :
"Où vont les chats après 9 vies ?" de Marion Duhaime
"Stuck Option" de Pierre Dugowson
"La fête est finie" de Marie Garel-Weiss
"1991" de Ricardo Trogi
"Généalogies d'un crime" de Raoul Ruiz
"L'été de Kikujiro" de Takeshi Kitano
"Le retour de la panthère rose" de Blake Edwards

Lecture avec :

"Elmet" de Fiona Mozley
"Le savoir grec" de Jacques Brunschwig, Geoffrey Ernest Richard Lloyd & Pierre Pellegrin
"Seul entouré de chiens qui mordent" de David Thomas
"Sur la route, vers ailleurs" de Benjamin Wood
et toujours :
"Biotope" de David Coulon
"Ces petits riens qui nous animent " de Claire Norton
"Dernières nouvelles de Sapiens" de Silvana Condemi & François Savatier
"Eat, and love yourself" de Sweeney Boo
"Giants : Brotherhood" de Carlos & Miguel Valderrama
"L'art du sushi" de Franckie Alarcon
"L'île sombre" de Susanna Crossman
"La rivère des disparues" de Liz Moore
"Pourquoi le nord est-il en haut ?" de Mick Ashworth

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=