Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hugh Coltman
Who's happy ?  (Okeh / Sony Music)  mars 2018

Carrément plus Baloo-qui-se-balance-aux-branches que les-chants-de-coton-dans-mes-guitares, Hugh Coltman débarque dans le salon avec ses cuivres et ses cordes pour Who’s happy ?, direct from la Nouvelle Orléans, pas la misérable oubliée sous les ouragans, mais la flamboyante capitale du jazz en fourreau et gants blancs.

Et ça fait du bien. Après son hommage fort apprécié à Nat King Cole, Hugh Coltman vogue vers la Nouvelle Orléans avec une bande de musiciens et le guitariste et co-réalisateur de l’album : Freddy Koella. Et cette voix, ah cette voix, de la douceur du chocolat au caractère du piccalilli, c’est la passion aux quatre vents et la colère exprimée, à la fois le murmure et le cri.

Le jazz est sans frontière, c’est lui l’australopithèque du rock et du hip-hophop, le patient zéro de nos tristesses et le mâle alpha qui dirige nos cœurs vers la lumière. Le jazz, c’est un chant envoûtant et une musique rythmée de basses cardiaques. Le jazz parle à l’âme et à l’intrépide qui ne sommeille jamais bien loin. N’en déplaise aux concupiscents et aux cons, à tous ceux qui sans ces mots n’auraient pas de sens : le jazz n’est pas réservé à une classe en particulier, il louvoie entre les particules élémentaires des atomes.

Hugh Coltman l’a bien saisi et le transmet avec humilité en onze titres planants entre contemplation et dégustation. Presque pas complètement tout en anglais, l’album se fait swing pour la reprise de Charles Sheffield "It’s Your Voodoo Working" en brass band de cuivres et de percussions répondant aux cordes de la guitare blues.

Hugh Coltman susurre une vibrante déclaration à son fils dans "Little Big Man", tout en délicats pincements de cordes acoustiques et paroles sincères. Et c’est en compagnie de Mélissa Laveaux qu’il amorce un titre en français (presque pas tout) "Hand Me downs", à la mélodie de comptine furieusement accrocheuse.

Il semble que le jazz soit initialement conçu pour la danse, et Who’s Happy ? s’approprie le concept avec brio, passant d’un morceau taillé pour la biguine au soleil "Civvy Street", à l’élégants fox trot de "The Sinner". Certes, vous pouvez aussi danser sur le comptoir ou savourer les notes sous la couette, libre à vous d’interpréter le moment comme bon vous semble. Ce qui est certain, c’est que le dandy ne laisse pas indifférent.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Stories From The Safe House de Hugh Coltman
La chronique de l'album Shadows, Songs of Nat King Cole de Hugh Coltman
Hugh Coltman en concert à L’Alhambra (11 mars 2009)
Hugh Coltman en concert à Paléo Festival #34 (2009)
L'interview de Hugh Coltman (21 novembre 2008)

En savoir plus :
Le site officiel de Hugh Coltman
Le Soundcloud de Hugh Coltman
Le Facebook de Hugh Coltman


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=