Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Polyphonic Spree
Conférence de presse  (La Route du Rock 2005)  14 août 2005

Tim DeLaughter, le mentor du groupe The Polyphonic Spree s'est présenté seul, mais en tenue de scène, pour la conférence de presse.

Les autres membres ont néanmoins rejoint l'espace presse quelque temps après pour la traditionnelle photo de groupe réclamée par les journalistes de presse écrite.

Plutôt cool mais néanmoins déterminé, séduisant et persuasif, il nie être un baba-cool ou un hippie. Après avoir entendu ses propos et vu le show, difficile d'être totalement convaincu.

Nous n'avons pas tout le groupe aujourd'hui pour la conférence de presse.

Tim DeLaughter : Non car aujourd'hui est une journée de relâche pour les membres du groupe car nous avons eu une tournée intense.

Quel a été le périple accompli par The Polyphonic Spree avant la Route du Rock ?

Tim DeLaughter : Nous avons commencé il y a 10 jours par l'Espagne, à Benicassim puis nous sommes allés en Allemagne, en Norvège et en Suède. Je vous demande de bien vouloir nous excuser mais nous sommes vraiment fatigués après cette tournée et tout le monde avait besoin d'une journée de pause. Ce fût vraiment fou.

Avant The Polyphonic Spree vous jouiez dans un groupe classique de pop Tripping Daisy. Comment êtes-vous venu à créer un groupe de 23 membres plus orchestral ?

Tim DeLaughter : Je suis resté au sein de Tripping Daisy pendant 10 ans qui était un groupe de pop rock qui a tenté d'y incorporer des éléments plus expérimentaux sans y parvenir réellement et que nous avons maintenant avec The Polyphonic Spree. Quand le groupe s'est dissous, j'ai décidé de faire un break avec la musique puis j'y suis revenu avec le projet de combiner la musique symphonique avec le rock pour créer un son plus orchestral et que 10 personnes chantent au lieu d'une seule. Pour avoir un son spécifique.

Quel était le nom de votre grand succès avec Tripping Daisy ?

Tim DeLaughter : "I got a girl". C'est ma femme. Depuis 21 ans.

Comment se passe la composition des morceaux au sein d'un groupe de 23 personnes ?

Tim DeLaughter : Généralement j'apporte une chanson composée au piano ou à la guitare et les musiciens ensuite improvisent à partir de cette trame. Nous en parlons et nous jouons ensemble et quand il se dégage quelque chose de joli nous le retenons et nous le combinons avec la chanson. Je me suis entouré de musiciens non pas qui lisent et se contentent de jouer la musique mais qui sont capables d'improviser. Nous passons donc par un travail plus spontané d'improvisation qui ensuite se trouve encadré par un format chanson.

Vous avez fait une reprise de chanson de Noël de John Lennon. Pourquoi ne pas faire votre propre chanson de Noël ? Vous n'aviez pas suffisamment confiance en vous ?

Tim DeLaughter : Ce n'est pas par manque de confiance car nous avons nos propres chansons de Noël mais on nous a demandé de faire cette reprise et nous avons accepté. Nos chansons de Noël feront d'ailleurs l'objet d'un album qui sortira l'année prochaine.

Lors de la constitution du groupe, vous avez eu le parrainage de Grandaddy et de David Bowie. Pourquoi ont-ils accepter de vous parrainer ?

Tim DeLaughter : J'espère que c'est pour la musique ! Je connaissais Grandaddy dont nous avions assuré les premières parties au South By South West music Conference à Austin au Texas.

En 2002 David Bowie nous a invité à jouer à Londres au festival Meltdown qu'il organise. Ce fût un très bon concert et deux ans après, quand il a fait sa tourné en Amérique du Nord, ils nous a demandé de faire sa première partie.

Qui définit la ligne musicale du groupe ?

Tim DeLaughter : Moi.

La composition du groupe est-elle pérenne et qu'y a-t-il de commun entre tous les membres du groupe qui explique sa longévité a lors que des groupes plus restreints peuvent être amenés à splitter très rapidement ?

Tim DeLaughter : Nous gardons les mêmes membres aussi longtemps que nous pouvons. La composition est identique depuis de début à part quelques personnes qui n'ont pas pu pour des raisons personnelles, comme le mariage ou la naissance d'enfants, continuer à assurer les concerts. Les membres du groupe y restent parce qu'ils y ont chacun un véritable investissement musical. J'écris les chansons mais chacun improvise sa partition musicale pour son instrument. Chaque musicien jouit donc d'une grande liberté même si j'écris la chanson et suis le principal instigateur des morceaux.

Et puis, The Polyphonic Spree est un groupe de rêve pour les musiciens qui jouent d'un instrument symphonique. Ainsi, la musicienne qui joue de la harpe classique ne pourrait pas jouer dans un groupe de rock ni dans aucun autre groupe autre. J'aime à penser que la cohésion vient donc de la musique.

The Polyphonic Spree véhicule une image de revival de communautés des années 70 comme les hippies. Le groupe vit-il en communauté ?

Tim DeLaughter : Nous ne vivons pas en communauté. Nous ne sommes pas un groupe hippie et je ne me considère pas personnellement comme un hippie et je ne pense pas avoir aucun membre qui le soit dans mon groupe. Nous portons tous des vêtements identiques sur scène, que nous appelons des robes, pour que l'attention des spectateurs ne soit pas détournée par les tenues personnelles des musiciens ou des chanteurs. Et puis c'est magnifique de nous voir tous ainsi vêtus quand nous jouons et chantons. L'image est très belle. C'est de l'art. C'est ma belle-mère qui a confectionné ces robes que j'ai imaginées avec elle. Cela crée l'unité du groupe et n'a pas d'autre signification.

Au début du groupe, pour le premier album, vous portiez des robes blanches. Le fait qu'elles soient colorées maintenant revêt-il une signification particulière ?

Tim DeLaughter : Les robes étaient blanches car nous projetions des images sur les robes. Ensuite, il y a eu une bande de couleur rouge en bas. Pour la tournée européenne, je voulais de nouvelles robes et j'ai trouvé que ces couleurs étaient plus jolies.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Yes, It’s True de The Polyphonic Spree
The Polyphonic Spree en concert au Festival La Route du Rock 2005 (Dimanche)
The Polyphonic Spree en concert au Festival International de Benicassim 2005 (jeudi)
The Polyphonic Spree en concert au Festival La Route du Rock 2005 (dimanche)

En savoir plus:

Le site officiel de The Polyphonic Spree

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie )


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=