Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sébastien Schuller
Conférence de presse  (La Route du Rock 2005)  13 août 2005

Avec les drôles de mélodies qui naviguent entre pop acoustique et électro planante, on embarque volontiers sur le navire de l'album Happiness de Sébastien Schuller.

Après le Festival Indétendances à Paris Plage, il se produisait sur la Plage de Saint Malo dans le cadre du Festival de la Route du Rock 2005.

Quelle musique écoutez-vous ?

Sébastien Schuller : J'écoute beaucoup de pop anglaise comme beaucoup d'entre nous. Mes frères et sœurs écoutaient beaucoup King Crimson, les Pink Floyd. J'ai bien aimé la période new wave avec des groupes comme Depeche Mode qui m'a ouvert sur la pop song. Maintenant j'écoute un peu de tout ; Des groupes comme Animal collective m'ouvrent l'esprit ; j'adore leur concert de création d'un nouveau langage sans s'imposer de barrière, sans rechercher la pop song parfaite et délicate qui est un peu mon travers. Ils ont eu de la chance de se rencontrer car souvent les musiciens ont tendance à se freiner. Toujours des choses plutôt mélodiques.

Une collaboration avec Animal Collective vous tenterait-il ?

Sébastien Schuller : Oui et nous y avons déjà pensé mais cela prendrait la forme de bribes musicales qu'on se transmettrait via internet pour reconstruire pou déstructurer chacune des sources. Maintenant que j'en parle cela prend un peu une allure d'engagement.

Etes-vous déjà dans l'après de "Happiness" votre dernier album ?

Sébastien Schuller : Il y a déjà beaucoup de compos qui ne figurent pas dans l'album mais qui feront peut être office d'inédits sur un EP parallèle. Il y a un ou 2 autres morceaux inédits mais rien en stock. En revanche, j'ai vachement envie de composer ce que je n'ai pas pu faire cette dernière année. Donc je vais m'y remettre. Certains de vos morceaux sont assez cinétiques.

Seriez-vous intéressé par l'écriture de musique de films ?

Sébastien Schuller : Je l'ai déjà fait en partie puisque j'avais composé un ciné mix pour une seule représentation d'un film muet des années 20 (Ndlr : "Man with a movie camera" de Dziga Vertov) dont le sujet me touchait tout particulièrement. J'aimerais bien le peaufiner pour le représenter et éventuellement le publier. On m'a également proposé de faire de musiques de films donc je vais sans doute en accepter une pour un jeune réalisateur. Mais tout est affaire de rencontres et d'affinités.

Quelle est la différence entre la musique studio et le concert ?

Sébastien Schuller : Il est difficile d'être juge et partie. Mais les gens trouvent qu'en concert c'est plus organique, plus joué, plus rock aussi. Nous avons des morceaux qui sont joués en live de façon plus longue ce qui nous donne plus de liberté.

Bien qu'imprégné de musique anglosaxonne, y a-t-il des français que vous appréciez?

Sébastien Schuller : J'aime beaucoup Daniel Darc. Son dernier album est magnifique. Ensuite, il y a des morceaux qui font partie de la culture musicale française mais j'ai très peu de disques français chez moi.

Et dans les groupes actuels ?

Sébastien Schuller : Je trouve M83 ou Syd Matters super doués.

Votre voix est assez proche de celle de Radiohead. Est-ce une influence que vous revendiquez ?

Sébastien Schuller : Oui, je revendique sans problème. J'ai beaucoup écouté OK Computer qui est un classique rock. Après les influences sont multiples et interpénétrées. Ainsi je peux être très inspiré par le côté pop song très efficace de Depeche Mode et je ne pense pas que cela se ressente dans ma musique.

Des collaborations avec les groupes français que vous citez sont-elles envisageables ?

Sébastien Schuller : Cela pourrait m'intéresser mais cela dépend beaucoup du temps de chacun.

L'électro vous intéresse ?

Sébastien Schuller : Oui. Je pense que "Edward's hand" se rattache plus à ce genre de musique ; Ce qui m'intéresse aussi est le mariage de l'électro et de l'organique.

Vous êtes un psychopathe des vieux synthés ou des farfisas ?

Sébastien Schuller : Oui mais j'ai un tout petit appartement. Donc je n'ai qu'un synthé et souvent par frustration je crée des sons qui sont assez organiques et proches de ceux rendus par des instruments que je ne peux avoir.

En studio j'ai eu accès à du vieux matériel dont un Chamberlain des années, l'ancêtre du mélotron, dans lequel chaque instrument correspond à une bande qui tourne en dessous. En plus, il avait été utilisé pour les albums de Low et de David Bowie. C'est assez impressionnant de jouer sur ce genre d'instrument. Malheureusement je n'y ai accès que lors de la production. Si j'avais la place. Enfin , si j'avais déjà un piano ce serait pas mal.

Votre album est-il sorti dans les pays anglosaxons ?

Sébastien Schuller : Non. Il est sorti en Espagne et en Belgique. Ensuite il faudrait rencontrer un distributeur capable de s'en occuper.

Vous étiez à 14 h à la Plage pour un DJ set ce qui nous éloigne un peu du Chamberlain. Y a-t-il une frontière pour vous entre ces 2 exercices, entre l'électronique pure de mix et la composition ?

Sébastien Schuller : Pour moi, l'électronique pure de mix c'est juste de passer des disques pour faire partager des musiques que l'on aime. Et tout le monde peut le faire. J'ai tenté pendant un court moment de jouer un morceau et de chanter un peu timidement en direct un morceau qui est sur disque mais que l'on n'a pas repris en live avec le groupe. C'est un essai. Je peux aussi concevoir le mix ou l'espérer de manière plus interactive. Par exemple en plaçant des morceaux à soi dans un autre morceau et intervenir au clavier ou au chant. C'est un aspect que je veux développer car j'ai l'occasion parfois de mixer et je trouve cela plus ludique.

Quel était le programme du mix de cet après midi ?

Sébastien Schuller : Il y a eu Animal Collective, Gain Gain Dance, Flotation Toy Warning, Arcade Fire, The Knife des suédois qui font de l'électro mais qui ont une ballade très épurée…

Pour le moment cette activité de mix n'est pas intégrée dans l'immédiat dans les compositions de Sébastien Schuller ?

Sébastien Schuller : Non, car la manière dont je le fais actuellement n'apporte pas énormément de choses. C'est plutôt ludique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Happiness de Sébastien Schuller
La chronique de l'album Evenfall de Sébastien Schuller
La chronique de l'album Heat Wave de Sebastien Schuller
Sébastien Schuller en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Sébastien Schuller en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Sébastien Schuller en concert à La Cigale (18 juin 2009)
L'interview de Sébastien Schuller (avril 2009)

En savoir plus :

Le site officiel de Sébastien Schuller

Crédits photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie )


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=