Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Big Bang - Destruction et création dans l'art du 20ème siècle
Centre Pompidou  (Paris)  Du 15 juin 2005 au 27 février 2006

Le Centre Pompidou a profité de la fermeture alternée des deux étages du Musée National d'Art Moderne (MNAM), rendue nécessaire pour la rénovation du système anti-incendie, pour élaborer une exposition exceptionnelle qui, à travers 850 œuvres, propose une "nouvelle lecture de l'histoire de l'art comme champ ouvert à l'expérimentation".

Il en résulte une exposition pluridisciplinaire dense et très riche dans laquelle le 20ème siècle est envisagé comme le siècle du Big bang pendant lequel l'art s'est complètement renouvelé selon un schéma de destruction créative.

Dans un siècle troublé par la guerre, de la destruction à la construction-déconstruction pour aboutir au réenchantement, les artistes explorent toutes les voies de l'archaïsme et de la subversion, puisant également leur énergie dans la mélancolie et le sexe.

Côté logistique, des cartels explicatifs pour chaque salle et un guide gratuit d'une vingtaine de pages permettent au visiteur de suivre pas à pas, avec intelligence et accessibilité, un parcours balisé en huit grandes étapes au sein desquelles les oeuvres font l'objet d'un regroupement thématique.

Une exposition à voir et à revoir, en prenant le temps de se poser dans chaque salle que nous vous proposons de découvrir en deux épisodes : le big bang conduisant au ré-enchantement et les forces créatrices.

Au début régnait la destruction

Revendiquant tout simplement la liberté, les artistes se sont affranchis des diktats de l'académisme pour faire de l'art un véritable terrain d'expérimentation et tous les mouvements artistiques du 20ème siècle ont travaillé la forme en partant de sa destruction.

Cette destruction vise bien évidemment en premier lieu le sujet, l'homme, dont le visage et le corps est soumis à toutes les distorsions ("Three figures in a room" de Francis Bacon derrière "Femme se coiffant" de Julio Gonzales).

La métamorphose de l'homme moderne passe par la défiguration qui atteint d'abord le visage ("Les vases communicants" de Diego Rivera).

Ne reste qu'une vague forme humaine ("Autoportrait "pour la période bleue d'Yves Klein) rescapée du chaos final pétrifié ("The clamdigger" de Willem De Kooning avec en arrière plan les corps incandescents flottant dans le néant de "Duueh" de Daniel Richter)

voire mutant (Thomas Schutte), parcellaire ("Mes vœux" d'Annette Messager) ou ectoplasmique ("Starfinger angel" de Bruce Conner).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La destruction intervient également au niveau des formes ("Number 26 A Black and white" de Jackson Pollock)

 

 


 

et de la couleur qui tend au monochrome. ("Plaster surrogates" d'Akkan Mac Collum).

 

 

 

 

Les formes se troublent pour céder le pas à la rigueur géométrique ("Auf Weiss II" de Kandinsky et salon de Marcel Breuer).

Le passage à l'horizontal ("Expansion n°14" de César) et la définition de l'espace géométrique ("Stack" de Donald Judd) imposent la grille comme système structurant

De ce chaos naîtront l'abstraction et la notion d'art total pour instaurer une nouvelle vision du monde.

Puis est venu le temps de la construction-déconstruction

L'énergie constructrice passe souvent par des procédures physiques violentes, de la compression ("Compression Ricard" de César, "La valise transport d'humains" de Didier Fiuza Faustino) à l'éclatement ("Les éclats" de Buren, "Chopin's Waterloo" d'Arman, "Tir" de Niki de Saint Phalle).

Elle emprunte également des voies théoriques en s'intéressant à des représentations inédites comme l'irrationel résultant de l'aléatoire ("L'oeil cacodylate" de Picabia), le bouleversement du réel avec l'échelle aberrante ("L'âne vêtu d'une peau de lion" de Raymond Haines) ou le jeu du miroir,

 

l'anti-forme par l'utilisation du mou (Robert Morris Wall Hanging Piero Gatti Sacco, Barry Flanagan Casb 1'67),

 

 

 

 

le dépassement des couleurs pour voguer vers avec l'abîme libre blanc défini par Kasimir Malévitch ("Chapter de Robert Ryman, "Achrome" de Piero Manzoni et "Superficie angolare bianca  n°6" d'Enrico Castellani).

 

 

La représentation a cédé le pas à la conceptualisation qui se veut également sollicitation permanente du spectateur.

Vers le réenchantement

L'exposition referme le livre du voyage dans l'art du 20ème siècle avec l'installation visuelle et sonore "Five Angels for the Millenium" de Bill Viola qui propose au visiteur de s'immerger dans une expérience sensorielle de ressourcement.

Et Picasso, Giacometti, Chirico, Dali et Sonia Delaunay et les autres? A vous de les retrouver au fil de d'exposition.

 

Crédits photos : Thomy Keat (sauf 14, 15 et 16 MM)
avec l'aimable utorisation du CNAC.


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=