Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'avenir dure longtemps
Maison des Métallos  (Paris)  mars 2018

Monologue dramatique d'après l'autobiographie de Louis Althusser interprété par Angelo Bison dans une adaptation et une mise en scène de Michel Bernard.

"L'avenir dure longtemps" est un texte que Louis Althusser n'a pas publié de son vivant. Il faut dire qu'il s'agit d'une analyse très acérée, et sans doute unique dans les annales, des raisons qui ont poussé un homme reconnu comme un esprit supérieur, un philosophe communiste qui avait rénové la pensée marxiste et en était peut-être le dernier grand penseur, à étrangler sa femme Hélène.

Ceux qui n'auront pas lu préalablement ce texte seront saisis très vite par sa qualité singulière et n'auront aucun mal à reconnaître qu'outre la force du témoignage, de l'introspection qu'Althusser procède sur lui-même pour comprendre la genèse de son acte meurtrier, il s'agit là d'un des plus beaux morceaux de la littérature contemporaine. Nul doute qu'on le lira longtemps et que d'autres adaptations suivront celle limpide et profondément juste de Michel Bernard.

Quant à ceux qui sont venus en toute connaissance de cause, ils seront tétanisés par le travail de l'acteur pour s'approprier Louis Althusser. Angelo Bison fait ainsi preuve d'une intelligence aigüe et d'une sensibilité à fleur de peau pour montrer comment Hyde et Jekyll cohabitent dans les mots du philosophe rongé par une démence qu'on lui prédisait précoce dès sa première expérience de la nuit psychiatrique.

Pour renforcer l'effet de ce texte "clinique" apparemment froid, Antonio Bison quitte le calme d'un récit qui avance pas à pas pour pousser quelques plaintes de loup qui déchirent le plateau. Rares sont les acteurs qui savent percevoir l'état de folie sans qu'on y sente toute leur technique de jeu. Ce n'est pas le cas de l'acteur belge qui n'a besoin que d'un visage tragique, presque au bord de larmes qu'on devine avoir déjà jailli avant que le philosophe se résigne à se raconter aussi à vif.

On pressent également toute la phase d'intériorisation que le metteur en scène et son acteur ont dû mettre au point avant même de commencer à étudier comment jouer ce texte qui ne peut laisser son acteur indemne, selon la formule qui, pour une fois, à tout son sens hors du cliché.

Pour dédramatiser, si cela est possible, Michel Bernard a pu aussi s'appuyer sur la belle scénographie de Thomas Delors qui place l'acteur dans un environnement presque zen : un sol qui pourrait être celui d'un jardin japonais, un grand drap blanc juste derrière l'espace où évolue Bison qui cache en partie une grande fenêtre où l'on verra de la neige tomber, des nuages s'accumuler ou une opacité plus noirâtre prendre le dessus.

Cette structure vidéo est due à Marie Kasemierczak, également créatrice d'une lumière subtile qui peut évoluer fortement mais sans jamais déstabiliser l'acteur qu'on sent au plus profond de son personnage, devant sans cesse éviter d'être happé par son intelligence délétère et morbide.

On dira qu'Angelo Bison fournit une prestation incomparable et qu'on a presque honte d'employer des mots que l'on a déjà employés pour d'autres tant il est ici l'Acteur avec un gigantesque "A" comme Admirable.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=