Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'avenir dure longtemps
Maison des Métallos  (Paris)  mars 2018

Monologue dramatique d'après l'autobiographie de Louis Althusser interprété par Angelo Bison dans une adaptation et une mise en scène de Michel Bernard.

"L'avenir dure longtemps" est un texte que Louis Althusser n'a pas publié de son vivant. Il faut dire qu'il s'agit d'une analyse très acérée, et sans doute unique dans les annales, des raisons qui ont poussé un homme reconnu comme un esprit supérieur, un philosophe communiste qui avait rénové la pensée marxiste et en était peut-être le dernier grand penseur, à étrangler sa femme Hélène.

Ceux qui n'auront pas lu préalablement ce texte seront saisis très vite par sa qualité singulière et n'auront aucun mal à reconnaître qu'outre la force du témoignage, de l'introspection qu'Althusser procède sur lui-même pour comprendre la genèse de son acte meurtrier, il s'agit là d'un des plus beaux morceaux de la littérature contemporaine. Nul doute qu'on le lira longtemps et que d'autres adaptations suivront celle limpide et profondément juste de Michel Bernard.

Quant à ceux qui sont venus en toute connaissance de cause, ils seront tétanisés par le travail de l'acteur pour s'approprier Louis Althusser. Angelo Bison fait ainsi preuve d'une intelligence aigüe et d'une sensibilité à fleur de peau pour montrer comment Hyde et Jekyll cohabitent dans les mots du philosophe rongé par une démence qu'on lui prédisait précoce dès sa première expérience de la nuit psychiatrique.

Pour renforcer l'effet de ce texte "clinique" apparemment froid, Antonio Bison quitte le calme d'un récit qui avance pas à pas pour pousser quelques plaintes de loup qui déchirent le plateau. Rares sont les acteurs qui savent percevoir l'état de folie sans qu'on y sente toute leur technique de jeu. Ce n'est pas le cas de l'acteur belge qui n'a besoin que d'un visage tragique, presque au bord de larmes qu'on devine avoir déjà jailli avant que le philosophe se résigne à se raconter aussi à vif.

On pressent également toute la phase d'intériorisation que le metteur en scène et son acteur ont dû mettre au point avant même de commencer à étudier comment jouer ce texte qui ne peut laisser son acteur indemne, selon la formule qui, pour une fois, à tout son sens hors du cliché.

Pour dédramatiser, si cela est possible, Michel Bernard a pu aussi s'appuyer sur la belle scénographie de Thomas Delors qui place l'acteur dans un environnement presque zen : un sol qui pourrait être celui d'un jardin japonais, un grand drap blanc juste derrière l'espace où évolue Bison qui cache en partie une grande fenêtre où l'on verra de la neige tomber, des nuages s'accumuler ou une opacité plus noirâtre prendre le dessus.

Cette structure vidéo est due à Marie Kasemierczak, également créatrice d'une lumière subtile qui peut évoluer fortement mais sans jamais déstabiliser l'acteur qu'on sent au plus profond de son personnage, devant sans cesse éviter d'être happé par son intelligence délétère et morbide.

On dira qu'Angelo Bison fournit une prestation incomparable et qu'on a presque honte d'employer des mots que l'on a déjà employés pour d'autres tant il est ici l'Acteur avec un gigantesque "A" comme Admirable.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=