Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Madame Marguerite
Théâtre de Poche-Montparnasse  (Paris)  mars 2018

Monologue dramatique écrit par Roberto Athayde interprété par Stéphanie Bataille dans une mise en scène de Anne Bouvier.

Stéphanie Bataille et Anne Bouvier, toutes deux comédiennes et metteuses en scène, en l'espèce respectivement au jeu et à la direction d'acteur, se sont littéralement, et avec pertinence, emparées de "Madame Marguerite", l'emblématique monologue tragi-comique écrit par l'auteur brésilien Roberto Athayde dont sans doute peu de spectateurs auront vu sa mémorable création par Annie Girardot en 1974.

Conçue comme une dénonciation satirico-tragi-comique de la politique dictatoriale sévissant en son temps dans les Etats d'Amérique du Sud, la partition consiste dans le discours directif et impérieux avec lequel, le jour de la rentrée, une institutrice, pour le moins atypique ne serait-ce par qu'elle s'exprime à la troisième personne, accueille ses élèves en posant immédiatement les "règles du jeu" qui s'imposent même par la force sans discussion possible.

Bien évidemment, cette configuration scolaire est purement métaphorique. En effet, il n'est guère inimaginable que, même dans les années post-soixanthuitardes, un enseignant puisse s'exprimer avec une telle trivialité, et encore moins au troisième millénaire en employant des termes tels obéissance, discipline, morale, punition, désormais proscrits du vocabulaire comme synonynes de tyrannie traumatisante pour l'épanouissement personnel des chères têtes blondes au regard de certaines théories éducationnelles prônant l'enseignement participatif négocié avec les élèves.

En revanche, elle trouve à s'appliquer à toute situation impliquant une relation de pouvoir, de surcroît quand elle s'avère liberticide, et, dans cette hypothèse, l'opus reste équivoque dès lors qu'il est difficile de savoir si Madame Marguerite est en proie à une crise de décompensation psychotique, un suppôt du totalitarisme dont elle relaie l'idéologie avec une orthodoxie intégriste ou une rebelle infiltrée qui participe, de l'intérieur, au sabotage du système.

Ou, peut-être, et plus simplement, une humaniste idéaliste et quasi mystique investie d'une mission, celle de tenter de réveiller les consciences apathiques en insistant sur la nécessité de l'acquisition du savoir, de la résistance par l'activation de son libre arbitre et de la vertu morale, pour faire le bien, sur le fil de funambule tendu entre la naissance et la mort qu'est la vie.

Sur scène, devant un incontournable tableau noir, Stéphanie Bataille réalise une superbe performance qui soutient cette ambiguïté, sans cesse réactivée par les ruptures de ton induites par un texte qui caracole entre folie et raison, prédication et analyse métaphysique, que chaque spectateur lève en fonction de sa grille de lecture et de croyances.

De plus, elle ne se contente pas d'interpréter le personnage mais reprend à son compte la passion qui l'anime et les convictions qu'elle partage et ajoute, après les salut, un bref additif délivré en forme de bord de scène dans lequel elle vise les techniques perverses de manipulation des masses, inconnues à l'époque de l'écriture, qui engendrent l'abrutissement et la dépendance consumériste et technologique, l'exigence de conscience morale et l'impératif de connaissance qui passe par l'éducation.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=