Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Otis Stacks
Fashion Drunk  (Underdog Records)  mars 2018

Avez-vous vu ce clip ? L’on peut y suivre les "déboires" d’un panda, son personnage principal. Le nombre élevé de vues (plus de 9 millions) sur YouTube tendrait à laisser penser que le groupe est connu, soutenu. Or, pour l’heure très peu de chroniques sur ce disque, pourtant fameux.

Connaissez-vous l’histoire de Justmike et Elias Wallace ? Non ? Sans doute avez-vous eu connaissance, ou vos oreilles ont-elles entendu, le très classe et très chic "All I want" (avec un sample de trop méconnu Janko Nilovic, réédité sur le même label, par ailleurs très recommandable, que celui qui édite Otis Stacks, ça tombe bien…).

C’est avec ce morceau que Dafuniks, ce groupe de hip-hop danois (si si), a traversé les frontières, par ce morceau également que commence la rencontre entre ces deux-là. Après ce tube, le californien Elias Wallace devient membre du groupe. L’envie de faire un disque tous les deux germe : et on écoute le résultat. Ça s’appelle Otis Stacks : Otis pour Otis Redding, Stacks, en référence à l’immense label du même nom, label qui eut pour "héros" ce même Otis Redding. La couleur est annoncée : ce sera la soul comme fil conducteur.

Mais un soul qui ne s’embrasse pas de faux dilemme comme celui de choisir entre tradition et modernité. Comme si cela avait un sens ! Allier les deux : tradition et modernité, instruments et machines, et le faire comme si cela allait de soi, comme si cela relevait de l’évidence tant l’hommage (malgré le nom du groupe) ne semble jamais cherché.

L’album s’ouvre avec "Fashion Drunk", sorte de hip-hop jazzy (avec le rappeur Gift Og Gab), piano martelé, son d’un grain de vinyle qui tourne, guitare à l’intervention sèche et précise ; délice. S’en suit ("The Game") un morceau plus RnB, soul, des basses bien présentes, un bon groove ; le morceau est plus rond, moins sec.

Le reste de l’album oscille entre ces deux pôles, toujours marqué par ce chant soul.

Deux morceaux plus rythmés "Little pretty" et "Go back to your lover" invitent à un douce danse. Le morceau "9th Street" offre, avec ses petits éclats de guitare du meilleur effet, une soul ronde et prélassante, suave et sensuelle. "Never Stop" en fait de même.

"It’s not real" rappelle l’héritage et donne tout son sens au nom du groupe : bien que produit différemment ce morceau évoque Otis Redding.

Discrétion, délicatesse et raffinement dans la production comme dans les arrangements caractérisent cet album de soul aérienne et épurée.

Loin d’un soul résolument moderne voire avant-gardiste comme celle de Janelle Monae, pas non plus la soul "hommage" de Daptone Records (Sugarman Three, Charles Bradley, Sharon Jones, etc.) mais une aisance à circuler entre tout ça, et cela sans chercher à montrer que l’on sait qu’on le fait. Disque recommandable à ceux qui apprécient, par exemple, A Tribe Called Quest. Sur ce disque ,les effets électroniques se font discrets, les rythmes plutôt hip-hop sont assurés par des machines, les samples jazzy abondants.

Comme si besoin était, un conseil à ces deux-là : "Never stop" ! Cet ultime morceau semble nous dire que ce projet n’est pas qu’un projet bis, qu’un "one shot". Réjouissant.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Otis Stacks
Le Bandcamp de Otis Stacks
Le Soundcloud de Otis Stacks
Le Facebook de Otis Stacks


Francois Montjosieu         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=