Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Margiela, les années Hermès
Musée des Arts Décoratifs  (Paris)  Du 31 mars au 27 août 2018

Depuis 2009, date à laquelle Martin Margiela a quitté le monde de la mode, il est d'usage de dire que celui qui en fut l'homme invisible a disparu des radars alors qu'il n'a jamais été repéré tant il cultivait l'anonymat.

Un anonymat qui était largement compensé par son sens de la médiatisation et de la mise en scène de ses collections qui étaient présentées à la manière d'un happening qui se distinguait des conventionnels défilés sur podium avant que peut-être sou son influence, ceux-ci ne se métamorphosent en véritables shows.

Par ailleurs, Martin Margiela est toujours présent et paradoxalement soucieux de son image, certes à travers ses créations, puisqu'il est le directeur artistique de deux expositions dédiées qui se tiennent simultanément dans deux institutions muséales parisiennes.

D'une part, rive gauche au Palais Galliera avec une rétrospective personnelle, "- Margiela Galliera – 1989-2009" retraçant les vingt collections de la Maison Martin Margiela et, de l'autre côté de la Seine, au Musée des Arts décoratifs avec "Margiela, les années Hermès" qui relate sa collaboration avec la Maison Hermès en tant que directeur artistique des douze collections de prêt-à-porter femme élaborées entre 1997 et 2003.

La monstration conçue sous le commissariat de Marie-Sophie Carron de la Carrière, conservateur en chef audit musée, résulte d'un projet élaboré par Martin Margiela lui-même et consistant en "un dialogue esthétique" entre sa création pour la Maison Martin Margiela et ses productions pour la Maison Hermès.

Cette mise en résonance organisée en séquences thématiques comportant outre les silhouettes, photographies, vidéos, créations sonores et même des tutoriels, se déroule dans une scénographie claire de Bob Verhelst dans les espaces restructurés

Axée sur un bichromatisme franc, avec la couleur du vocable visuel de chacune des deux maisons - le Blanc, couleur fétiche du créateur et de son étiquette dépourvue de griffe, et le Orange du packaging Hermés - elle soutient un appariement résolument didactique.

Margiela - Hermès : la fusion de la tradition et de l'avant-garde

L'exposition répond à la question de la création schizophrénique induite par le fait que Martin Margiela officiait simultanément au sein des deux maisons.

Entre sa création éponyme, et celle pour une des plus anciennes maisons spécialisées dans le luxe et inscrite dans la tradition de l'élégance et du bon goût, le point commun, même s'il excipe d'une mode qui doit s’adresser à tout le monde, réside en une clientèle certes différente mais privilégiée qui n'est pas celle du commun des mortelles.

En travaillant chez Hermès, Martin Margiela n'en modifie pas les codes identitaires par transfusion du total look MMM* ressortant à une mode conceptuelle de "niche" basée sur la déconstruction, le recyclage du vintage et la customisation mais procède de manière "virale" en lui inoculant des gènes sensibles tant majeurs que récessifs.

Ainsi, il impose sa palette de couleurs monochromes, un minimalisme à la japonaise et un "king size" modéré pour décliner ses pièces cultes tels la vareuse et le trench non dans des matériaux pauvres détournés mais des matières nobles et couteuses.

Et les détails d'une tenue sont révélateurs de ce protocole tel le pantalon à poches si naturellement, s'agissant d'une maison qui a commencé par la sellerie, inspirées des sacoches équestres, version luxe des grandes poches des robes à paniers siglées MMM, les fermetures éclairs créant des lacération sur une robe, les boutons de manchette ayant la forme d'une clé de forge et le bustier-chemise.

De l'audace aussi avec le top confectionné à partir d'un sac plastique de supermarhcé porté avec une robe en tricot de coton portée comme jupe.

Le visiteur pourra également découvrir des pièces emblématiques du processus de création de Martin Margiela comme le plastron réalisé par une superposition-accumulation de gants, les escarpins recouverts de ruban adhésif portant la mention"fragile", le gilet version agrandie de celui de la poupée Barbie, le manteau transformable dont les manches sont pourvues d'une ouverture pour le transformer en cape ou l'extraordinaire robe confectionnée façon Paco Rabanne à partir de bagues anciennes de fiançailles.

* MMM Maison Martin Margiela

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée des Arts Décoratifs

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée des Arts Décoratifs


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 janvier 2019 : Du vieux, du neuf, du beau

Cette semaine on a rencontré Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio, on est allé au théâtre, au cinéma, on a écouté des disques et vu des expositions... Bref, on s'est fait plaisir pour vous offrir un sommaire riche et éclectique, cette semaine encore. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Remind me tomorrow" de Sharon Van Etten
"Todhe todhe, volume 3" de Pierre de Bethmann Medium Ensemble
Rencontre avec Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio le 24/01
"Bottle it in" de Kurt Vile
"Abandonnée / Maleja" de La Tène
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"Assume form" de James Blake
"Desert eyes" de (Thisis) Redeye
"L'étrangère" de Andéel
"They are here" de Falaises
"Emigrar" de Irina Gonzalez
"Unwind EP" de Liquid Bear
et toujours :
"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Retour à Reims" à l'Espace Cardin
"The Scarlet letter" au Théâtre de la Colline
"Arctique" aux Ateliers Berthier
"Insoutenables longues étreintes" au Théâtre de la Colline
"Le Faiseur de théâtre" au Théâtre Dejazet
"Certaines n'avaient jamais vu la mer" à la Manufcature des Oeillets
"Microfictions" au Lavoir Moderne Parisien
"Le Presque rien et le Quelque chose" au Lavoir Moderne Parisien
"Convulsions" au Théâtre Ouvert
"Les Yeux d'Anna" au Théâtre 13/Seine
"La Dama Boba" au Théâtre 13/Jardin
"Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner" à la MC93 à Bobigny
"Proust en clair" au Théâtre de la Huchette
"Dans la peau de Cyrano" au Théâtre Le Lucernaire
"Prévert" au Théâtre du Rond-Point
"Braise et Cendres" au Théâtre Le Lucernaire
et les reprises:
"Sang négrier" à la Folie Théâtre
"Le Portrait de Dorian Gray" au Théâtre Le RAnelagh
"Le Paradoxe des jumeaux" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Femmes de Barbe-Bleue" au Lavoir Moderne PArisien
"1830 - Sand, Hugo, Balzac : tout commence…" au Théâtre Essaion
"Michael Kohlhaas, l'homme révolté " au Théâtre Essaioon
"Je buterai bien ma mèr eun dimanche" au Point Virgule
"Cabaret Louise" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Mon Coeur" au Théâtre Paris-Villette
"Europa" au Lavoir Moderne Européen
"Odyssée" au Théâtre Montmartre-Galabru
"F(r)ictions" à la Grande Halle de La Villette
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Caravage à Rome " au Musée Jacquemart-André
"Alphonse Mucha" au Musée du Luxembourg
"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"L'Asie rêvée d'Yves Saint-Laurent" au Musée Yves Saint-Laurent
"La Fabrique du Luxe" au Musée Cognacq-Jay
"Il était une fois Sergio Leone" à la Cinémathèque française

les films de la semaine :
"Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy
et la chronique des autres sorties de janvier

Lecture avec :

Présentation du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême #46
"Anatomie d'un scandale" de Sarah Vaughan
"Ce que je peux enfin vous dire / Devenir" de Ségolène Royal / Michelle Obama
"Essence" de Fred Bernard & Benjamin Flao
"Foulques" de Véronique Boulais
"Le pays des oubliés" de Michael Farris Smith
"Les amochés" de Nan Aurousseau
"Phagocytose" de Marcos Prior & Danide
et toujours :
"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=