Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Notre-Dame des Turcs
Carmelo Bene  avril 2018

Réalisé par Carmelo Bene. Italie. Drame. 2h06 (Sortie 1968). Avec Carmelo Bene, Anita Masini, Salvatore Siniscalchi et Lydia Mancinelli.

C'était à Otrante, il y a bien longtemps ; les Turcs avaient attaqué la ville, massacrant les habitants. Ne restent d'eux que des squelettes épars, des os blanchis, des crânes aux orbites vides.

Ainsi s'ouvre le curieux film de Carmelo Bene, "Notre-Dame des Turcs", œuvre atypique, irrésumable, qui dit surtout beaucoup de ce que put être le tournant des années 1970 en termes d'expérimentations visuelles et narratives.

Le résultat est en effet une œuvre hybride, qu'on aurait mal imaginée ailleurs que dans une "Quinzaine des réalisateurs" du Festival de Cannes à la recherche de novation, proposant jusqu'à soixante films de tous les pays.

Le film s'ouvre comme un hommage italien à "L'Année dernière à Marienbad". Les plafonds et les portiques d'un palais mauresque s'offrent au regard du spectateur tandis qu'une voix off entame une réflexion sur le temps et l'Histoire. Et puis, tout s'emballe. Homme orchestre de son film, Carmelo Bene incarne l'un de ces personnages de fous qui disent la vérité du monde.

Tour à tour enfant perdu, romantique suicidaire, amoureux sans espoir d'une sainte et d'une putain, moine reclus, le réalisateur créé une galerie de personnages marginaux dans un univers où se mêlent foi, amour et mort.

Les frontières du temps et de l'espace se brouillent, les murs des chambres s'évanouissent, le sol devient une table ; le temps d'une superposition, le visage d'un mort et celui d'un vivant se réunissent.

"Notre-Dame des Turcs" n'est en rien une expérience de cinéma confortable. On aurait bien du mal à en décrire les circonvolutions, tant l'histoire avance à sauts et gambades, ou plutôt à cor et à cri. Corps christique et monstrueux tout à la fois, Carmelo Bene est le guide dans ce récit qui oscille en permanence entre la recherche de la pureté et le goût du grotesque.

Ce dernier aspect du film séduira ou ennuiera. Bene joue à fond la carte de la distanciation, et rompt toutes les conventions afin d'instaurer un univers farcesque. On s'amusera peut-être de voir Sainte Marguerite au lit, fumant des cigarettes et lisant une revue. On goûtera peut-être le numéro d'acteur de Bene, qui joue tour à tour un fils et son père, au milieu des cris et du désordre' d'une cuisine où la nourriture devient une chair malléable.

En contraste avec cette folie, une grande recherche esthétique, des plans travaillés, qui jouent sur les reflets, les couleurs, les formes, "Notre-Dame des Turcs" propose un monde de distorsion, structuré par une recherche formelle évidente et qui retient l'attention.

Au milieu de ce spectacle baroque et bruyant, des moments de grâce : ainsi, le personnage qui tente de revivre une scène d'amour, comme dans un conte, au cours d'une reconstitution qui vire rapidement au grotesque. Une scène d'amour sensuelle qui devient une maladroite union entre un chevalier en armure et sa belle.

La douceur ne reste jamais bien longtemps dans cette œuvre de bruit et de fureur, à l'image du monde qu'il dépeint, et telle qu'on n'en verra sans doute jamais plus.

 

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=