Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Notre-Dame des Turcs
Carmelo Bene  avril 2018

Réalisé par Carmelo Bene. Italie. Drame. 2h06 (Sortie 1968). Avec Carmelo Bene, Anita Masini, Salvatore Siniscalchi et Lydia Mancinelli.

C'était à Otrante, il y a bien longtemps ; les Turcs avaient attaqué la ville, massacrant les habitants. Ne restent d'eux que des squelettes épars, des os blanchis, des crânes aux orbites vides.

Ainsi s'ouvre le curieux film de Carmelo Bene, "Notre-Dame des Turcs", œuvre atypique, irrésumable, qui dit surtout beaucoup de ce que put être le tournant des années 1970 en termes d'expérimentations visuelles et narratives.

Le résultat est en effet une œuvre hybride, qu'on aurait mal imaginée ailleurs que dans une "Quinzaine des réalisateurs" du Festival de Cannes à la recherche de novation, proposant jusqu'à soixante films de tous les pays.

Le film s'ouvre comme un hommage italien à "L'Année dernière à Marienbad". Les plafonds et les portiques d'un palais mauresque s'offrent au regard du spectateur tandis qu'une voix off entame une réflexion sur le temps et l'Histoire. Et puis, tout s'emballe. Homme orchestre de son film, Carmelo Bene incarne l'un de ces personnages de fous qui disent la vérité du monde.

Tour à tour enfant perdu, romantique suicidaire, amoureux sans espoir d'une sainte et d'une putain, moine reclus, le réalisateur créé une galerie de personnages marginaux dans un univers où se mêlent foi, amour et mort.

Les frontières du temps et de l'espace se brouillent, les murs des chambres s'évanouissent, le sol devient une table ; le temps d'une superposition, le visage d'un mort et celui d'un vivant se réunissent.

"Notre-Dame des Turcs" n'est en rien une expérience de cinéma confortable. On aurait bien du mal à en décrire les circonvolutions, tant l'histoire avance à sauts et gambades, ou plutôt à cor et à cri. Corps christique et monstrueux tout à la fois, Carmelo Bene est le guide dans ce récit qui oscille en permanence entre la recherche de la pureté et le goût du grotesque.

Ce dernier aspect du film séduira ou ennuiera. Bene joue à fond la carte de la distanciation, et rompt toutes les conventions afin d'instaurer un univers farcesque. On s'amusera peut-être de voir Sainte Marguerite au lit, fumant des cigarettes et lisant une revue. On goûtera peut-être le numéro d'acteur de Bene, qui joue tour à tour un fils et son père, au milieu des cris et du désordre' d'une cuisine où la nourriture devient une chair malléable.

En contraste avec cette folie, une grande recherche esthétique, des plans travaillés, qui jouent sur les reflets, les couleurs, les formes, "Notre-Dame des Turcs" propose un monde de distorsion, structuré par une recherche formelle évidente et qui retient l'attention.

Au milieu de ce spectacle baroque et bruyant, des moments de grâce : ainsi, le personnage qui tente de revivre une scène d'amour, comme dans un conte, au cours d'une reconstitution qui vire rapidement au grotesque. Une scène d'amour sensuelle qui devient une maladroite union entre un chevalier en armure et sa belle.

La douceur ne reste jamais bien longtemps dans cette œuvre de bruit et de fureur, à l'image du monde qu'il dépeint, et telle qu'on n'en verra sans doute jamais plus.

 

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=