Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Notre-Dame des Turcs
Carmelo Bene  avril 2018

Réalisé par Carmelo Bene. Italie. Drame. 2h06 (Sortie 1968). Avec Carmelo Bene, Anita Masini, Salvatore Siniscalchi et Lydia Mancinelli.

C'était à Otrante, il y a bien longtemps ; les Turcs avaient attaqué la ville, massacrant les habitants. Ne restent d'eux que des squelettes épars, des os blanchis, des crânes aux orbites vides.

Ainsi s'ouvre le curieux film de Carmelo Bene, "Notre-Dame des Turcs", œuvre atypique, irrésumable, qui dit surtout beaucoup de ce que put être le tournant des années 1970 en termes d'expérimentations visuelles et narratives.

Le résultat est en effet une œuvre hybride, qu'on aurait mal imaginée ailleurs que dans une "Quinzaine des réalisateurs" du Festival de Cannes à la recherche de novation, proposant jusqu'à soixante films de tous les pays.

Le film s'ouvre comme un hommage italien à "L'Année dernière à Marienbad". Les plafonds et les portiques d'un palais mauresque s'offrent au regard du spectateur tandis qu'une voix off entame une réflexion sur le temps et l'Histoire. Et puis, tout s'emballe. Homme orchestre de son film, Carmelo Bene incarne l'un de ces personnages de fous qui disent la vérité du monde.

Tour à tour enfant perdu, romantique suicidaire, amoureux sans espoir d'une sainte et d'une putain, moine reclus, le réalisateur créé une galerie de personnages marginaux dans un univers où se mêlent foi, amour et mort.

Les frontières du temps et de l'espace se brouillent, les murs des chambres s'évanouissent, le sol devient une table ; le temps d'une superposition, le visage d'un mort et celui d'un vivant se réunissent.

"Notre-Dame des Turcs" n'est en rien une expérience de cinéma confortable. On aurait bien du mal à en décrire les circonvolutions, tant l'histoire avance à sauts et gambades, ou plutôt à cor et à cri. Corps christique et monstrueux tout à la fois, Carmelo Bene est le guide dans ce récit qui oscille en permanence entre la recherche de la pureté et le goût du grotesque.

Ce dernier aspect du film séduira ou ennuiera. Bene joue à fond la carte de la distanciation, et rompt toutes les conventions afin d'instaurer un univers farcesque. On s'amusera peut-être de voir Sainte Marguerite au lit, fumant des cigarettes et lisant une revue. On goûtera peut-être le numéro d'acteur de Bene, qui joue tour à tour un fils et son père, au milieu des cris et du désordre' d'une cuisine où la nourriture devient une chair malléable.

En contraste avec cette folie, une grande recherche esthétique, des plans travaillés, qui jouent sur les reflets, les couleurs, les formes, "Notre-Dame des Turcs" propose un monde de distorsion, structuré par une recherche formelle évidente et qui retient l'attention.

Au milieu de ce spectacle baroque et bruyant, des moments de grâce : ainsi, le personnage qui tente de revivre une scène d'amour, comme dans un conte, au cours d'une reconstitution qui vire rapidement au grotesque. Une scène d'amour sensuelle qui devient une maladroite union entre un chevalier en armure et sa belle.

La douceur ne reste jamais bien longtemps dans cette œuvre de bruit et de fureur, à l'image du monde qu'il dépeint, et telle qu'on n'en verra sans doute jamais plus.

 

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=