Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Club 27
Théâtre Gérard Philippe  (Saint-Denis)  avril 2018

Spectacle conçu et mis en scène par Guillaume Barbot, avec Séverine Astel, Guillaume Barbot, Zoon Besse, Pierre-Marie Braye-Weppe, Céline Champinot et Elise Marie.

Ça commence comme ce qui semblait annoncer une vision assez convenue du rock'n'roll en tant que mythologie moderne de substitution à la vraie, celle des Grecs et des Romains, des Dieux et des Déesses, et surtout des demi-dieux qui viennent se mesurer à eux.

Alors, on emprunte le chemin classique, logique et habituel des "ex-fans des sixties", des membres du "Club des 27", ceux qui n'ont jamais fêter leur vingt-huitième anniversaire.

Guillaume Barbot, maître d'oeuvre de ce projet et son exécuteur, et sa petite troupe déploient une énergie bien dans le ton du rock originel pour réveiller d'entre les morts Kurt Cobain, Janis Joplin, Jim Morrison, Jimi Hendrix et Brian Jones. Prétextant un tirage au sort, c'est surtout sur les trois premiers artistes morts que l'action du "Club 27" va porter. Guillaume Barbot sera ainsi un Jimi Hendrix limité à sa perruque et à sa dégaine.

Sur un plateau où se mêlent des objets hétéroclites, comme une baignoire et un tas de vêtements, et des instruments de musique, chacun, tour à tour, mettra en avant le personnage qu'il est censé incarner.

Evidemment, c'est un défi impossible pour Elise Marie de chanter "Summertime" avec le feulement primal de Janis Joplin. Mais, à l'instar de Séverine Astel, époustouflante en Kurt Cobain sans culotte et le sexe teint en rouge, elle prend un vrai plaisir à composer cette inimitable boule de vie, que l'on verra ensuite dans une vidéo,qui, à elle seule, vaut le déplacement.

Pour Zoon Besse, l'appropriation de Brian Jones est plus distanciée. Celui que l'on a vu en punk transfiguré en amoureux de la chanson française dans "L'Histoire vraie d'un punk converti à Trenet" continue de raconter sa propre vie, synthèse éthylico- franchouillarde à la Audiard avec beaux accords acides de guitare sèche.

Ainsi, au fur et à mesure, que le sujet de Guillaume Barbot prend corps, on s'éloigne de ce qui paraissait au départ un "Club des 27 pour les nuls" pour quelque chose de plus réflexif sur ce qu'est l'effet rock, comment il évolue avec sa commercialisation, avec le passage des générations, en conflit ou pas.

Le faux anniversaire-happening de Céline Champinot qui interprète Jim Morrison est l'occasion d'une tirade générationnelle qui fonctionne bien mieux que celle proposée par Wajdi Mouawad dans "Notre innocence" et qui, cerise magnifique sur le gâteau, est suivie d'une version remarquable de "Riders on the Storm".

Le chef d'oeuvre des Doors est mené de main de maître au violon électrisé par le sixième protagoniste de ce club amicalement désespéré, Pierre-Marie Braye-Weppe, qui joue Robert Johnson, entité fusionnant tous les autres fantômes qui auraient pu recevoir la carte attribuée à ceux qui ont signé de leurs veines un pacte avec le manager des Enfers et qui, dès lors, lui fournissent le boucan qu'il aime.

Histoire d'amour, ou plutôt de sexe, histoire de sons, ou plutôt de cris, "Club 27" est un moment de vrai partage fabriqué par un groupe d'acteurs qui sait aller jusqu'au mauvais goût amer du rock sans jamais atteindre le niveau vulgaire du bruit dominant.

Guillaume Barbot, dandy débonnaire et jamais hautain, a réussi son pari : l'indéfinissable énergie rock imprègne pendant 90 minutes son théâtre erratique et désordonné. Furieusement libre, si l'on préfère.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=