Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La vie secrète d'Elena Faber
Jillian Cantor  (Editions Préludes)  avril 2018

Encore une bonne pioche chez Préludes éditions avec le choix de traduire en Français le roman de Jillian Cantor qui n’avait encore jamais été traduite dans notre langue. Avec La vie secrète d’Elena Faber, c’est la rencontre de la petite histoire avec la grande Histoire que nous propose cette auteure américaine qui gagne à être découverte.

L’histoire se déroule en deux temps, à deux périodes différentes, dans deux lieux différents. C’est d’abord une histoire qui débute en Autriche, en 1938, autour du jeune Kristoff, jeune orphelin qui va se retrouver à travailler comme apprenti chez un certain Frederik Faber, père d’une jolie Elena. Lors de la nuit de cristal, où les allemands s’en prennent aux juifs et à leurs biens, Frederik disparaît, obligeant Kristoff et sa fille Elena à se lancer dans sa recherche tout en rentrant en résistance contre l’occupant nazi.

La deuxième histoire du livre se passe en 1989, date de la chute du mur de Berlin, à Los Angeles. Katie décide de se séparer de la collection de timbres de son père qui est touché par la maladie d’Alzheimer. Aidée par un spécialiste numismate, elle s’arrête sur une lettre étrange, non oblitérée et non ouverte, adressé à un certain Faber. Sur cette lettre, Benjamin, le numismate y voit un timbre surprenant, édité en 1939. Bien décidés à mener leur enquête, Katie et Benjamin se retrouvent alors embarqués sur les traces de Kristoff et Elena.

Le livre est donc construit autour de chapitres qui alternent Los Angeles en 1989 et l’Autriche en 1938. On suit en même temps l’enquête des deux américains autour de cette lettre et la recherche des deux autrichiens pendant la guerre autour de la résistance aux nazis. Jillian Cantor croise avec habileté les deux histoires en dévoilant petit à petit les contours des intrigues des deux histoires qui sont évidemment liées et vont irrémédiablement finir par se rejoindre.

En même temps, elle nous raconte l’Histoire d’une époque, celle de l’Autriche après l’invasion allemande et celle des résistants aux nazis. Et évidemment, c’est cette dimension historique que j’ai particulièrement appréciée dans le livre car ce livre est aussi une très belle ode à la résistance construite autour d’Elena et de Kristoff qui vont être de magnifiques remparts contre l’absurdité nazie.

L’idée de construire son livre autour d’un objet si particulier comme un timbre est aussi une belle idée. Elle permet de nous montrer le rôle qu’ont pu prendre ces timbres dans la résistance pendant la guerre. La plupart des courriers étant lus par les nazis, le choix des timbres utilisés par les résistants servait à l’époque de faire passer des messages. On y voit aussi l’importance de la fabrication des faux papiers pendant la guerre, activité pratiquée par Kristoff et Elena entre autres.

La vie secrète d’Elena Faber est un livre très plaisant, mêlant tragédie et passion, qui parle d’amour aussi et une formidable ode à la mémoire. La fluidité de l’écriture de Jillian Cantor nous offre un plaisir de lecture immense.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Jullian Cantor
Le Facebook de Jullian Cantor


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=