Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Guillaume Poncelet
Quatre-vingt-huit  (Universal / Blend / BMM)  février 2018

Il est riche de ça, mais ça ne s’achète pas : le talent de faire courir ses doigts sur des morceaux de bois, répercutant ces douces caresses en feulement de cordes, douces et sensibles. Guillaume Poncelet livre un premier album instrumental d’une élégance folle : quatre-vingt-huit.

Après de nombreuses collaborations, sous la casquette de la composition ou de l’arrangement pour Thomas Azier, Stevie Wonder, Oxmo Puccino (dans le désordre), après des moments à la trompette et au piano, après des réalisations pour Ben l’Oncle Soul et Gaël Faye, voilà qu’il s’en retourne dans ses pénates pour consigner ses expériences sur un piano droit (ça peut vraiment être tordu, un piano ?).

Sobre comme savent l’être les ascètes, exigeant comme une technique de combat, rigoureux comme un métronome, c’est en totale abnégation du superflu que Guillaume Poncelet écrit ces seize parts de la tarte qui vous chatouille les tympans.

Certes, dans une société de voyeurisme où les like se disputent le spectaculaire, on pourrait penser que l’artiste manquât de folichonisme, mais que nenni, parce que la retenue est au sensationnel ce que le carbone 14 est aux ossements : un excavateur de vérité. Et le pianiste ci-contre n’a rien contre les révélations, il exhume des émotions enfouies, simplement en enroulant les notes les unes aux autres.

Quel ballet ! Quel orchestre ! Que dis-je ? Quel monde se cache donc derrière l’apparente solitude des touches ! De tendres roucoulades aux aveux chuchotés dans le crépuscule frileux des soirées hivernales, ça fait comme des instantanés, ces moments suspendus par une grâce quasi-divine, ces images figées dans le temps, d’un sourire accueillant, d’un geste bienveillant, d’une parole touchante, de ces humanités désintéressées qui élargissent les possibles d’un monde meilleur.

Ah, je sais bien, il y a encore le linge à repasser et la lessive à étendre, la vaisselle à ranger et le gasoil à ravitailler, le repas à préparer et les impôts à payer… Et alors ? Qu’est-ce qui vous empêche de le faire en souriant ? Qu’est-ce qui vous empêche de ne pas profiter des odeurs de linge frais, des régressions culinaires et du bruissement des étoffes ?

Je les aime bien, moi, ces gens qui ne payent pas de mine, c’est sans artifice et à voix basse qu’ils invitent, la main tendue et le sourire mystérieux. Tout comme Guillaume Poncelet et son piano droit invitent à l’évasion, wherever-you-veut-aller-où-tu-veux-comme-tu-veux-quand-tu-veux. Jusqu’au petit coin de verdure bien planqué entre le bitume du trottoir et le macadam de la route.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Guillaume Poncelet
Le Bandcamp de Guillaume Poncelet
Le Facebook de Guillaume Poncelet


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=