Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Racine²
Théâtre de l'Epée de Bois  (Paris)  avril 2018

Comédie écrite et mise en scène par Valérie Durin, avec Lionel Muzin et Valérie Durin.

Après le négriat littéraire abordé avec la polémique sur Corneille auteur de pièces attribuées à Molière qui lui a inspiré "L'Arrangement", Valérie Durin aborde dans une partition intitulée avec un malicieux jeux de mot mathématique "Racine²" le thème de l'écriture sous prête-nom au 17ème siècle.

En effet, elle s'inspire d'un autre pavé lancé dans la mare du théâtre classique, l'analyse lexicale d'un chercheur au CNRS étayant la thèse de l'écriture sous prête-nom de Racine, alors tenu à un devoir de réserve après sa nomination à la haute charge d'historiographe du Roi, et notamment celui de Jean Galbert de Campistron qui fut son élève.

Valérie Durin place son intrigue en l'an 1787 alors que Racine est à l'apogée d'une réussite qui récompense une stratégie sans faille : il est le grand écrivain tragique qui, de surcroît, a évincé Corneille, un homme établi par un mariage de raison et un courtisan qui, grâce à l'appui de Madame de Maintenon, a obtenu une haute charge royale.

Tout commence de manière presque triviale avec un Racine obsédé par la crainte de la fistule anale dont il voit les ravages chez Louis XIV. Il reçoit une femme à l'intelligence aiguisée, diablement séduisante et séductrice, doublée d'une comédienne de talent qu'il connaît bien.

Jeanne Beauval appartient à la troupe de la Comédie Française nouvellement créée qui connaît des revers de fortune avec une tragédie de Campistron intitulée "Phraate" subitement retirée de l'affiche et la menace l'expulsion de l'Hôtel Guénégaud. Aussi vent-elle solliciter l'appui de Racine au nom de l'Art et de leur ancienne "amitié".

Fine mouche, elle a décelé la plume de Racine dans les vers de "Phraate" censuré pour une peinture des moeurs dont "on faisait au Monarque régnant des applications malignes" dixit l'encyclopédiste D'Alembert. Déterminée, elle débusque le rusé renard qui ne cesse de louvoyer. Ferrera-t-elle sa proie en lui suggérant d'"inspirer" un nouvel opus à Campistron pour éviter une révélation inopportune ?

Valérie Durin signe une excellente et jubilatoire pièce pour deux acteurs qui soutient sa note d'intention relative à "une enquête référencée et ludique à la découverte des tragédies inédites d’un homme double" et qu'elle met en scène avec une bienvenue et divertissante vivacité.

Si en fond de scène trône un portrait équestre de Louis XIV, point toutefois de costumes d'époque car la confrontation contemporaine ne paraît pas incongrue. Une méridienne, une pile de livres et manuscrits et un mini portable, et le décor d'un cabinet de travail est posé.

Au jeu, Valérie Durin est parfaite dans le rôle de l'actrice qui plaide sa cause en usant de tous ses atouts et appâts, des armes de la coquette - impossible de l'oublier en Célimène dans "Le Misanthrope" mis en scène par Serge Lipszyc et dont est projetée une image quasi subliminale - à la persuasion argumentée.

A ses côtés, Lionel Muzin s'avère épatant pour camper, entre vibrionnisme et abattement, un Racine à l'ambition repue avec la cinquantaine en ligne de mire et les premiers symptômes du rétroviseur.

Un beau et divertissant duel à fleurets mouchetés.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=