Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Racine²
Théâtre de l'Epée de Bois  (Paris)  avril 2018

Comédie écrite et mise en scène par Valérie Durin, avec Lionel Muzin et Valérie Durin.

Après le négriat littéraire abordé avec la polémique sur Corneille auteur de pièces attribuées à Molière qui lui a inspiré "L'Arrangement", Valérie Durin aborde dans une partition intitulée avec un malicieux jeux de mot mathématique "Racine²" le thème de l'écriture sous prête-nom au 17ème siècle.

En effet, elle s'inspire d'un autre pavé lancé dans la mare du théâtre classique, l'analyse lexicale d'un chercheur au CNRS étayant la thèse de l'écriture sous prête-nom de Racine, alors tenu à un devoir de réserve après sa nomination à la haute charge d'historiographe du Roi, et notamment celui de Jean Galbert de Campistron qui fut son élève.

Valérie Durin place son intrigue en l'an 1787 alors que Racine est à l'apogée d'une réussite qui récompense une stratégie sans faille : il est le grand écrivain tragique qui, de surcroît, a évincé Corneille, un homme établi par un mariage de raison et un courtisan qui, grâce à l'appui de Madame de Maintenon, a obtenu une haute charge royale.

Tout commence de manière presque triviale avec un Racine obsédé par la crainte de la fistule anale dont il voit les ravages chez Louis XIV. Il reçoit une femme à l'intelligence aiguisée, diablement séduisante et séductrice, doublée d'une comédienne de talent qu'il connaît bien.

Jeanne Beauval appartient à la troupe de la Comédie Française nouvellement créée qui connaît des revers de fortune avec une tragédie de Campistron intitulée "Phraate" subitement retirée de l'affiche et la menace l'expulsion de l'Hôtel Guénégaud. Aussi vent-elle solliciter l'appui de Racine au nom de l'Art et de leur ancienne "amitié".

Fine mouche, elle a décelé la plume de Racine dans les vers de "Phraate" censuré pour une peinture des moeurs dont "on faisait au Monarque régnant des applications malignes" dixit l'encyclopédiste D'Alembert. Déterminée, elle débusque le rusé renard qui ne cesse de louvoyer. Ferrera-t-elle sa proie en lui suggérant d'"inspirer" un nouvel opus à Campistron pour éviter une révélation inopportune ?

Valérie Durin signe une excellente et jubilatoire pièce pour deux acteurs qui soutient sa note d'intention relative à "une enquête référencée et ludique à la découverte des tragédies inédites d’un homme double" et qu'elle met en scène avec une bienvenue et divertissante vivacité.

Si en fond de scène trône un portrait équestre de Louis XIV, point toutefois de costumes d'époque car la confrontation contemporaine ne paraît pas incongrue. Une méridienne, une pile de livres et manuscrits et un mini portable, et le décor d'un cabinet de travail est posé.

Au jeu, Valérie Durin est parfaite dans le rôle de l'actrice qui plaide sa cause en usant de tous ses atouts et appâts, des armes de la coquette - impossible de l'oublier en Célimène dans "Le Misanthrope" mis en scène par Serge Lipszyc et dont est projetée une image quasi subliminale - à la persuasion argumentée.

A ses côtés, Lionel Muzin s'avère épatant pour camper, entre vibrionnisme et abattement, un Racine à l'ambition repue avec la cinquantaine en ligne de mire et les premiers symptômes du rétroviseur.

Un beau et divertissant duel à fleurets mouchetés.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=