Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Artistes & Robots
Grand Palais  (Paris)  Du 5 avril au 9 juillet 2018

Dans le cadre de sa programmation élargie à à tous les médiums de la création plastique, la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais propose une exposition muséographique consacrée à une nouvelle catégorie artistique, celle des beaux-arts numériques, regroupant l’art robotique, l’art génératif et l'art algorithmique.

Intitulée "Artistes & Robots", elle a conçue par Laurence Bertrand Dorléac, historienne d'art, et Jérôme Neutres, directeur de la stratégie et du développement de la RMN-Grand Palais, avec le conseil artistique de l'artiste Miguel Chevalier, qui figure au demeurant parmi les artistes exposés.

Ils ont donc sélectionné une trentaine d'oeuvres pour dresser un panorama "up to date" de l'art numérique qui regroupe des pratiques diverses se déclinant en pléthoriques catégories et sous-catégories telles celles, entre autres, de l'art génératif, de l'art algorithmique et de l'art robotique, mais dont le point commun est l'outil informatique qui lui-même a été érigé en art, celui de l'art logiciel consistant à concevoir et proposer des logiciels comme forme artistique.

Artistes & Robots ou comment faire du neuf avec du vieux

Si la (dé)monstration n'est historiciste, elle est néanmoins introduite par des oeuvres ressortant à l'art cinétique et l'art cybernétique qui visaient des oeuvres contenant des parties en mouvement.

Dont celles des précurseurs dans les années 1950 que sont Jean Tinguely avec ses "Méta-matics", machines à dessiner électomécaniques qui ressortent au bricolage, et Nicolas Schöffer avec le "CYSP 1", sculpture cybernétique à déplacement autonome, qui voisinent avec la sculpture-assemblage-collage "Olympe de Gouges" constituée d’un empilement de douze téléviseurs formant un rudimentaire robot anthropomorphe créée en 1989 par Nam June Paik, l'un des pionniers de l'art vidéo .

Le parcours tri-séquencé vise à présenter les oeuvres générées par des robots visibles ou invisibles et des robots androides. Or le terme robot, terme initié par la littérature de science-fiction, est l'équivalent contemporain de l'automate, dispositif programmé pour reproduire une action ou une séquence d'actions.

Seul diffère l'outil-moteur dépendant des innovations technologiques qui, de mécanique à électromécanique puis électronique, a été modifié avec la révolution informatique. Ainsi la cybernétique visait déjà à la symbiose de l'automatique avec la théorie mathématique de l'information qui est à la base de l'informatique.

Ainsi, évoquant les colonnes des temples kmers, les monumentales "Subdivided Columns de l'architecte informatique Michael Hansmeyer sont réalisées par agglomération de carton par utilisation de la CAO et de l'impression 3D.

Par ailleurs, certains artistes tels Catherine Ikam et Louis Fléria pour leur installation "Visages en nuages de de points" qualifiée de vidéo-générative, utilisent la technique du morphing, l'ancien fondu-enchaîné du cinéma.

Par ailleurs ce qui est aujourd'hui nommé l'art génératif n'est autre que la novation de l'art cinétique qui propose des œuvres contenant des parties en mouvement actionnées par un moteur ou un spectateur.

L'utilisation de l'informatique permet de substituer à l'action du regardeur son mouvement, comme Miguel Chevalier pour son bucolique "Extra-Natural", ou son souffle, pour les "Pissenlits" d'Edmond Couchot et Michel Bret, qui, par l'utilisation d'un logiciel d’animation 3D en temps réel modifie l'image sur écran.

Quant au robot androïde basé sur le système du Deep Learning, fut-il le double narcissique de l'artiste dont il traduit par ailleurs le fantasme d'immortalité, nonobstant sa finalité conceptuelle, du "Orlanoïde, strip-tease électronique et verbal" de Orlan ou le clône de Takashi Murakami qui se représente en arhat, personnage de la mythologie boudhiste, il n'est que la version contemporaine de l'automate d'art du 17ème siècle.

Implantée dans le conséquent volume du monumental escalier Clémenceau qui lui permet de se déployer en solitaire et en majesté, la sculpture électrocinétique élaborée par Elias Crespin, artiste et infomaticien, constitue l'oeuvre la plus intéressante et fascinante de la monstration.

Conçu spécialement pour le Grand Palais, "Grand HexaNet" flotte dans l'espace comme par magie. Sa forme initiale est celle d'un hexagone formé d'un ensemble de triangles dont tous les éléments autonomes et suspendus par d'invisibles fils sont assortis d'un moteur qui permet leur mouvement piloté par ordinateur.

La figure-mère, un ensemble quasiment plan, se décompose, se déconstruit et se métamorphose de manière qui parait aléatoire et à un rythme aussi lent que fluide jusqu'à la désolidarisation totale des différents éléments. Le délitement génère un retour à la forme initiale, qui s'avère donc immuable, selon un processus de reconstruction qui parait tout aussi aléatoire.

Se déroulant en l'absence de tout son ou musique parasite, ce mouvement cyclique qui tourne en boucle génère un sentiment de beauté et de sérénité absolue propice à la contemplation et à la méditation.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la RMN-Grand Palais

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de la RMN-Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=