Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Enfants du fleuve
Lisa Wingate  (Editions Les Escales)  avril 2018

Les plus beaux métiers du monde seraient-ils journaliste et romancière ? Parce que les métiers sont en compétition ? Et s’il n’existait pas de beau métier mais seulement de belles personnes ? Alors il y aurait de sots individus et non de sot métier… On s’égare, on s’égare.

Je disais donc que Lisa Wingate est journaliste et romancière. Ci-joint son premier roman traduit en français : Les Enfants du fleuve.

A chaque fois qu’un bouquin aux mensurations de brique tel que celui-ci me tombe entre les mains, je me demande toujours si je vais être déçue par les élucubrations sans fin de l’auteur, ou si je vais finalement le trouver trop court. Et celui-ci est juste parfait. Lisa Wingate déroule patiemment le fil de son histoire, sans précipitation et sans tomber dans la facilité d’ellipses obscures troublant le lecteur.

Les Enfants du fleuve raconte l’histoire de Rill Foss et de ses quatre frères et sœurs. Mais aussi l’histoire d’Avery Stafford, brillante bourgeoise sympathique, fort intriguée par les mots de sa grand-mère. A deux voix, entre deux époques, l’intrigue est tissée entre Rill et Avery.

1939, la maman de Rill doit accoucher incessamment sous peu, et très immédiatement sur le bateau familial. Les complications arrivent, elle doit donc quitter le logis flottant avec le futur papa, laissant la marmaille angoissée aux bons soins de Rill, la grande sœur responsable. Littéralement enlevés par une espèce de mafia de l’adoption, les cinq enfants sont pris en charge par la Société des foyers d’accueil du Tennessee. Et pas de SOS société de la petite souris pour les sauver…

Maltraités, humiliés, négligés, exploités, insultés, dénutris et (revendus) adoptés par des notables en manque de tête blonde, la fratrie est éparpillée aux quatre coins du pays. De son côté, Avery Stafford parade aux côtés de son sénateur de paternel, en pleine campagne électorale. Un mot de sa grand-mère, un détail pique pourtant sa tranquillité comblée de privilèges, et l’avocate commence à poser des questions, mener sa propre enquête sur ses origines.

C’est à mon avis à ces moments que l’auteure fait mouche, car sans dépeindre des gentils et des méchants, elle distille des faits au creux des pages. Centré sur les individus, le roman confronte les choix des protagonistes, et nous comprenons leurs intérêts, leurs motivations. C’est sans prévenir que vous serez touché par la profonde tristesse de ces parents adoptants, face au chagrin insurmontable de la perte d’un enfant, quand "Une unique décision fatidique est prise sur les ruines insensées du chagrin". C’est avec émotion que le courage sans colère de Rill et d’Avery vous serrera la gorge.

Le pire dans cette histoire de trafic d’enfants, c’est qu’elle s’est répétée dans d’autres pays, à d’autres époques, et presque toujours selon les mêmes critères. De riches familles sans enfants, de pauvres ménages riches de naissances, face à la cupidité d’individus monnayeurs de bonheur. Partagée entre le besoin de débecquer le comportement d’un "c’est dégueulasse" et de m’auto flageller d’un "je comprends ce qui les pousse à ces extrêmes", mon petit palpitant se gonfle à la superbe fresque d’amour filial et fraternel du roman, sans renoncement et d’une sagesse incroyable. Sans rancune aucune pour cette Georgia Tann qui sévit réellement pendant près de 30 ans.

"Que nous aimions de tout notre cœur la mélodie d’un jour passé ou que nous imaginions la chanson d’un jour à venir, nous devons danser sur la musique du présent, sans quoi nous serons toujours à contretemps, à chanceler dans un écho qui ne correspond pas à l’ici et le maintenant".

Carpe Diem disent Les Enfants du fleuve, le cœur cousu à ma fratrie, amis spéciaux si précieux. Glaçant de vérité, superbe d’humanité.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Lisa Wingate
Le Facebook de Lisa Wingate


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=