Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Enfants du fleuve
Lisa Wingate  (Editions Les Escales)  avril 2018

Les plus beaux métiers du monde seraient-ils journaliste et romancière ? Parce que les métiers sont en compétition ? Et s’il n’existait pas de beau métier mais seulement de belles personnes ? Alors il y aurait de sots individus et non de sot métier… On s’égare, on s’égare.

Je disais donc que Lisa Wingate est journaliste et romancière. Ci-joint son premier roman traduit en français : Les Enfants du fleuve.

A chaque fois qu’un bouquin aux mensurations de brique tel que celui-ci me tombe entre les mains, je me demande toujours si je vais être déçue par les élucubrations sans fin de l’auteur, ou si je vais finalement le trouver trop court. Et celui-ci est juste parfait. Lisa Wingate déroule patiemment le fil de son histoire, sans précipitation et sans tomber dans la facilité d’ellipses obscures troublant le lecteur.

Les Enfants du fleuve raconte l’histoire de Rill Foss et de ses quatre frères et sœurs. Mais aussi l’histoire d’Avery Stafford, brillante bourgeoise sympathique, fort intriguée par les mots de sa grand-mère. A deux voix, entre deux époques, l’intrigue est tissée entre Rill et Avery.

1939, la maman de Rill doit accoucher incessamment sous peu, et très immédiatement sur le bateau familial. Les complications arrivent, elle doit donc quitter le logis flottant avec le futur papa, laissant la marmaille angoissée aux bons soins de Rill, la grande sœur responsable. Littéralement enlevés par une espèce de mafia de l’adoption, les cinq enfants sont pris en charge par la Société des foyers d’accueil du Tennessee. Et pas de SOS société de la petite souris pour les sauver…

Maltraités, humiliés, négligés, exploités, insultés, dénutris et (revendus) adoptés par des notables en manque de tête blonde, la fratrie est éparpillée aux quatre coins du pays. De son côté, Avery Stafford parade aux côtés de son sénateur de paternel, en pleine campagne électorale. Un mot de sa grand-mère, un détail pique pourtant sa tranquillité comblée de privilèges, et l’avocate commence à poser des questions, mener sa propre enquête sur ses origines.

C’est à mon avis à ces moments que l’auteure fait mouche, car sans dépeindre des gentils et des méchants, elle distille des faits au creux des pages. Centré sur les individus, le roman confronte les choix des protagonistes, et nous comprenons leurs intérêts, leurs motivations. C’est sans prévenir que vous serez touché par la profonde tristesse de ces parents adoptants, face au chagrin insurmontable de la perte d’un enfant, quand "Une unique décision fatidique est prise sur les ruines insensées du chagrin". C’est avec émotion que le courage sans colère de Rill et d’Avery vous serrera la gorge.

Le pire dans cette histoire de trafic d’enfants, c’est qu’elle s’est répétée dans d’autres pays, à d’autres époques, et presque toujours selon les mêmes critères. De riches familles sans enfants, de pauvres ménages riches de naissances, face à la cupidité d’individus monnayeurs de bonheur. Partagée entre le besoin de débecquer le comportement d’un "c’est dégueulasse" et de m’auto flageller d’un "je comprends ce qui les pousse à ces extrêmes", mon petit palpitant se gonfle à la superbe fresque d’amour filial et fraternel du roman, sans renoncement et d’une sagesse incroyable. Sans rancune aucune pour cette Georgia Tann qui sévit réellement pendant près de 30 ans.

"Que nous aimions de tout notre cœur la mélodie d’un jour passé ou que nous imaginions la chanson d’un jour à venir, nous devons danser sur la musique du présent, sans quoi nous serons toujours à contretemps, à chanceler dans un écho qui ne correspond pas à l’ici et le maintenant".

Carpe Diem disent Les Enfants du fleuve, le cœur cousu à ma fratrie, amis spéciaux si précieux. Glaçant de vérité, superbe d’humanité.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Lisa Wingate
Le Facebook de Lisa Wingate


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=