Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Da Silva
Interview  (Paris)  jeudi 29 mars 2018

C’est dans l’atmosphère feutrée d’un hôtel du 9ème arrondissement parisien que Da Silva nous reçoit. L’occasion de faire une petite pause dans sa tournée L’Aventure et d’aborder ses 13 ans de carrière pour la sortie de son premier best-of acoustique Raphaël. L’émotion est évidemment au rendez-vous lorsqu’on évoque avec lui l’enregistrement de ce disque, un peu particulier…

Raconte-nous la genèse de ce best-of acoustique.

Da Silva : Le 23 novembre 2005, je donnais mon premier concert à Paris sous le nom de Da Silva. Il y a 3 ans, je me suis dit qu’à l’occasion des 10 ans, ce serait bien de réenregistrer certains titres en acoustique… et je n’ai jamais trouvé le temps de le faire. Et puis, entre la fin de l’enregistrement et le début du mixage de mon dernier album L’Aventure, on a eu une semaine de break. Alors on s’est réunis avec Raphaël Chevalier et Frédéric Fortuny et on a commencé à travailler ensemble au studio ICP à Bruxelles.

Comment s’est déroulé l’enregistrement ?

Da Silva : On a bossé à fond, quasiment 20 heures par jour pendant 6 jours. On revisitait les chansons sans les avoir réécoutées au préalable. On enregistrait ces titres et on les mixait dans la foulée. On était toujours dans l’action, sans temps à perdre. Mais on était contents de se retrouver pour faire ça, c’était très excitant. Normalement, quand tu vas en studio, tu fais des maquettes et tu t’en sers comme guide pour faire aboutir une idée. Mais là, on a joué – simplement joué, sans idée préconçue de ce qu’on allait faire. On a cherché à fabriquer de l’émotion. C'était au-delà du spontané !

Et puis, la suite ne s’est pas déroulée comme vous l’aviez envisagée…

Da Silva : Oui, on voulait sortir ce best-of et faire une tournée tous ensemble. Mais Raphaël est décédé le 11 septembre à l’issue d’une maladie que l’on ignorait au moment de l’enregistrement. Du coup, il n’y a pas eu de tournée. La célébration de ces 10 ans de carrière, puis des 13 ans, est finalement devenu un hommage à Raphaël.

Comment as-tu sélectionné ces titres parmi tous tes albums studio ?

Da Silva : J’ai simplement pris les 10 titres qui sont passés à la radio. Ce sont les titres que j’ai le plus joués. J’ai voulu leur donner une nouvelle vie. D’ailleurs, lorsque je joue ces titres en concert, j’aime bien les revisiter dans des formules complètement différentes.

Mon premier album était très acoustique, très minimaliste, alors que le dernier est très orchestré. Donc il faut trouver un lien, faire une création cohérente pour le live qui rassemble un peu tous ces titres…

Qu’as-tu découvert à l’écoute de ces titres réarrangés ?

Da Silva : Je trouve que ma façon de chanter a changé avec le temps. D’ailleurs, j’espère bien avoir fait des progrès. Et puis, ICP est un studio qui a un son très particulier avec du matériel vintage et un son très chaud. Comme tout a été enregistré dans la continuité, de jour comme de nuit et avec la fatigue, je ne savais plus très bien quel jour on était. Tout ceci donne une atmosphère très particulière au disque et je suis assez content du résultat. Il y a même des morceaux que je préfère dans cette version – "La Crise" ou "Au moment des amours" par exemple.

Justement, quel regard tu portes sur ton parcours entre le Da Silva des débuts et celui d’aujourd’hui ?

Da Silva : En toute modestie, je crois que je me suis bonifié. Je préfère mes compos et mon écriture d’aujourd’hui, à celles d’autrefois. Quand tu fais un best-of comme ça, tu prends la mesure du temps passé et de tout ce qui a été fait. Tu te dis que le paysage musical a bien changé. Moi je n’ai jamais été en haut de l’affiche ou numéro 1 et ça n’a jamais été mon propos. J’essaie simplement de faire ce dont j’ai envie. Pour moi, entre hier et aujourd’hui, les choses n’ont pas trop changées. Je continue à travailler tout le temps, sinon je culpabilise ! Je suis toujours dans l’écriture d’un texte ou d’une musique. Quand j’étais plus jeune, la musique m’a permis d’évacuer des tensions, de passer ma crise d’adolescence ou des étapes de la vie plus facilement. Et je crois qu’aujourd’hui, ça continue. Faire de la musique me rassure et me fait du bien.

Quel regard portes-tu sur l’industrie musicale ? Là aussi, il y a eu beaucoup de changements…

Da Silva : Oui, on est passé du CD au format numérique et cette industrie a muté. La musique, c’est un secteur en faillite et son économie s’est complètement effondrée. Bon nombre de maisons de disques sont aujourd’hui sous perfusion. Les plus grosses cherchent surtout à fabriquer une musique qui marche. C’est une économie impatiente qui fonctionne sur une rentabilité à très court terme. Et puis le net ne fait qu’accélérer le processus. Ce qui a changé surtout, c’est la technologie autour de la musique mais au fond, moi ça n’a pas changé ma façon de travailler.

Et les réseaux sociaux, tu es adepte ? On t’a parfois vu t’en servir pour donner ton avis.

Da Silva : Oui j’aime bien. Je vis cela comme quelque chose de très créatif ! Tu peux te marrer, faire passer des messages… mais je ne passe pas ma vie dessus. J’écris des chansons plutôt sentimentales ou existentielles, c’est vrai. Mais si je suis révolté par un sujet, je le dis. Je donne mon opinion. Je n’aime pas les chanteurs sans opinions, les mecs qui veulent plaire à tout le monde. Ça me semble un peu facile de dire : "Je suis artiste, je ne parle pas de politique". Moi, je crois qu’un homme n’est fait que de politique. C’est un citoyen avant d’être un artiste. J’ai des idées… ou pas, mais un point de vue en tous cas. C’est important de le dire pour qu’on sache qui tu es.

Est-ce que faire des chansons, cela te semble utile ?

Da Silva : Disons que c’est une inutilité nécessaire. Si la société n’a plus de culture, l’homme se déshumanise. La culture, c’est la seule chose qui rend l’homme intéressant. Pas de faire du profit, tout le monde peut y arriver. La seule chose qui élève l’homme, c’est l’œuvre de l’esprit. La capacité à s’amuser, à s’émouvoir, à s’aimer ou se détester. C’est ça qui rend l’homme touchant. C’est dans sa créativité et sa culture que l’homme rend le plus service. Alors, je ne sais pas si la culture est utile, mais en tous cas, elle me semble nécessaire.

Quels sont les sujets qui t’inspirent pour écrire ?

Da Silva : La vie des gens. J’aime m’intéresser à eux, leur poser des questions. J’aime bien savoir ce qu’ils font, où ils habitent, comment ils vivent ou ce qu’ils pensent. Finalement, je parle peu de moi. Dans la vie de tous les jours, si j’arrive dans une soirée, c’est plutôt moi qui pose les questions. Tout le monde vit des histoires extraordinaires, tout dépend simplement de la façon dont on les regarde et dont on les écoute. L’important, c’est comment on raconte ces histoires et ça, c’est mon boulot d’essayer d’y apporter de la force et de la poésie !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Décembre en été de Da Silva
La chronique de l'album De beaux jours à venir de Da Silva
La chronique de l'album La Distance de Da Silva
La chronique de l'album L'Aventure de Da Silva
Da Silva en concert au Festival Mythos 2005
Da Silva en concert au Festival Alors..chante ! 2005
Da Silva en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Da Silva en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Da Silva en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (dimanche)
Da Silva en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Da Silva en concert au Festival Du Bout Du Monde 2006
L'interview de Da Silva (10 novembre 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Da Silva
Le Facebook de Da Silva

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Isabelle Fontan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=