Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sons of Kemet
Your Queen is a Reptile  (Impulse!)  avril 2018

"Je vois que certains d’entre vous ont peur de se battre pour notre roi. Aux temps d’Osei Tutu, d’Okomfo Anokye et d’Okou Ware I, les chefs ne seraient pas restés assis à regarder leur roi être exilé sans tirer un seul coup de feu. Aucun Européen n’aurait osé parler aux chefs d’Ashanti comme le gouverneur vous a parlé ce matin. C’est donc vrai que le courage d’Ashanti n’est plus ? Je ne peux pas le croire. Ça ne peut être vrai ! Je dois vous dire ceci : si les hommes d’Ashanti ne vont pas au front, nous le ferons. Nous, les femmes, nous le ferons. Nous nous battrons ! Nous nous battrons jusqu’à ce que la dernière d’entre nous tombe sur le champ de bataille." Yaa Asantewaa

Shabaka Hutchings est un véritable phénomène. Stakhanoviste, il joue parmi les ensembles jazz londoniens les plus excitants du moment : Sons Of Kemet, The Comet Is Coming, A.R.E. Project, Melt Yourself Down et Shabaka and The Ancestors et cumule un nombre incroyable de concerts, plus de 250 en 2017. Le saxophoniste Anglais prouve que quantité peut rimer avec qualité.

Cinq ensembles différents mais une même cohérence, une même exigence et cette envie comme Pharoah Sanders de faire se bousculer les idéaux ou les influences, dans la droite ligne de Steve Coleman, du jazz de Chicago, allez jeter les oreilles du côté du label Corbett vs. Dempsey ou de Sun Ra. Si le nom de Shabaka Hutchings est une référence à un pharaon-philosophe nubien, celui de Sons of Kemet ne serait-il pas un clin d’œil appuyé à Sun Ra justement ? L’envie de bousculer également les esthétiques (jazz, hip-hop, dub, Nouvelles-Orléans, Port-au-Prince, Bridgetown, Saint-Domingue, Londres). Le désir aussi de toujours creuser dans les musiques africaines et dans ses racines caribéennes.

Si ce disque se nourrit de toutes ses inclinations, on y retrouve également une grande part de spiritualité et d’âme (noire) comme une philosophie cosmique et surtout une véritable revendication politique. En effet, tous les titres qui composent ce disque invoquent une reine, soit une femme importante : "Harriet Tubman" (militante en faveur de l'abolition de l'esclavage Afro-Américain. Ses actions, qui permirent l'évasion de nombreux esclaves, lui valurent le surnom de Moïse noire), "Ada Eastman" (son arrière-grand-mère de la Barbade, qui a vécu jusqu'à l'âge de cent trois ans et travaillé sans relâche toute sa vie pour élever ses enfants), "Phipps Clark" (psychologue sociale américaine qui s'est concentrée sur le développement de la conscience de soi chez les enfants d'âge préscolaire noirs tout en mettant en lumière les effets de la ségrégation raciale), "Anna Julia Cooper" (écrivaine et enseignante, elle a soutenu une thèse d’histoire à la Sorbonne en 1924 !), "Angela Davis" (militante du mouvement des droits civiques aux États-Unis, membre des Black Panthers, professeur de philosophie), "Nanny of the Maroons" (héroïne Jamaïcaine, grande figure de la résistance des marrons Jamaïcains au XVIIIème siècle), "Yaa Asantewaa" (reine d’Ejisu dans l’Empire Ashanti (actuel Ghana) et qui conduisit au début du XXème siècle une guerre anticolonialiste contre les Anglais), "Albertina Sisulu" (militante anti-apartheid sud-africaine) et "Doreen Lawrence" (militante en faveur de la justice rendue aux victimes de crimes racistes, elle a perdu son fils ainé de 18 ans assassiné par six jeunes hommes blancs).

C’est un véritable coup de pied aux fesses de la reine (blanche) d’Angleterre et peut-être à la Première ministre Theresa May ! En parlant de Reine d’Angleterre, le titre Your Queen is a reptile fait référence à la croyance étonnamment répandue dans le royaume britannique que les membres de la famille royale sont tous des lézards provenant d'une civilisation extraterrestre !

Un activisme qui prouve que ce n’est pas un hasard de retrouver le groupe chez Impulse!. À son apogée, Impulse! était la maison de John Coltrane, Alice Coltrane et Pharoah Sanders et était l’un des porte-voix du mouvement de jazz cosmique-spirituel des années 1960 et 1970 et du mouvement pour la reconnaissance de la culture noire. Ajoutons la pochette orange et noire de Mzwandile Buthelezi, rappel de la signature esthétique du label.

Comme pour les disques précédents (Burn (2013, Naim Jazz Records), Lest We Forget What We Came Here to Do (2015, Naim Jazz Records), Your Queen is a reptile ressemble à une fanfare vénéneuse portée par la force tout en rondeur du tuba, comme une walking bass (se transformant parfois en animal furieux comme sur "My Queen is Angela Davis", une folle batterie et le ténor incisif et fougueux de Shabaka Hutchings. La composition des musiciens de l'album diffère un peu de celui des débuts de Sons of Kemet. On retrouve Theon Cross au tuba et naturellement Shabaka Hutchings. Le duo de batteurs Tom Skinner et Seb Rochford se transforme même parfois en trio avec Eddie Hick ou l’excellent Moses Boyd. Il y a aussi des featuring des saxophonistes Nubya Garcia et Pete Wareham.

On pourrait parler d’afro-futurisme, entre racines et jazz moderne. Les musiciens dialoguent entre eux (il y a de nombreuses phrases mélodiques en homorythmie) dans une sorte de transe communicative où se mêle complexité rythmique (afro-beat, musiques des Caraïbes, de la Nouvelles-Orléans, musique Gnawa) et sonore (modalité...) transformant chaque morceau en pièce de bravoure. Your Queen Is A Reptile offre donc quelque part une excellente alternative au parfois (euphémisme) trop surchargé The Epic de Kamasi Washington.

Le saxophoniste invite également Joshua Idehen (sur "My Queen is Ada Eastman" et "My Queen is Doreen Lawrence") et Congo Natty (sur "My Queen is Mamie Phipps Clark") à poser leur voix rajoutant à ce disque une dose de modernité et d’urbanité.

Comment dit-on déjà ? Ah oui, un excellent disque !

 

En savoir plus :
Le site officiel de Sons of Kemet
Le Bandcamp de Sons of Kemet
Le Soundcloud de Sons of Kemet
Le Facebook de Sons of Kemet


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=