Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Lofofora
Simple appareil  (At(h)ome)  avril 2018

L’annonce d’un nouvel album de Lofofora est toujours un évènement. Le groupe marque de son empreinte la scène métal française et toujours de la plus belle des manières depuis 25 ans.

Je parle de groupe, oui, parce qu’à côté de son chanteur charismatique (et fort sympathique pour l’avoir rencontré longuement) Reuno, il y a aussi Daniel, guitariste de talent et Phil, bassiste aux autres multiples talents, c’est lui qui signe encore la pochette de cet album après celle, très réussie elle aussi, de l’épreuve du contraire le précédent album. Seul manque à l’appel, Vincent, parti faire un aller-retour en Asie, avec son amie mais en vélo ! Qu’à cela ne tienne, c’est Kevin Foley qui le remplace et avec classe.

Cette fois Lofofora, à l’image de la pochette, réalisée au pyrograveur, marque les esprits au fer rouge et nous sort un album 100% acoustique. Il ne manquait que cela au groupe après les album studio, les live, les reprises, les multiples collaborations, les milliers de kilomètres parcourus, les tonnes de sueurs versées aux quatre coins de l’hexagone et même du monde.

Le groupe nous colle un nouvel uppercut en allant là où personne, a priori, ne les attendait. Je t’avoue que j’étais anxieux et impatient en même temps. Le premier morceau, "Les anges", avec son clip trailer m’avait ouvert l’appétit.

Alors je te préviens tout de suite, acoustique pour Lofofora, cela ne signifie pas calme ou gnangnan, loin de là. Acoustique veut dire talent, maîtrise et perfection. Aucune place à l’à peu près (quoique chez Lofofora, on n’est pas coutumier du fait).

La voix de Reuno, plus habitué à crier, hurler sa rage, nous régale de sa gravité (à tous les sens du mot) et sa justesse est merveilleusement mise en valeur par les jeux de Daniel, Phil et Kevin. Reuno ouvre les hostilités d’emblée : "Cette fois nous voilà plus près de la fin que du début…" Alors, on pourrait craindre un album calme, presque de retraités du rock. Que nenni, parce qu’ensuite Lofofora acoustique ou pas, ne fait pas dans la dentelle et ça monte crescendo : "L’appétit" puis "La splendeur". Et quand le tempo se pose comme sur "Théorème", le sujet n’en reste pas moins grave.

Reuno continue, à travers ses textes, à nous interpeller, nous interroger et nous secouer et comme il le dit si bien : "descend de son arbre et s’en vient nous saluer", parce que Lofofora, à l’image de ce titre, est un groupe de "Troubadour".

Reuno se dévoile, et avec le groupe se livre à nous dans le plus Simple appareil. Sans fioriture, il se met à nu, musicalement, artistiquement et vocalement et là il nous démontre de façon définitive et sans aucune contestation possible qu’il maîtrise parfaitement le sujet.

Reuno, peut-être un peu plus du fait de son rôle de leader et chanteur, nous livre ses doutes, ses interrogations, ses colères et même ses peines (l’hommage à "Sven" est juste, plein de peine mais aussi de pudeur).

Je pourrais, du haut de mes 46 piges, vous balancer d’un air entendu, que c’est l’album de la maturité. Mais il y a bien longtemps que Lofofora est un groupe mature, je n’ai pas dit vieux, attention. Parce que Lofofora n’a pas attendu tout ce temps pour nous ouvrir les yeux et nous pousser dans les cordes.

Non, cet album est, à mon humble avis, l’album de la confirmation. Confirmation que Reuno est un vrai chanteur (pour ceux qui oseraient en avoir douté un jour), que Daniel et Phil maîtrisent à la perfection leur musique, parce que passer de l’électrique à l’acoustique ne se fait pas comme ça. Leur batteur est présent juste comme il faut et on sent le musicien de talent là encore. Ils nous livrent là un album capable de remuer les tripes et faire taper du pied. Ils me mettent des frissons quand j’écoute "Les Anges", ou "Sven" ou encore "Troubadour".

Tu le sais maintenant, je suis fan de la scène métal, je suis encore plus fan de Lofofora et j’avais très peur avant de lancer le disque quand il est arrivé chez moi. Et j’ai trouvé un seul point faible : quand vais-je pouvoir savourer les compositions de cet album en concert ? Je guette les dates espérant les voir très prochainement dans ma verte contrée ! Vous, les veinards qui êtes à Paris vous n’avez aucune excuse puisque le 7 juin vous pourrez aller les applaudir à la Maroquinerie.

Fan de Lofofora tu peux foncer, mais tu ne m’as certainement pas attendu, pour aller acheter cet album, crois-moi tu vas avoir les poils et te régaler les cages à miel. Allez comme toujours, je finis ma chronique en te faisant, mon petit lecteur des bisous, parce que tu le sais maintenant, c’est important les bisous !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Lofofora en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Lofofora en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
L'interview de Lofofora (avril 2005)

En savoir plus :
Le site officiel de Lofofora
Le Facebook de Lofofora


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 juillet 2018 : Allons z'enfants !

On continue le tour des festivals avec les Eurockéennes et le Hellfest, mais aussi le Off d'Avignon et plein d'autres belles choses à découvrir tout de suite dans le sommaire de la semaine :

Froggeek' s Delight :

"Detroit : Become Human" de Quantic Dreams sur PS4
La mode du Battle Royale va-t-elle tuer la créativité
dans le jeu vidéo ?

Du côté de la musique :

"Cover me session" de Hugo
On démarre la revue des festivals avec le Hellfest où nous avons passé 3 jours de folie :
Vendredi au Hellfest avec Joan Jett, Meshuggah, Juda Priest, A Perfect Circle...
encore le Hellfest le Samedi avec Rise of the Northstar, Pleymo, Deftones, Dimmu Borgir...
et on fini le Hellfest le Dimanche avec Megadeth, Iron Maiden, Marilyn Manson...

changement de décor, Vendredi au Eurockéennes de Belfort avec Beth Ditto, Prophets of Rage, Nine Inch Nails...
toujours les Eurocks, la journée du samedi en compagnie de Truckks, Queens of the Stone Age, Jungle ... (et semaine prochaine, le dimanche)
retour sur les 4 jours au festival de Beauregard :
Vendredi avec Charlotte Gainsbourg, Orelsan, Jack White, MGMT...
Samedi avec Eddy de Pretto, Black Rebel Motorcycle Club, Simpl Minds...
Dimanche avec Parquet Courts, The Breeders, At the Drive In, Bigflo & Oli...
et le bouquet final du lundi avec Depeche Mode, Girls in Hawaii et Concrete Knifes
et toujours :
"The symphonies" de Arvo Part
"Chambre noire" de Alexandre Nadjari
"What we've drawn" de Fuzeta
"Avec du noir avec du blanc" de Olivier Depardon
Shaggy Dogs en interview autour de leur album "All Inclusive"
"Murmures" de Tom Bourgeois

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Italienne, Scène et Orchestre" à la MC 93 à Bobigny
"Bohême, notre jeunesse" à l'Opéra Comique
"Les Liaisons dangereuses" au Théâtre de Nesle
"Dîner de famille" au Théâtre d'Edgar
"Seconde chance" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
dans le cadre du Festival au Village à Brioux-sur-Boutonne :
"Les Gravats"
"Au Banquet de Gargantua"
les chroniques des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon
et les chroniques des spectacles à l'affiche pour l'été parisien

Expositions avec :

"Kent Monkman - Beauty and the Beasts" au Centre Culturel Canadien
et la dernière ligne droite pour :
"Mary Cassatt - Une impressionniste américaine à Paris" au Musée Jacquemart-André
"Corot - Le Peintre et ses modèles" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Paul Sanchez est revenu !" de Patricia Mazuy
"Penché dans le vent!" de Thomas Riedelsheimer
dans la catégorie Oldies but Goodies en version restaurée :
"Les Dames du Bois de Boulogne" de Robert Bresson
"Laura nue" de Nicolo Ferrari
les chroniques des sorties de juin
et les chroniques des autres sorties de juillet

Lecture avec :

"Génocide(s)" de Kazuaki Takano
"Le dernier tableau de Sara de Vos" de Dominic Smith
"Réveille-toi !" de François Xavier Dillard
"Le président a disparu" de Bill Clinton et James Patterson
"Sur un mauvais adieu" de Michael Connelly
et toujours :
"Histoire du fascisme" de Frédéric le Moal
"Jesse le héros" de Lawrence Millman
"Taqawan" de Eric Plamondon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=