Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Still Life
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  avril 2018

Comédie dramatique de Emily Mann, mise en sène de Pierre Laville, avec Manon Clavel, Antoine Courtray et Ambre Pietri.

Après "Providence" de Neil LaBute, dans lequel Pierre Laville se confrontait à l'après "11 septembre 2001" new new-yorkais, avec "Still Life" d'Emily Mann, le metteur en scène traite des séquelles de la guerre d'Afghanistan chez un "marine" revenu au pays.

Mark (Antoine Courtray) est un être traumatisé par ce qu'il a vu, fait et vécu là-bas. Son attitude violente envers sa femme Chéryl (Manon Clavel) contraste avec ce que dit de lui Nadine (Ambre Pietri), sa maîtresse, qui en dresse un portrait plutôt flatteur et qui est pétri d'admiration pour son héros.

Avec deux chaises, un fauteuil, et quelques valises ou caisses constituant le "barda" de Mark comme décor, Pierre Laville s'est surtout centré sur les trois personnages qui monologuent pratiquement toujours, sauf rares et peu significatives exceptions.

Dans son texte, Emily Mann a privilégié les mots quotidiens, ne cherche pas autre chose que le parler commun, sans pour autant limiter la parole de ses protagonistes. Ainsi les deux femmes peuvent se répandre sur leur vision opposée de leur amant et celui-ci longuement s'expliquer sur sa guerre.

Sans doute, en limitant au minimum les dialogues, Emily Mann ne permet pas à la dramaturgie d'exploser. Chacun se raconte, mais jamais ne se confronte. Comme les mots sont volontairement hors littérature, on pourra trouver très répétitif un système qui n'avance guère dramatiquement.

L'auteure le sent très bien puisqu'elle conclut sa pièce par une tirade très éprouvante pour Mark, dans laquelle celui-ci conte ses "exploits" au "Moyen Orient", un "Moyen Orient" au sens américain puisqu'il parle de l'Afghanistan.

Antoine Courtray se tire bien de ce final, même si le contraste avec le reste de ses interventions dans "Still Life" est trop fort, trop antithétique et que, d'une certaine façon, on le sent en difficulté pour rendre crédible un récit sans concession, après avoir déversé beaucoup trop de banalités auparavant.

On saluera aussi la performance de Manon Clavel, voix grave, regard triste, qui parvient à s'extirper du rôle mélodramatique de la femme battue enceinte, pendant qu'Ambre Pietri, arrive à faire vibrer son personnage pourtant monolithique de simple "repos du guerrier".

Dans son diptyque "Providence"/"Still Life", Pierre Laville cherche à donner une incarnation à l'Amérique moderne. Sans doute s'appuie-t-il sur des textes manquant de puissance pour dépasser le simple constat des lieux.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=