Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gustav Klimt
Atelier des Lumières  (Paris)  Du 13 avril au 11 novembre 2018

Avec les expositions numériques présentées dans les Carrières de Lumières ouvertes en 2012 aux Baux-de-Provence, l'opérateur privé Culturespaces, spécialisé en gestion de monuments et musées et centres d'art, s'est positionné en pionnier de cette déclinaison contemporaine des ancestraux spectacles "Son et lumières".

Fort de leur succès public, il ouvre, sur le site d'une ancienne fonderie au coeur du 11ème arrondissement parisien, un Centre d’Art Numérique baptisé L'Atelier des Lumières qui bénéficie d'un impressionnant équipement multimédia et d'une sonorisation spatialisée pour investir une halle monumentale de 10 mètres de hauteur et 3000 m² de surfaces-écrans naturels pour présenter des expositions immersives consacrées aux grandes figures de l'Histoire de l'Art ainsi que des incursions dans l'art contemporain.

L'exposition inaugurale conçue sous le commissariat de Béatrice Avanzi, directrice de la programmation culturelle des expositions de Culturespaces, est consacrée à Gustav Klimt.

Choix d'autant plus judicieux que l"année 2018 est celle du centenaire de la mort du peintre qu'aucune institution muséale française ne célèbre et qu'il n'a jamais fait l'objet d'une exposition monographique étant toujours associé soit aux trois autres mousquetaires Egon Schiele, Koloman Moser et Oskar Kokoschkase dans l'exposition "Vienne 1900" en au Grand Palais soit à la Sécession viennoise en 2015 à la Pinacothèque de Paris dans "Au temps de Klimt, la Sécession à Vienne".

Klimt en majesté

La réalisation technique selon le procédé AMIEX® (Art & Music Immersive Experience) est assurée par Gianfranco Iannuzzi, qui assure la conception et la direction artistique du projet basé sur l'utilisation de l'image, du son et de la lumière comme médias d’expression sensorielle, Renato Gatto, enseignant de théâtre et assistant metteur en scène, Massimiliano Siccardi, vidéaste et artiste multi média et Luca Longobardi, pianiste et compositeur.

Des milliers d'images mises en mouvement provenant d'un colossal et remarquable travail de décomposition et recomposition des œuvres d'art originales ordonnées en une véritable mise en scène millimétrée envahissent le lieu pendant 35 minutes.

Et quand l'art visuel vient soutenir les beaux-arts, cela aboutit à une fantastique immersion visuelle - et musicale avec une bande-son constituée d'extraits d'oeuvres de Wagner à Philip Glass mixée par Luca Longobardi - qui supplante radicalement le conventionnel et statique film documentaire nonobstant l'absence de commentaires pseudo-didactifs auxquels se substituent avantageusement les émotions personnelles.

De conception muséographique, et quasi idéale pusiqu'elle montre des oeuvres dont les originaux dispersés sont difficiles voire impossibles à réunir, elle projette le spectateur, d'une part, au temps de la Sécession viennoise en situant ce mouvement dans le contexte artistique de l'époque, placé sous le règne de l'académisme et d'un historicisme néo-classique.

Avec notamment un focus sur celles néo-classiques, en résonance avec le Settecento vénitien, de Hans Makart, le peintre officiel de la maison impériale d'Autriche, présentées dans un bloc circulaire appartenant à l'ancien équipement de la fonderie dont sont également conservés le four et la cherminée.

D'autre part, la monstration invite à une découverte immersive dans l'oeuvre de Gustav Klimt avec en contrepoint et entre autres, celles de Egon Schiele, son compatriote contemporain décédé la même année en 1918, qui s'est orienté vers l'expressionnisme dans la mouvance de la Sécession berlinoise avec des corps torturés à l'érotisme lunaire, de Otto Wagner avec les vitraux de la station de métro Karlsplatz et de Franz Matsch représentant du Jugendstil avec son travail pictural pour le Burgtheater.

Elle se développe en séquences thématiques qui illustrent son travail dans le registre des arts décoratifs pour les somptueux monuments de la Ringstrasse constituant le centre historique de Vienne dont l'ensemble de peintures réalisées pour l'escalier du Kunsthistorisches Museum ou la "Frise Beethoven" qui ornait le Pavillon de la Sécession en 1902..

Ainsi que dans des commandes privées tel le magnifique arbre de vie réalisé pour le Palais Stoclet à Bruxelles conçu par l'architecte pour un financier belge qui prend corps feuilles après branches pour envahir tout l'espace.

Au rang des beaux-arts, le visiteur-spectateur pourra également prendre la mesure de son talent dans le genre du paysage, peut-être moins connu du public, avec de superbes de paysages sylvestres ou bucoliques parois traités de manière pointilliste.

Mais le nom de Gustav Klimt est indissociablement lié à sa thématique de prédilection qu'est la femme que ce soit dans des déclinaisons mythologiques et bibliques ("Pallas Athena", "Danaé", "Judith") ou allégoriques ("Nudas Veritas", "Le Baiser"), avec le stérotype symboliste de la femme à la sensualité animale, une femme rousse à la peau de lait, et des portraits de femmes réelles mais transfigurées par l'idéalisation ou l'iconification à la manière byzantine telle Adèle Bloch-Bauer.

Un ravissement er une expérience roborative pour se confronter à l'Histoire de l'Art.

 

En savoir plus :

Le site officiel de l'Atelier des Lumières

Crédits photos : MM
avec l'aimable autorisation de l'Atelier des Lumières


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=