Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Qui suis-je ?
Théâtre de l'Etincelle  (Rouen)  avril 2018

Spectacle jeune public d'après le roman éponyme de Thomas Gornet, mis en scène de Yann Dacosta, avec Théo Costa-Marini, Côme Thieulin et Manon Thorel.

Vincent Latan a 14 ans. Il est au collège en classe de 3ème. De la rentrée scolaire à la fin des classes en juin, il raconte sa vie et les bouleversements qui l'agitent lors de cette année charnière où il se révêlera à lui-même.

La 3ème, c'est la vie avec ses amis Myriam et Aziz, les séances de sport avec Monsieur Gomez, qui le terrifient, l'orientation scolaire pour la suite et puis l'arrivée d'un nouveau venu...

En adaptant le roman éponyme de Thomas Gornet, Yann Dacosta et la Compagnie Le Chat Foin traitent avec "Qui suis-je ?" du sujet de l'identité à l'adolescence à partir du récit de Vincent qui, à la manière d'un journal intime, livre ses impressions sur ses journées et raconte le petit monde qui l'entoure.

Au fil de ces mois, Vincent prendra conscience des sentiments qu'il éprouve. Le texte redoutablement réaliste de Thomas Gornet comporte suffisamment d'humour, notamment dans l'autodérision de Vincent, pour que l'on suive avec plaisir sa chronique racontée avec de belles images, dans le texte et sur scène.

En contrepoint au jeu des comédiens, pour illustrer les différents décors et donner une ambiance universelle, Yann Dacosta a choisi cette fois, après les animations vidéos très réussies du magnifique "L'apprenti", son précédent spectacle sur l'adolescence, la bande-dessinée.

Le dessin en noir et blanc d'Hugues Barthe traduit à merveille l'univers normé et oppressant du collège dans lequel Vincent a tant de mal à se fondre et n'est pas sans rappeler celui désenchanté de "Ghost World" de l'américain Daniel Clowes, soulignant tous deux la dureté de ce microcosme et de cette période.

Il ménage même de vrais moments de grâce et d'émotion comme les scènes où, dans la nuit, Vincent partage sa solitude avec une femme de ménage observée dans l'immeuble d'en face ou celle où il est invité au repas dans la famille d'Aziz.

Au centre d'une scénographie efficace de Grégoire Faucheux qui reprend le décor d'une salle de sport avec bancs en bois et espaliers, servant tout à la fois de salle de classe, d'abribus ou de cour de récré, permettant grace au grand écran intégré de projeter les illustrations ou de créer des ombres chinoises, les trois comédiens interprètent tous les protagonistes de cette histoire d'expérimentation du désir amoureux.

Côme Thieulin est un parfait Vincent dans un jeu délicat qui touche par sa sincérité. Manon Thorel, débordante d'énergie défend avec la même conviction les personnages de Myriam, la meilleure amie ou des adultes souvent un peu hystériques. Quant à Théo Costa-Marini, déjà intéressant dans le précédent spectacle de la compagnie ("Légendes de la forêt viennoise"), il est épatant dans les rôles de tous les garçons de la classe, à qui il apporte à chacun une nuance distincte avec une justesse absolue.

Ce récit d'apprentissage permet grâce à l'humour omniprésent de faire passer un sujet grave (la différence) tout en l'éclairant et en donnant de nombreuses pistes de réflexion et de discussion.

Comme pour "L'apprenti", Yann Dacosta a opté pour la simplicité de la mise en scène, ce qui permet à l'émotion d'apparaître. L'optimisme de Vincent, même si ce premier amour est un échec, trouvera dans la façon dont il parvient à accepter sa différence, la force après le noir de voir enfin la vie en couleurs.

Un spectacle audacieux et original qui réussit à mettre des mots sur des sujets tabous chez les adolescents. Un spectacle d'intérêt public, donc.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=