Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Zelda - Vie et Mort de Zelda Fitzgerald
Théâtre de l'Epée de Bois  (Paris)  avril 2018

Monologue dramatique écrit et interprété par Giorga Cerruti.

De New York à la Riviera, l'écrivain Scott Figtzerald auteur du fameux "Gatsby le Magnifique" et son épouse Zelda formèrent un couple emblématique des Années Folles que leur épitaphe commune, la dernière phrase de ce roman - "C’est ainsi que nous avançons, barques luttant contre un courant qui nous rejette sans cesse vers le passé" - lie de manière indéfectible au regard du monde.

Après la décennie "Amour, gloire et beauté", tout est irrémédiablement consumé, la notoriété, la richesse, la rupture conjugale. Suit le naufrage dans l'alcool pour lui qui vivote de l'écriture de scénarios pour Hollywood, dans la folie pour elle, souffrant de troubles bipolaires alors assimilés à la schizophrénie, avec, outre les neuroleptiques, les traitements de choc de l'époque.

Car derrière l'image d'Epinal pour tabloïds, l'envers du décor c'est le pandémonium conjugal qui ravageait ce couple en miroir fondé sur des identifications imaginaires et rattrapé par le principe de réalité. Tous deux en quête d’affirmation et de reconnaissance rêvaient d'une vie de roman, une vie sans entrave comme une fête perpétuelle dans le luxe, la désinvolture et le mépris des conventions, et d'un amour de conte de fées.

Lui, en quête d'ascension sociale, dans la posture de l'écrivain célèbre nanti d'une flatteuse et enviée épouse-muse émancipée, elle, qui voulait échapper de la vie provinciale, en séductrice universelle et reine du bal admirée de tous qui renvoie l'image d'une "flapper" dont elle arbore les codes non par conviction idéologique, son attitude anticonformiste traduisant davantage un mal-être profond.

La partition de "Zelda - Vie et Mort de Zelda Fitzgerald" conçue par Giorga Cerruti avec la collaboration de Davide Giglio à la dramaturgie s'avère remarquable et passionnante car, d'une part, elle ne s'inscrit pas dans le registre traditionnellement linéaire et factuel du biopic mais ressort à l'évocation impressionniste.

Et ce, au gré des affleurements mnésiques et d'éclairs de lucidité qui émaillent, sans respect de la chronologie ou de l'objectivité, le flux de pensée erratique de Zelda ravagée par la maladie mentale.

En second lieu, elle a été subtilement élaborée non à partir des biographies existantes mais du matériau de première main que constitue le corpus épistolaire des Fitzgerald et comporte tous les éléments d'un puzzle tragique architecturé dès l'enfance par les figures parentales, notamment celle du père rigoriste, le Juge.

Sur la scène envahie d'une lourde fragrance de roses, celui de la roseraie de la mère, une femme catatonique repose dans un lit, yeux fermés et mains jointes sur la poitrine dans l'attitude du gisant, jusqu'à l'éveil dans une bouffée de délire mystique. La parole surgit.

Sous la direction d'acteur de Davide Giglio, Giorgia Cerruti, comédienne inspirée et talentueuse, livre une prestation incarnée aussi admirable que fascinante et bouleversante tant pour représenter la folie de manière plausible qu'incarner une femme à l'âme égarée dont elle transcende le personnage.

Une très belle et réussie proposition, dispensée en français de surcroît, à inscrire à l'actif de la Piccola Compagnia della Magnolia sise à Turin.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=