Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Zelda - Vie et Mort de Zelda Fitzgerald
Théâtre de l'Epée de Bois  (Paris)  avril 2018

Monologue dramatique écrit et interprété par Giorga Cerruti.

De New York à la Riviera, l'écrivain Scott Figtzerald auteur du fameux "Gatsby le Magnifique" et son épouse Zelda formèrent un couple emblématique des Années Folles que leur épitaphe commune, la dernière phrase de ce roman - "C’est ainsi que nous avançons, barques luttant contre un courant qui nous rejette sans cesse vers le passé" - lie de manière indéfectible au regard du monde.

Après la décennie "Amour, gloire et beauté", tout est irrémédiablement consumé, la notoriété, la richesse, la rupture conjugale. Suit le naufrage dans l'alcool pour lui qui vivote de l'écriture de scénarios pour Hollywood, dans la folie pour elle, souffrant de troubles bipolaires alors assimilés à la schizophrénie, avec, outre les neuroleptiques, les traitements de choc de l'époque.

Car derrière l'image d'Epinal pour tabloïds, l'envers du décor c'est le pandémonium conjugal qui ravageait ce couple en miroir fondé sur des identifications imaginaires et rattrapé par le principe de réalité. Tous deux en quête d’affirmation et de reconnaissance rêvaient d'une vie de roman, une vie sans entrave comme une fête perpétuelle dans le luxe, la désinvolture et le mépris des conventions, et d'un amour de conte de fées.

Lui, en quête d'ascension sociale, dans la posture de l'écrivain célèbre nanti d'une flatteuse et enviée épouse-muse émancipée, elle, qui voulait échapper de la vie provinciale, en séductrice universelle et reine du bal admirée de tous qui renvoie l'image d'une "flapper" dont elle arbore les codes non par conviction idéologique, son attitude anticonformiste traduisant davantage un mal-être profond.

La partition de "Zelda - Vie et Mort de Zelda Fitzgerald" conçue par Giorga Cerruti avec la collaboration de Davide Giglio à la dramaturgie s'avère remarquable et passionnante car, d'une part, elle ne s'inscrit pas dans le registre traditionnellement linéaire et factuel du biopic mais ressort à l'évocation impressionniste.

Et ce, au gré des affleurements mnésiques et d'éclairs de lucidité qui émaillent, sans respect de la chronologie ou de l'objectivité, le flux de pensée erratique de Zelda ravagée par la maladie mentale.

En second lieu, elle a été subtilement élaborée non à partir des biographies existantes mais du matériau de première main que constitue le corpus épistolaire des Fitzgerald et comporte tous les éléments d'un puzzle tragique architecturé dès l'enfance par les figures parentales, notamment celle du père rigoriste, le Juge.

Sur la scène envahie d'une lourde fragrance de roses, celui de la roseraie de la mère, une femme catatonique repose dans un lit, yeux fermés et mains jointes sur la poitrine dans l'attitude du gisant, jusqu'à l'éveil dans une bouffée de délire mystique. La parole surgit.

Sous la direction d'acteur de Davide Giglio, Giorgia Cerruti, comédienne inspirée et talentueuse, livre une prestation incarnée aussi admirable que fascinante et bouleversante tant pour représenter la folie de manière plausible qu'incarner une femme à l'âme égarée dont elle transcende le personnage.

Une très belle et réussie proposition, dispensée en français de surcroît, à inscrire à l'actif de la Piccola Compagnia della Magnolia sise à Turin.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 7 mars 2021 : Mars et ca repart... peut être

Pas de nouvelles très réjouissantes du côté de la culture en ce mois de mars, veille de printemps. Rien sur les salles de spectacles, les musées et les cinémas de rares évocations de la réouverture des restaurants à midi "quand on pourra". Bref, pas de quoi se réjouir. Voici en tout cas notre sélection culturelle pour tenir le coup en attendant.
on commence par le replay de la MAG #22

Du côté de la musique :

"Collapsed in Sunbeams" de Arlo Parks
"Ma folie" de Bast Ferry
"Paradise" de Da Capo
"It's OK" de Fantomes
"L'effet waouh des zones côtières" de Institut
"Something joyful" de Jonathan Orland Quartet
"Haydn : Stabat mater, Symphonies N° 84 & 86" de Le Concert de la Loge & Julien Chauvin
"No black violins" le mix 15 de Listen In Bed à écouter à volonté
"Liberté" de Sego Len
"Où tout a commencé" de Tristesse Club
et toujours :
"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones

Au théâtre dans son salon :

"Le Gros, la Vache et le Mainate" de Pierre Guillois
"Intrigue et Amour" de Yves Beaunesne
"13 à table" de Marc-Gilbert Sauvageon
"Thé à la menthe ou t'es citron" de Patrick Haudecoeur
"J'étais dans ma maison et j'attendais que la pluie vienne" de Jean-Luc Lagarce
"Faut-il laisser les vieux pères manger seuls aux comptoirs des bars ?" de Carole Thibaut
"Eric-Antoine Montreux tout !" au Festival de Montreux

Expositions :

en virtuel :
"Vasarely - Le partage des formes" au Centre Pompidou
"Picasso poète" au Musée national Picasso
"Jean" à la Cité des sciences et de l'industrie
"Comme un parfum d'aventure" au Mac Lyon
"Omar Ba - Anomalies" à la Galerie Templon
"Les aventuriers des mers" à l'Institut du Monde Arabe

Cinéma :

at home :
"Exotica" d'Atom Egoyan
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Biens Aimés" de Christophe Honoré
"Dans les champs de bataille" de Danielle Arbid
"Eastern Plays de Kamen Kalev
"Mon frère s'appelle Robert et c'est un idiot" de Philip Gröning

Lecture avec :

"Que ma mort soit une fête" de Cristian Alarcon
"Normal people" de Sally Rooney
"Middlewest" de Skottie Young & Jorge Corona
"L'hôtel de verre" de Emily St.John Mandel
"De Staline à Hitler" de Robert Coulondre
et toujours :
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=