Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Posies
Interview  (Paris)  18 juillet 2005

Rencontre avec The Posies qui reviennnent sur nos platines avec un nouve album Every king of light

Ca fait sacrément plaisir de retrouver les Posies… 8 ans… Mais qu’avez-vous fait depuis la parution de votre dernier album Success ?

En fait cet album a été conçu en 97, mais à l’époque, nous savions déjà que ce disque sonnerait le glas des Posies… Nous sommes venus faire une tournée en Europe à la fin de l’été 98, puis nous sommes repartis aux Etats-Unis. A la fin de la tournée nous avons décidé de mettre un terme aux Posies.

Quelles étaient les raisons pour arrêter ? De plus, le titre, Success, était ironique.

En fait c’était assez bizarre : nous avons arrêté le groupe (disques, tournées) mais nous avons continué à travailler sur des projets concernant les Posies.


Mais vous vous êtes consacrés à des projets solos ?

Pas seulement, nous avons travaillé ensemble avec Ken pour le coffret et le Best Of des Posies. Nous avons fait un set acoustique ensemble, qui est sorti en disque, nous avons joué dans 17 pays différents … Ensuite nous avons recruté un bassiste et un batteur et nous voici ici à Paris…

A partir de quand avez-vous pris la décision de ressortir un nouvel album sous le nom des Posies ?

On a vaguement commencé à y penser vers 2003. En fait lorsque nous avons recommencé à tourner, à jouer ensemble, on y songeait un peu, l’idée trottait dans la tête de chacun.

En 93, vous avez composé un "mini hit" avec "Dream All Day". Vous étiez chez Geffen et surfiez sur la vague grunge. Ensuite les choses ses sont un peu calmées… Avez-vous des regrets sur cette époque dorée de la musique alternative américaine ?

Notre succès a été plus relatif que tu ne peux le penser. Pour moi l’idée que je me fais du succès c’est de pouvoir vivre de ce que tu aimes. Nous n’avons pas vendu des millions de disques. Si cela avait été le cas, nous aurions fini par nous entretuer, tuer les gens autour de nous, ainsi que nous-mêmes…Mais bon j’ai de bons souvenirs de cette période, même je ne suis pas vraiment nostalgique…

Justement, tous les groupes du début des années 9O se reforment ou sortent des disques. Vous sortez un album a ce moment précis… C’est une coïncidence ?

Nous avons commencé à travailler sur ce disque il y a un an et demi… Il ne sort que maintenant, donc je sais très bien que certaines personnes vont faire l’amalgame et se dire que nous prenons le train en marche… Et puis comme j’expliquais plus haut, Jon et moi avons toujours plus ou moins continué à faire des choses qui tournaient autour des Posies, même si le groupe n’existait plus vraiment… On ne s’est pas dit il y a six mois :"Tiens, on va reformer les Posies et faire un nouveau disque…".

Comment s’est passé l’écriture des chansons du nouvel album ?

Nous avons travaillé ensemble (Jon, Ken, ainsi que le bassiste et le batteur) dans le studio, tout le monde a apporté sa contribution aux morceaux du nouvel album. Chacun est venu avec son enthousiasme et puis… voilà. On a commencé à jouer ensemble et les choses se sont passées de manières assez spontanées et naturelles. Mais je serais incapable de te dire à quel pourcentage chacun a contribué pour chaque morceau…

Est-ce que vos expériences solos ont influencé l’écriture du nouvel album ?

En fait ce qui est étrange, c’est que c’est album était un peu un coup de poker, parce que cela aurait pu être un disque pathétique : nous sommes rentrés tous les quatre en studio sans réelle direction voire sans un squelette de chanson. Donc je pense que les expériences de chacun ont apporté quelque chose aux Posies. Nous sommes assez étonnés du résultat parce que ça a marché. L’album s’est fait en trois semaines, mais je n’ai pas l’impression que ce disque donne l’impression d’avoir était fait par-dessus la jambe. Je ne pensais pas en entrant en studio que trois semaines plus tard nous aurions ce disque dont nous sommes très fiers.

Ce nouvel album est-il un acte isolé ou est-ce l’occasion de redonner une nouvelle vie aux Posies ?

Nous voudrions juste pouvoir continuer quelques années, et nous voudrions offrir des albums de qualité, voire de faire mieux. Mais nous prenons les choses comme elles viennent, nous évitons de tirer des plans sur la comète. Pour le moment nous avons une tournée de six mois qui nous attend, et nous verrons comment nous sentons les choses après cette tournée…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Every Kind Of Light de The Posies
The Posies en concert au Festival International de Benicassim 2005 (jeudi)


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=