Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Enfers et Fantômes d'Asie
Musée du Quai Branly  (Paris)  Du 10 avril au 15 juillet 2018

Conçue sous le commissariat de Julien Rousseau, responsable de l’Unité patrimoniale Asie au MQB, avec la collaboration de Stéphane du Mesnildot, journaliste spécialiste du cinéma asiatique, l'exposition "Enfers et Fantômes d'Asie" qui se tient au Musée du Quai Branly s'avère aussi passionnante et jubilatoire que foisonnante et ambitieuse par son ampleur tant spatio-temporelle qu'artistique.

En effet, même si se cantonne aux pays d'Asie Orientale et du Sud-Est, Chine, Japon, Thaïlande, Cambodge, Laos et Vietnam qui partagent le même engouement pour l'épouvante constituent déjà un vaste champ exploratoire d'autant que celui-ci vise tant les beaux arts que les arts graphiques et les arts décoratifs, la littérature que le théâtre, du théâtre No et Kabuki au théâtre de rue, et le cinéma avec une incursion conséquente dans les productions culturelles contemporaines.

Superbement scénographié par l'Agence Natahlie Crinière qui gère parfaitement la présentation sublimée des différentes pièces exposées, de l'amulette miniature à la monumentale Porte des Enfers créée par le studio de cinéma QFX Workshop, le parcours se déroule en trois chapitres thématiques "Vision des enfers", "Fantômes errants et vengeurs" et "La chasse aux fantômes" déclinés toutes époques et pays confondus.

L'imaginaire asiatique hanté dans tous ses états

Nonobstant ses spécificités nationales, la cosmologie asiatique s'organise autour de l'enfer et de la réincarnation. Ainsi en Thaïlande, le supplice expiatoire réservé aux damnés ne consistent pas crépiter dans les flammes mais à être privés de nourriture, la maigreur étant la forme la plus misérable de la réincarnation.

Les revenants faméliques et affamés qui viennent se nourrir du foie des vivants constituent le bataillon des "Phi" qui, comme Krasüe, la tête de femme volante dévore les passants, nourrissent une iconographie sanglante déclinée en sculptures géantes de parc à thème, qualifiés fort logiquement de jardins des enfers, et dont l'artiste contemporain Anupong Chantorn donne une représentation saisissante ("Rival").

Mais également dans le cinéma thaïlandais avec, depuis les années 1990, une double tendance, celle du genre gore du "slasher movie" et celle du genre comique ressortant au Grand Guignol que la section Thaï Horror Picture Show invite à découvrir.

Côté salles obscures, le Japon se positionne dans le peloton de tête du cinéma d'épouvante avec la "J-Horror" qui mise sur le registre de l’horreur psychologique avec, par exemple, Kaibyo, la femme-chat vampire.

Le conséquent thésaurus des créatures infernales japonaises, dont les avatars contemporains sont également déclinés dans les mangas et le cinéma d'animation, résulte d'une culture nippone du fantôme constitué par agrégation depuis les rouleaux peints du "Cortège nocturne des cent démons" datant du 15ème siècle et les estampes des maîtres de l'Epoque Edo,

Le visiteur pourra donc admirer de très belles estampes dont celles consacrées à la "mère" de tous les fantômes féminins, une apparition terrifiante prénommée Oiwa qui était un personnage de conte avant d'intégré le corpus du théâtre Kabuki.

Sa figure est représentée par Hokusai dans sa série "Cent histoires de fantômes" puis dans un livre intitulé "Histoires de fantômes japonais" présentés lors de la Rétrospective Hokusai qui lui était consacrée en 2015 au Grand Palais et le Studio Adrénaline en a élaboré un hologramme conçu avec la danseuse de bûto Yoko Higashi.

Quant au théâtre Nô, il s'est inspiré des démons Hannya issus des légendes fantastiques pour ses pièces dites de folie ou de fureur comme le théâtre Kabuki avec les fantômes de femmes vengeresses échevelées et vêtues d'un linceul, les Yurei, trè souvent portraiturées et dont les estampes sont réunies en une superbe galerie.

Autres avatars spectraux, les Funayurei, fantômes de mers et esprits des noyés, qui inspirent Hokusai ("Le fantome de Kohada Koheiji") et le monstre-squelette décliné dans l'histoire de "La Princesse Takiyasha" par Kuniyoshi qui pratiquait le sujet du fantôme auquel a été dédié l'exposition monographique "Fantastique ! Kuniyoshi, le démon de l'estampe" au Petit Plais en 2016.

Enfin, et entre autres, les Jiangshi, vampires sauteurs apparus dans la littérature du 18ème siècle, repris dans le cinéma de genre du kung-fu horror comedy, sont de redoutables créatures travesties en mandarins qui viennent subtiliser le souffle vivtal des vivants.

Pour combattre ces créatures, outre des rites d"'exorcisme, le théâtre masqué met en scène des héros historiques, tels ceux de l’histoire des Trois Royaumes, qui abattent les fantômes au cours de combats spectaculaires et les processions de rue, telle celle de la Fête des morts invoquant le Dieu des murailles et des fosses, revêtent une fonction rituelle de purification.

L'exposition s'achève dans la sérénité avec des créatures fantastiques, les gardiens des frontières et des tombeaux face au Bodhisttava Kanon poteur de lotus qui apaise les fantômes et permet le retour dans le cycle des réincarnations.

A ne pas rater une autre des oeuvres conçues spécialement pour l'événement, l'huile sur tulle "On the Buddha's hand" de Uttaporn Nimmaleikaew.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée du Quai Branly

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Musée du Quai Branly


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=