Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Possession
Paul Tremblay  (Sonatine Editions)  mars 2018

Parvenir à faire trembler un certain Stephen King au détour d’une lecture n’est pas une mince affaire. Lui-même le dit très bien sur la couverture de Possession, "sachez que pour me faire peur, il faut se lever de bonne heure". Pari réussi donc, pour Paul Tremblay, que l’on annonce déjà comme le nouveau Stephen King avec son premier livre traduit en français, dont la page de couverture, particulièrement intrigante, donne envie d’aller lire ce qui a touché autant le King.

Beverly, banlieue de Boston, Massachussetts, une famille ordinaire, les Barett. Dans cette famille ordinaire, Marjorie, quatorze ans commence à manifester les symptômes d’une étrange schizophrénie. Des évènements de plus en plus angoissants se produisent, contraignant la famille, un peu désemparée face à cette situation, à solliciter l’aide d’un prêtre qui pense trouver la solution par l’exorcisme. Ses consultations chez un psy n’ont rien arrangé et la situation empire.

En manque d’argent, les Barett acceptent l’offre généreuse d’une chaîne de télé qui leur propose de suivre en direct les évènements. Très vite, l’émission de téléréalité rencontre un succès important jusqu’à son interruption sans explication, du jour au lendemain. Que s’est-il passé dans la maison des Barett ?

Le livre est franchement flippant, construit autour de personnages particulièrement inquiétants issus d’une famille désemparée. Paul Tremblay nous fait suivre l’histoire du point de vue d’une jeune enfant de 8 ans, Merry, la sœur de la fille "possédée". Sa construction est simple et efficace, autour de deux parties, une première digne des grands films d’horreur, dans laquelle l’auteur développe une atmosphère angoissante à souhait et une deuxième qui vire au thriller pour nous emmener vers un final incroyable.

Dans la première partie, on se retrouve véritablement plongé dans l’histoire de cette famille qui va connaître l’horreur. On est spectateur de cette descente aux enfers, un peu comme si l’on regardait un film. Il nous décrit un père qui sombre petit à petit dans le fanatisme religieux, une mère de plus en plus perdue et une sœur qui se transforme petit à petit en un personnage inquiétant. Face à cela, Merry est vite perdue et impuissante. Paul Tremblay arrive à donner une dimension visuelle à son écriture qui renforce les effets d’épouvante sur nous. Il en profite aussi pour parsemer des références à des films d’horreur que les amateurs reconnaîtront rapidement.

La deuxième partie, flippante aussi qui, pour moi, révèle la véritable qualité du livre, nous fait changer de camps. On ne vit plus la situation du côté de la famille mais de l’autre côté de la caméra, celle de l’émission de téléréalité. L’auteur décortique les mécanismes de ces émissions à la mode de façon très critique. On y découvre (au travers des extraits d’un blog) ses dessous, ses manipulations, la recherche d’audimat qui n’a que faire du malheur et de la détresse des familles. On comprend, même si on le savait déjà que, des images choisies, des témoignages découpés donnent une meilleure dimension sensationnelle à une émission.

On va, au final, comprendre au fil des pages ce qui s’est réellement passé dans cette maison, savoir si Marjorie est vraiment "possédée", tout cela de façon habile car l’auteur va prendre un malin plaisir à jouer avec nos nerfs, nous laissant croire, à un moment que le mystère est résolu avant de retourner la situation pour mettre à mal nos certitudes.

Avec Possession, Paul Tremblay parvient à jouer parfaitement avec notre rythme cardiaque en maîtrisant parfaitement le suspense de son ouvrage au sein d’une ambiance particulièrement oppressante et angoissante qui font que l’on comprend mieux pourquoi et surtout comment il a su faire hérisser le poil de Stephen King.

Possession est donc un livre qui mêle horreur et thriller avec perfection et intelligence, un livre incroyable et déconcertant qui embarque le lecteur dans un huis-clos angoissant dont la fin nous laisse dans un état de sidération absolue. Un vrai coup de cœur.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Paul Tremblay
Le Facebook de Paul Tremblay


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=