Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tarkovski, le corps du poète
Manufacture des Oeillets  (Ivry)  mai 2018

Texte de Julien Gaillard, mise en scène de Simon Delétang, avec Hélène Alexandridis, Thierry Gibault, Stanislas Nordey, Pauline Panassenko et Jean-Yves Ruf.

Stanislas Nordey poursuit sa revisitation des grands cinéastes hérétiques. Après R.W. Fassbinder et Pier Paolo Pasolini, c'est au tour d'Andréï Tarkovski d'avoir le privilège d'être interprété par l'ex-directeur de la Colline devenu celui du Théâtre National de Strasbourg.

Plus encore que pour les artistes précédents, on a l'impression d'une immersion en profondeur dans l'oeuve du cinéaste soviétique, auteur de seulement sept films mais qui, tous, à leur façon, ont changé quelque chose dans la vie de ceux qui les ont vus.

D'abord, on passera sur le gros moins dans l'incarnation de Tarkovski par Stanislas Nordey : sa moustache et sa mèche. Physiquement, la ressemblance n'est pas flagrante et c'est plus à Francis Cabrel, mâtiné d'un soupçon d'Adolf Hitler, qu'on pense en voyant Nordey en Tarkovski.

Commencé par un irrésistible numéro de Pauline Panassenko en conférence russe surtitrée qui débite un texte de présentation d'Andréï Tarkovski tel qu'il doit apparaître dans des encyclopédies d'avant Wikipédia, "Tarkovski, le corps du poète" se poursuit par une scène où le grand cinéaste est allongé dans un grand lit d'où vont naître ses rêves et préfigure sa mort prématurée.

Dans la mise en scène de Simon Delétang, les images produites vont être théâtralement saisissantes, qu'elles soient réussies ou pas, installant une correspondance avec l'immense travail visuel de Tarkovski.

Qu'il s'agisse des textes dits par Nordey choisis par Julien Gaillard ou de l'ambiance produite par Simon Delétang, on peut dire, quand on connaît bien l'oeuvre d'Andréï Tarkovski, qu'elle n'est dans l'ensemble pas trahie. Au contraire, on peut mettre au crédit du couple Gaillard-Delétang un grand respect et une non moins égale admiration pour l'oeuvre de l'auteur du "Sacrifice".

Encore une fois, "Tarkovski, le corps du poète" risque de séparer le public selon sa connaissance préalable de la filmographie du cinéaste de "Solaris". Pour ceux qui le pratiquent couramment, ils trouveront que Nordey en fait quelqu'un de trop tourmenté, une sorte d'agité en proie aux démons de l’artiste possédé par son génie, alors que dans les interviews reprises ici on découvrait un personnage d'une grande douceur, quelqu'un qui ne criait pas (ou exceptionnellement), qui ne pouvait pas crier parce qu'il était justement hanté par une œuvre d'origine divine.

Autre biais : s'il a écrit son journal et qu'on a ressemblé en ouvrages ses interventions et ses entretiens, Tarkovski était surtout un homme possédé par l'image, par la puissance des symboles iconiques. Ce n'était pas un homme du discours ou du ressassement.

Inévitablement, en en faisant quelqu'un qui ne cesse de parler, Nordey est loin du Tarkovski qui s'exprimait en images poétiques ou dans la concision d'une parole plus proche de la prière que du discours. N'importe, en étant dans l'emphase et dans un lyrisme que l'on peut juger excessif pour représenter Tarkovski, Nordey a le mérite d'un certain didactisme.

Il faut considérer "Tarkovski, le corps du poète, sous-titré "Il est temps de comprendre que personne n'a besoin de toi", comme un exercice d'admiration (d'où les scènes dans lesquelles Thierry Gibault et Jean-Yves Ruf rejouent des séquences de "Stalker") et comme une introduction à une œuvre majeure, une de seules œuvres cinématographiques qui, objectivement, met le cinéma à la hauteur des formes littéraires et des arts picturaux.

On saura gré à Julien Gaillard et à Simon Delétang de n'avoir pas ponctué cette évocation de vidéos extraites des films du cinéaste russe. Quelqu'un qui ne saurait rien de lui, n'en aurait rien vu, pourrait ainsi imaginer un tout autre cinéma que le sien.Il aurait pour cela les éléments fournis par le couple dramaturge-scénographe.

Ce qui, finalement, correspond bien à ce que Tarkovski voulait produire sur son spectateur au niveau spirituel. Pour lui, le cinéma n'est pas qu'une reproduction de la vie, c'est aussi la recherche, hésitante et tâtonnante, d'une transcendance dont il a la certitude, et qui deviendra une évidence à force d'apparaître dans les œuvres artistiques.

Car Tarkovski est un croyant dans un monde d'athées, de gens qui, littéralement, ne voient pas. Paradoxe insoutenable que ces aveugles à qui il montre en pure perte ce qu'ils ne peuvent pas voir.

Didactique, parfois un peu trop, "Tarkovski, le corps du poète" a le mérite de sortir de son purgatoire l'un des génies du 20ème siècle. Quoi qu'il s'agite, alors que son modèle avait le désespoir zen et parlait avec une douceur infinie, Stanislas Nordey est, comme toujours, d'une sincérité intégrale.

Avec plus de maladresses que de certitudes, il se confronte à un être lumineux qui se fracasse contre l'obscurité commune à tous les hommes du commun. Il ne mesure sans doute pas sa chance, celle de s'investir profondément dans l'être d'un artiste incomparable, voleur de feu et grande âme.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=