Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Passage des ombres
Arnaldur Indriðason  (Editions Métailié)  mai 2018

On ne présente le plus le maître du polar islandais Arnaldur Indriðason ! Ses nouveaux livres sont toujours attendus par ses fidèles lecteurs, avides de polar historiques, de romans policiers ou d’affaires d’espionnages. Traduit dans de nombreuses langues, ils lui ont déjà permis d’obtenir de nombreux prix.

Son dernier ouvrage, sorti il y a peu, ne devrait pas déroger à la règle et ravir ses fidèles lecteurs. Passage des ombres vient clore la trilogie entamée avec La femme de l’ombre et Dans l’ombre, les deux précédents tomes publiés l’an dernier, déjà aux éditions Métailié. Nulle obligation d’avoir déjà lu les deux précédents tomes pour lire Passage des ombres, les trois histoires restent indépendantes même si elles réunissent le même couple d’inspecteur et se situent au cours de la même période, à savoir la Seconde Guerre mondiale pendant l’occupation anglo-américaine de l’Islande. Passage des ombres devrait même convaincre les lecteurs qui découvrent cette trilogie d’aller lire les deux précédents opus tant il est réussi. Malin donc cet Arnaldur Indriðason et talentueux aussi.

L’histoire débute avec la découverte d’un vieil homme mort dans son lit, un certain Thorson. Alors que l’on pourrait penser qu’il est décédé de mort naturelle, l’autopsie révèle qu’il a été étouffé. Dans son bureau, on retrouve de nombreuses coupures de presse concernant la découverte d’un corps, une jeune femme couturière, Rosamunda, dans le passage des ombres en 1944 pendant l’occupation américaine. Thorson fut celui qui enquêta sur le meurtre de cette jeune fille avec son collègue Flovent.

Pourquoi ce vieil homme a-t-il été assassiné ? Existe-t-il un lien entre cet assassinat et l’affaire de 1944 sur laquelle il disposait de coupures de presse ? Un innocent aurait-il été arrêté en 1944 ?

Une fois n’est pas coutume, Arnaldur reprend un procédé qui fonctionne à merveille dans ces livres, celui de la double enquête, qui s’entrecroise, sur deux périodes différentes. Une fois encore, un fait divers intervient dans notre époque, la mort du vieil homme, et cela conduit l’inspecteur en charge du dossier à replonger dans le passé. On se retrouve donc plongé dans la Seconde Guerre mondiale, quand l’Islande était occupée par des américains et britanniques mais aussi à notre époque.

Dans l’enquête menée pendant la Seconde Guerre mondiale, les elfes sont souvent cités par les différents témoins de l’époque comme responsable du meurtre de la jeune couturière mais surtout en rapport avec la disparition d’une autre jeune femme. Cela permet de mieux comprendre le bandeau intrigant de la couverture du livre, "tu diras que c’était les Elfes" et en même temps, cela permet à l’auteur de nous raconter les histoires légendaires de ce peuple caché qui est encore très présent dans les contes islandais ainsi que dans l’imaginaire de la population islandaise.

Avec une grande habilité, l’auteur nous fait passer d’une enquête à l’autre. On suit l’enquête initiale, celle de Thorson et de Flovent mais aussi celle de l’inspecteur Konrad, chargé de l’enquête de la mort de Thorson. Assez vite, Konrad aura les mêmes doutes concernant les coupables du meurtre de Rosamunda, ce qui expliquera que Thorson continuait de chercher un autre coupable à ce meurtre alors que l’affaire était bouclée.

Konrad va alors remonter le temps, réinterpréter les faits, enquêter sur la disparition de cette femme dont on n’a jamais retrouvé le corps pour résoudre enfin cette enquête. On va en même temps mieux connaître cette période d’occupation anglo-saxonne de l’Islande pendant laquelle les femmes islandaises n’étaient pas toujours bien traitées par les militaires américains et britanniques. Indriðason profite de son polar pour évoquer ces thématiques récurrentes, la condition des femmes, l’amitié et l’homosexualité (au travers de la relation des deux enquêteurs) et aussi l’histoire de son île entre traditions et modernité.

Arnaldur Indriðason nous livre donc, une fois de plus, un excellent polar, dans la lignée des précédents, que l’on dévore avec délectation tant on a envie de connaître l’épilogue. Cette trilogie est parfaitement conclue.

Une fois terminé, on se dit que l’on espère le retrouver le plus rapidement possible. Et évidemment, pour ceux qui n’auront pas lu les deux livres précédents de la trilogie, je les imagine déjà aller se ruer dessus.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Arnaldur Indriðason


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=