Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Passage des ombres
Arnaldur Indriðason  (Editions Métailié)  mai 2018

On ne présente le plus le maître du polar islandais Arnaldur Indriðason ! Ses nouveaux livres sont toujours attendus par ses fidèles lecteurs, avides de polar historiques, de romans policiers ou d’affaires d’espionnages. Traduit dans de nombreuses langues, ils lui ont déjà permis d’obtenir de nombreux prix.

Son dernier ouvrage, sorti il y a peu, ne devrait pas déroger à la règle et ravir ses fidèles lecteurs. Passage des ombres vient clore la trilogie entamée avec La femme de l’ombre et Dans l’ombre, les deux précédents tomes publiés l’an dernier, déjà aux éditions Métailié. Nulle obligation d’avoir déjà lu les deux précédents tomes pour lire Passage des ombres, les trois histoires restent indépendantes même si elles réunissent le même couple d’inspecteur et se situent au cours de la même période, à savoir la Seconde Guerre mondiale pendant l’occupation anglo-américaine de l’Islande. Passage des ombres devrait même convaincre les lecteurs qui découvrent cette trilogie d’aller lire les deux précédents opus tant il est réussi. Malin donc cet Arnaldur Indriðason et talentueux aussi.

L’histoire débute avec la découverte d’un vieil homme mort dans son lit, un certain Thorson. Alors que l’on pourrait penser qu’il est décédé de mort naturelle, l’autopsie révèle qu’il a été étouffé. Dans son bureau, on retrouve de nombreuses coupures de presse concernant la découverte d’un corps, une jeune femme couturière, Rosamunda, dans le passage des ombres en 1944 pendant l’occupation américaine. Thorson fut celui qui enquêta sur le meurtre de cette jeune fille avec son collègue Flovent.

Pourquoi ce vieil homme a-t-il été assassiné ? Existe-t-il un lien entre cet assassinat et l’affaire de 1944 sur laquelle il disposait de coupures de presse ? Un innocent aurait-il été arrêté en 1944 ?

Une fois n’est pas coutume, Arnaldur reprend un procédé qui fonctionne à merveille dans ces livres, celui de la double enquête, qui s’entrecroise, sur deux périodes différentes. Une fois encore, un fait divers intervient dans notre époque, la mort du vieil homme, et cela conduit l’inspecteur en charge du dossier à replonger dans le passé. On se retrouve donc plongé dans la Seconde Guerre mondiale, quand l’Islande était occupée par des américains et britanniques mais aussi à notre époque.

Dans l’enquête menée pendant la Seconde Guerre mondiale, les elfes sont souvent cités par les différents témoins de l’époque comme responsable du meurtre de la jeune couturière mais surtout en rapport avec la disparition d’une autre jeune femme. Cela permet de mieux comprendre le bandeau intrigant de la couverture du livre, "tu diras que c’était les Elfes" et en même temps, cela permet à l’auteur de nous raconter les histoires légendaires de ce peuple caché qui est encore très présent dans les contes islandais ainsi que dans l’imaginaire de la population islandaise.

Avec une grande habilité, l’auteur nous fait passer d’une enquête à l’autre. On suit l’enquête initiale, celle de Thorson et de Flovent mais aussi celle de l’inspecteur Konrad, chargé de l’enquête de la mort de Thorson. Assez vite, Konrad aura les mêmes doutes concernant les coupables du meurtre de Rosamunda, ce qui expliquera que Thorson continuait de chercher un autre coupable à ce meurtre alors que l’affaire était bouclée.

Konrad va alors remonter le temps, réinterpréter les faits, enquêter sur la disparition de cette femme dont on n’a jamais retrouvé le corps pour résoudre enfin cette enquête. On va en même temps mieux connaître cette période d’occupation anglo-saxonne de l’Islande pendant laquelle les femmes islandaises n’étaient pas toujours bien traitées par les militaires américains et britanniques. Indriðason profite de son polar pour évoquer ces thématiques récurrentes, la condition des femmes, l’amitié et l’homosexualité (au travers de la relation des deux enquêteurs) et aussi l’histoire de son île entre traditions et modernité.

Arnaldur Indriðason nous livre donc, une fois de plus, un excellent polar, dans la lignée des précédents, que l’on dévore avec délectation tant on a envie de connaître l’épilogue. Cette trilogie est parfaitement conclue.

Une fois terminé, on se dit que l’on espère le retrouver le plus rapidement possible. Et évidemment, pour ceux qui n’auront pas lu les deux livres précédents de la trilogie, je les imagine déjà aller se ruer dessus.

 

En savoir plus :
Le Facebook de Arnaldur Indriðason


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 janvier 2019 : Du vieux, du neuf, du beau

Cette semaine on a rencontré Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio, on est allé au théâtre, au cinéma, on a écouté des disques et vu des expositions... Bref, on s'est fait plaisir pour vous offrir un sommaire riche et éclectique, cette semaine encore. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Remind me tomorrow" de Sharon Van Etten
"Todhe todhe, volume 3" de Pierre de Bethmann Medium Ensemble
Rencontre avec Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio le 24/01
"Bottle it in" de Kurt Vile
"Abandonnée / Maleja" de La Tène
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"Assume form" de James Blake
"Desert eyes" de (Thisis) Redeye
"L'étrangère" de Andéel
"They are here" de Falaises
"Emigrar" de Irina Gonzalez
"Unwind EP" de Liquid Bear
et toujours :
"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Retour à Reims" à l'Espace Cardin
"The Scarlet letter" au Théâtre de la Colline
"Arctique" aux Ateliers Berthier
"Insoutenables longues étreintes" au Théâtre de la Colline
"Le Faiseur de théâtre" au Théâtre Dejazet
"Certaines n'avaient jamais vu la mer" à la Manufcature des Oeillets
"Microfictions" au Lavoir Moderne Parisien
"Le Presque rien et le Quelque chose" au Lavoir Moderne Parisien
"Convulsions" au Théâtre Ouvert
"Les Yeux d'Anna" au Théâtre 13/Seine
"La Dama Boba" au Théâtre 13/Jardin
"Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner" à la MC93 à Bobigny
"Proust en clair" au Théâtre de la Huchette
"Dans la peau de Cyrano" au Théâtre Le Lucernaire
"Prévert" au Théâtre du Rond-Point
"Braise et Cendres" au Théâtre Le Lucernaire
et les reprises:
"Sang négrier" à la Folie Théâtre
"Le Portrait de Dorian Gray" au Théâtre Le RAnelagh
"Le Paradoxe des jumeaux" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Femmes de Barbe-Bleue" au Lavoir Moderne PArisien
"1830 - Sand, Hugo, Balzac : tout commence…" au Théâtre Essaion
"Michael Kohlhaas, l'homme révolté " au Théâtre Essaioon
"Je buterai bien ma mèr eun dimanche" au Point Virgule
"Cabaret Louise" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Mon Coeur" au Théâtre Paris-Villette
"Europa" au Lavoir Moderne Européen
"Odyssée" au Théâtre Montmartre-Galabru
"F(r)ictions" à la Grande Halle de La Villette
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Caravage à Rome " au Musée Jacquemart-André
"Alphonse Mucha" au Musée du Luxembourg
"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"L'Asie rêvée d'Yves Saint-Laurent" au Musée Yves Saint-Laurent
"La Fabrique du Luxe" au Musée Cognacq-Jay
"Il était une fois Sergio Leone" à la Cinémathèque française

les films de la semaine :
"Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy
et la chronique des autres sorties de janvier

Lecture avec :

Présentation du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême #46
"Anatomie d'un scandale" de Sarah Vaughan
"Ce que je peux enfin vous dire / Devenir" de Ségolène Royal / Michelle Obama
"Essence" de Fred Bernard & Benjamin Flao
"Foulques" de Véronique Boulais
"Le pays des oubliés" de Michael Farris Smith
"Les amochés" de Nan Aurousseau
"Phagocytose" de Marcos Prior & Danide
et toujours :
"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=