Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Yannick Nézet-Séguin & The Philadelphia Orchestra
Bernstein : Mass  (Universal Music / Decca Records)  mars 2018

Né le 25 août 1918 aux États-Unis dans le Massachusetts, Leonard Bernstein est une figure musicale majeure du XXème siècle. Compositeur, chef d’orchestre, pianiste, pédagogue, écrivain et animateur de télévision (il profitera de sa popularité pour y promouvoir toutes les musiques). Il fait partie du patrimoine musical américain au même titre que Aaron Copland, George Gershwin, John Cage, Steve Reich, Philip Glass, Charles Ives, Elliott Carter...

Mass est une œuvre absolument unique, nécessitant par exemple plus de deux cents artistes sur scène. C’est une œuvre inclassable, autant acclamée que détestée par les critiques, commandée en 1971 par Jackie Kennedy en hommage à son mari John F. Kennedy, premier président américain catholique, pour l’inauguration du Kennedy Center for the Arts de Washington.

Cette pièce n’est pas vraiment une messe à proprement parler, en tout cas dans le sens normatif musical. Ou peut-être que les messes modernes devraient ressembler à cette œuvre incroyable aussi singulière que riche. On se situe donc plutôt quelque part entre l’oratorio et la comédie musicale. On y retrouve toutes les esthétiques chères à Bernstein (classique, jazz, blues, rock, comédie musicale, fanfare, gospel, expressionnisme...). Cet éclectisme qui le caractérisait tant. Comme une combinaison entre musique liturgique et profane, entre musique sérieuse et musique plus à spectacle (ces deux termes étant à prendre naturellement avec d’énormes pincettes) dans un mélange des genres très étonnant mais fonctionnant à merveille. Il ne conçoit aucune hiérarchie entre les genres musicaux. D'ailleurs, les nombreuses émissions qu'il anime pour la télévision entre les années 1950 et 1970 abordent toutes les musiques, des symphonies de Mahler aux tubes rock'n'roll.

C’est une œuvre transgenre, ce que le compositeur a toujours cherché à réaliser, parfois au détriment de l’écriture. Elle est totalement ancrée dans les années 70 avec un mélange de diverses influences et son message pacifiste (face à la guerre au Vietnam) toujours d’actualité, avec un grand aspect théâtral, ce que Yannick Nézet-Séguin a très bien compris. Leonard Bernstein a mis beaucoup de lui dans cette œuvre. Il fait bien plus qu’y dissimuler ses engagements. Le message de paix contre la guerre Vietnam en filigrane dans Mass passe moyennement auprès du président Nixon qui (boycottera) déclinera son invitation à la première pensant (à tort ou à raison) y trouver des messages codés de propagande anti-gouvernementale. Surtout qu’il y a déjà un précédent. En pleine guerre froide, l’engagement humaniste et l’ouverture (politique, sexuelle) de Bernstein alarment les services de renseignement intérieur. En pleine chasse aux sorcières au début des années 50, le nom du compositeur apparaît même dans une liste officielle du F.B.I comme ayant des accointances avec une organisation communiste. Réponse du berger à la bergère, son opérette Candide est une dénonciation à peine voilée du Maccarthysme.

Si l’on retrouve dans Mass un message politique, la foi, la croyance en dieu sont également très présent. Bernstein interroge, s’interroge sur la foi personnelle, avec un message œcuménique fort, sur le vivre ensemble dans le respect de ses propres croyances. Lui le compositeur juif, face à un questionnement, une forme musicale catholique. Le texte de la liturgie catholique romaine est entrecoupé de prières hébraïques, de parties en Anglais sur la difficulté de maintenir sa foi en dieu.

Sans toucher au sublime de la version de la version Sony dirigée par Bernstein avec Alan Titus et enregistrée quelques jours après la création et quasiment introuvable en disque, cette version est nettement plus enthousiasmante que celle absolument désastreuse de Kent Nagano avec Jerry Hadley et le Deutsches Symphonie-Orchester. A posséder donc....

 

En savoir plus :
Le site officiel de Yannick Nézet-Séguin
Le Facebook de Yannick Nézet-Séguin


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=