Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bérénice
Ateliers Berthier  (Paris)  mai 2018

Tragédie de Jean Racine, adaptation et mise en scène de Célie Pauthe, avec Clément Bresson, Marie Fortuit, Mounir Margoum, Mahshad Mokhberi, Mélodie Richard et Hakim Romatif.

Epure de tragédie où les larmes remplacent les armes, où la souffrance des coeurs supplée la souffrance des corps, "Bérénice" est la pièce la plus cérébrale de Racine, la plus formelle, celle où bien dire le texte importe le plus pour que l'on comprenne la vérité des personnages.

D'un trio glorieux, Titus, l'aimé, Bérénice, l'aimante et Antiochius l'ami, les circonstances politiques,c'est-à-dire la raison de l'État romain, vont faire trois solitudes, trois malheurs, trois âmes perdues.

Car, à la mort de Vespasien, son fils Titus devient Empereur et doit respecter la loi d'airain de Rome : épouser une Romaine et surtout pas une princesse étrangère. Or, Bérénice, celle qu'il aime et qui l'aime est princesse de Palestine...

Célie Pauthe bâtit sa version de "Bérénice" sur un présupposé que Racine, courtisan en train de conquérir le roi, réfuterait : c'est la reine Bérénice, le personnage pivot, central de la tragédie, celle qui dit que l'amour est plus fort que le reste, qu'il rend humain et préserve de la barbarie.

Or, dans l'optique de Racine, il s'agit de complaire à Louis XIV, en le confortant dans la décision qu'il a eu de se séparer de Marie Mancini, nièce de Mazarin. L'insistance de Bénérice est la raison pour laquelle il a raison de la répudier : elle ne comprend pas la loi romaine, la loi sans laquelle il n'y aurait pas d'Empire.

C'est donc elle la barbare et rien n'y fera pas même les interludes composées par le saucissonnage en quatre parties - une par acte - du court-métrage de Marguerite Duras, "Césarée", qui renforce l'idée de la primauté de la parole féminine.

Cette participation de Marguerite à "Bérénice" est plutôt contre-productive : la diction durassienne ne se marie pas vraiment à la métrique racinienne, surtout quand elle est, comme ici, une préoccupation secondaire des acteurs.

Si on ne peut leur contester le fait d'articuler, on peut leur reprocher de ne pas s'emparer du vers, d'en trouver le bon rythme, d'en jouir presque physiquement en en offrant l'écoute au spectateur.

Dès lors, la beauté du texte, qui est fondamentale, passe au second plan. Il suffit de voir comment l'ultime alexandrin est sacrifié à une dernière intervention du film de Duras, qui, au passage, ne vaut que par l'aisance de son chef opérateur, Pierre Lhomme, à filmer les statues antiques.

Célie Pauthe n'a pas la fibre classique, elle cherche avant tout à donner un sens contemporain à ce qui n'est, au départ, qu'un dialogue entre un auteur servile et son maître tout-puissant.

Célie Pauthe a donc construit une "Bérénice" moderne, césure entre l'Orient et l'Occident, aux résonances quasi-géopolitques. Mais le texte est quand même là et dans une scénographie ensablée de Guillaume Delaveau, les mots de Racine buttent contre les intentions de Célie Pauthe.

Là où Bérénice (Mélodie Richard), Titus (Clément Bresson) et Antiochus (Mounir Margoum) devraient être submergés d'émotion, le spectateur ne ressent que froideur et calcul.

Quant à leurs factotums, Arsace pour Antiochus, jouée ici par une femme (Marie Fortuit) sans que cela ne nuise en rien ni n'apporte quelque chose, Paulin (Hakim Romatif) pour Titus et Phénice (Mahshad Mokhberi) pour Bérénice, ils s'évertuent à exister plus qu'à exercer une influence sur leurs mentors.

Sans doute alourdie par l'ajout des "parenthèses Duras", la version de "Bérénice" proposée par Célie Pauthe ne convaincra pas les tenants du lecture littérale de l'oeuvre racinienne et peinera à satisfaire ceux qui y voient le combat idéaliste d'une femme contre un système totalitaire.

Reste que la pièce telle qu'elle est montée par Célie Pauthe a l'avantage de la clarté, bien que cela induise un certain schématisme et la disparition de tout lyrisme enflammé.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=