Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A Way Out
PlayStation 4 / Xbox One / Microsoft Windows  (Hazelight Studios / Electronic Arts)  mars 2018

A Way Out, sorti il y a quelques mois (en mars 2018) est un jeu indépendant développé par le studio Hazelight. Ce "petit" studio suédois, à la tête duquel se trouve Josef Fares qui s'était fait connaître avec le jeu Brothers : A tale of 2 sons travaille depuis quelques années déjà (il a créé son studio en 2014) sur ce jeu et le voici donc enfin avec une belle sortie chez Electronic Arts.

A Way Out, c'est l'histoire de deux détenus qui se rencontrent en prison et qui vont rapidement s'entendre pour essayer de s'en échapper. Le synopsis est concis mais le jeu, lui, est très narratif et la vie des ces deux protagonistes dans leur aventure carcérale sera développée comme un film dont, au final, vous serez les héros.

Evidemment, on pense à du David Cage, pas besoin d'un niveau de gamer hors du commun pour réussir à aller au bout du jeu. Ici, ce n'est pas l'exploit vidéo ludique qui est mis en avant mais bien le déroulement de l'histoire donc chaque minute est entre vos mains.

En réalité, on n'est pas dans un monde ouvert, loin de là, et donc évidemment tout est scripté mais la narration et le gameplay vous embarquent très facilement dans l'histoire et vous ne tarderez pas à vous laisser prendre par l'ambiance avec votre compagnon de jeu.

Car oui, le petit plus de ce jeu-là est qu'il se déroule en binôme, à l'écran comme derrière les manettes. C'est même un grand plus car c'est la force et la particularité de A Way Out : il vous faudra en effet forcément jouer avec un acolyte, que ce soit en local (ENFIN, un jeu qui se joue en local à l'ancienne sur PS4) ou à distance. Et là, astuce suprême et super bien vue par les développeurs, votre binôme, dans la mesure où vous possédez le jeu, pourra télécharger gratuitement une version spéciale et gratuite sur le Play Store pour jouer avec vous (bien évidemment, il ne pourra pas jouer sur cette version avec une autre personne n'ayant pas le jeu, ni en local).

Le jeu étant, encore une fois, une histoire à découvrir plus qu'un challenge de gameplay, inutile d'en dévoiler trop. En revanche, la réalisation est vraiment efficace et excellente avec notamment un écran certes coupé en deux la plupart du temps mais à dimensions variables. En effet, l'espace alloué à chaque joueur va s'adapter en douceur et sans interrompre la séquence de jeu selon la scène et l'importance de chacun des protagonistes à ce moment-là. Jusqu'à parfois confondre les deux espaces en un seul écran quand les personnages sont à proximité et tout cela avec une fluidité et une facilité à appréhender pour le joueur parfaite. Si bien qu'au bout de quelques temps, on ne fera même plus attention à cela et on saura toujours repérer son personnage tout en ayant un oeil sur l'autre.

Mais là encore, les astuces de narration font que non seulement on joue à deux mais il faudra réellement collaborer. A la fois dans le jeu bien entendu pour réaliser une action précise ensemble ou chacun de votre côté, mais aussi dans votre salon (ou en ligne) puisqu'il sera souvent nécessaire de vous parler "en vrai" afin de prévenir l'autre d'un danger et de vous synchroniser au risque d'échouer dans vos tentatives d'escapades. Car évidemment si les écrans sont séparés, les séquences sont également asynchrone et à moins d'avoir un oeil de lynx et une oreille attentive, il ne sera pas toujours facile de savoir ce qu'il se passe dans la case de votre co-équipier.

La mise en scène est de plus très réussie et évite de répéter des séquences déjà faites. La priorité est vraiment mise sur l'histoire et tout est fait pour que le jeu ne soit pas trop répétitif et laisse le joueur suivre les aventures de Leo et Vincent sans buter longtemps sur des obstacles passés et repassés. Cela rend le jeu assez dynamique (toutes proportions gardées car on est loin d'un survival ou d'une platformer) et on vivra les aventures de nos compères comme si on y était. L'idée étant surtout de résoudre des énigmes (assez simple) et de réaliser quelques QTE bien sentis. Les choix sont moins poussés que dans les jeux de Quantic Dream mais on prend vraiment plaisir à se fondre dans la peau de ces deux taulards frères ennemis. Cependant, le scénario réserve son lot de surprises, avec une fin (voire plusieurs) à couper le souffle, digne des meilleurs films à suspense.

Au-delà de la mise en scène visuelle vraiment réussie avec son écran dynamique, le jeu est graphiquement assez réussi pour un jeu qui n'est pas issu d'un gros studio. Les personnages ont vraiment du caractère, les décors sont bien réalisés et l'ambiance est vraiment bonne. Certes, ce n'est pas du GTA 5 mais c'est tout de même très bien réalisé et ne fait pas honte à la PS4 avec relativement peu de bugs d'affichage tout de même. Les animations sont plus que correctes et on oublie de toute façon assez vite le côté technique pour se laisser porter par l'histoire (vous aurez compris à ce stade que ce jeu est essentiellement une histoire que l'on nous raconte hein...).

Petit fait amusant, la voix et les traits d'un des personnages sont ceux du frère de Josef, Fares Fares (ça ne s'invente pas), ce qui donne encore plus un petit côté familial à ce jeu auquel on s'attache assez vite finalement. Il y a quelque chose des jeux à l'ancienne là-dedans, bricolés en famille comme à la grand époque des Sram ou Sapiens par exemple. Epoque où il n'y avait pas encore de réelle distinction entre les jeux faits maisons et les jeux de studios plus conséquents, appelés aujourd'hui AAA.

Bref, un beau jeu, qui plus est à petit prix. Peut-être un peu limité en terme de challenges et à la durée de jeu relativement courte (comptez quelques heures seulement) mais on vient avant tout chercher une histoire et la collaboration obligatoire est vraiment une très bonne idée surtout en local. La rejouabilité sera limitée également, mais il sera toujours plaisant, à la manière d'un film que l'on regarde régulièrement, de refaire une partie avec des amis qui n'ont pas encore découvert l'aventure par exemple.

Ce jeu ayant reçu un bel accueil du public avec un million de ventes atteintes un mois après son lancement, on espère vivement que les prochaines réalisations de la Fares Family seront à la hauteur et sauront encore une fois se démarquer comme l'a fait A Way Out de la masse de jeux AAA, excellents au demeurant, qui n'ont pourtant pas tous autant d'originalité à offrir.

 

En savoir plus :
Le site officiel de A Way Out


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=