Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A Way Out
PlayStation 4 / Xbox One / Microsoft Windows  (Hazelight Studios / Electronic Arts)  mars 2018

A Way Out, sorti il y a quelques mois (en mars 2018) est un jeu indépendant développé par le studio Hazelight. Ce "petit" studio suédois, à la tête duquel se trouve Josef Fares qui s'était fait connaître avec le jeu Brothers : A tale of 2 sons travaille depuis quelques années déjà (il a créé son studio en 2014) sur ce jeu et le voici donc enfin avec une belle sortie chez Electronic Arts.

A Way Out, c'est l'histoire de deux détenus qui se rencontrent en prison et qui vont rapidement s'entendre pour essayer de s'en échapper. Le synopsis est concis mais le jeu, lui, est très narratif et la vie des ces deux protagonistes dans leur aventure carcérale sera développée comme un film dont, au final, vous serez les héros.

Evidemment, on pense à du David Cage, pas besoin d'un niveau de gamer hors du commun pour réussir à aller au bout du jeu. Ici, ce n'est pas l'exploit vidéo ludique qui est mis en avant mais bien le déroulement de l'histoire donc chaque minute est entre vos mains.

En réalité, on n'est pas dans un monde ouvert, loin de là, et donc évidemment tout est scripté mais la narration et le gameplay vous embarquent très facilement dans l'histoire et vous ne tarderez pas à vous laisser prendre par l'ambiance avec votre compagnon de jeu.

Car oui, le petit plus de ce jeu-là est qu'il se déroule en binôme, à l'écran comme derrière les manettes. C'est même un grand plus car c'est la force et la particularité de A Way Out : il vous faudra en effet forcément jouer avec un acolyte, que ce soit en local (ENFIN, un jeu qui se joue en local à l'ancienne sur PS4) ou à distance. Et là, astuce suprême et super bien vue par les développeurs, votre binôme, dans la mesure où vous possédez le jeu, pourra télécharger gratuitement une version spéciale et gratuite sur le Play Store pour jouer avec vous (bien évidemment, il ne pourra pas jouer sur cette version avec une autre personne n'ayant pas le jeu, ni en local).

Le jeu étant, encore une fois, une histoire à découvrir plus qu'un challenge de gameplay, inutile d'en dévoiler trop. En revanche, la réalisation est vraiment efficace et excellente avec notamment un écran certes coupé en deux la plupart du temps mais à dimensions variables. En effet, l'espace alloué à chaque joueur va s'adapter en douceur et sans interrompre la séquence de jeu selon la scène et l'importance de chacun des protagonistes à ce moment-là. Jusqu'à parfois confondre les deux espaces en un seul écran quand les personnages sont à proximité et tout cela avec une fluidité et une facilité à appréhender pour le joueur parfaite. Si bien qu'au bout de quelques temps, on ne fera même plus attention à cela et on saura toujours repérer son personnage tout en ayant un oeil sur l'autre.

Mais là encore, les astuces de narration font que non seulement on joue à deux mais il faudra réellement collaborer. A la fois dans le jeu bien entendu pour réaliser une action précise ensemble ou chacun de votre côté, mais aussi dans votre salon (ou en ligne) puisqu'il sera souvent nécessaire de vous parler "en vrai" afin de prévenir l'autre d'un danger et de vous synchroniser au risque d'échouer dans vos tentatives d'escapades. Car évidemment si les écrans sont séparés, les séquences sont également asynchrone et à moins d'avoir un oeil de lynx et une oreille attentive, il ne sera pas toujours facile de savoir ce qu'il se passe dans la case de votre co-équipier.

La mise en scène est de plus très réussie et évite de répéter des séquences déjà faites. La priorité est vraiment mise sur l'histoire et tout est fait pour que le jeu ne soit pas trop répétitif et laisse le joueur suivre les aventures de Leo et Vincent sans buter longtemps sur des obstacles passés et repassés. Cela rend le jeu assez dynamique (toutes proportions gardées car on est loin d'un survival ou d'une platformer) et on vivra les aventures de nos compères comme si on y était. L'idée étant surtout de résoudre des énigmes (assez simple) et de réaliser quelques QTE bien sentis. Les choix sont moins poussés que dans les jeux de Quantic Dream mais on prend vraiment plaisir à se fondre dans la peau de ces deux taulards frères ennemis. Cependant, le scénario réserve son lot de surprises, avec une fin (voire plusieurs) à couper le souffle, digne des meilleurs films à suspense.

Au-delà de la mise en scène visuelle vraiment réussie avec son écran dynamique, le jeu est graphiquement assez réussi pour un jeu qui n'est pas issu d'un gros studio. Les personnages ont vraiment du caractère, les décors sont bien réalisés et l'ambiance est vraiment bonne. Certes, ce n'est pas du GTA 5 mais c'est tout de même très bien réalisé et ne fait pas honte à la PS4 avec relativement peu de bugs d'affichage tout de même. Les animations sont plus que correctes et on oublie de toute façon assez vite le côté technique pour se laisser porter par l'histoire (vous aurez compris à ce stade que ce jeu est essentiellement une histoire que l'on nous raconte hein...).

Petit fait amusant, la voix et les traits d'un des personnages sont ceux du frère de Josef, Fares Fares (ça ne s'invente pas), ce qui donne encore plus un petit côté familial à ce jeu auquel on s'attache assez vite finalement. Il y a quelque chose des jeux à l'ancienne là-dedans, bricolés en famille comme à la grand époque des Sram ou Sapiens par exemple. Epoque où il n'y avait pas encore de réelle distinction entre les jeux faits maisons et les jeux de studios plus conséquents, appelés aujourd'hui AAA.

Bref, un beau jeu, qui plus est à petit prix. Peut-être un peu limité en terme de challenges et à la durée de jeu relativement courte (comptez quelques heures seulement) mais on vient avant tout chercher une histoire et la collaboration obligatoire est vraiment une très bonne idée surtout en local. La rejouabilité sera limitée également, mais il sera toujours plaisant, à la manière d'un film que l'on regarde régulièrement, de refaire une partie avec des amis qui n'ont pas encore découvert l'aventure par exemple.

Ce jeu ayant reçu un bel accueil du public avec un million de ventes atteintes un mois après son lancement, on espère vivement que les prochaines réalisations de la Fares Family seront à la hauteur et sauront encore une fois se démarquer comme l'a fait A Way Out de la masse de jeux AAA, excellents au demeurant, qui n'ont pourtant pas tous autant d'originalité à offrir.

 

En savoir plus :
Le site officiel de A Way Out


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Et si on ne se mentait plus ?" à la Scène Parisienne
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=