Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Elysian Fields
Interview d'Oren Bloedow et Jennifer Charles  (Paris)  juillet 2005

"New-York is our city, but Europe is our continent". Une interview d'Elysian Fields.

3 mots pour définir votre musique :

Oren Bloedow : Chaleureuse, profonde et sensuelle. En tout cas c'est ce que j'espère.

Jennifer Charles : La Mère, Le père et… différente ("Mother, father, and…other")

Il y a dans votre musique un coté sombre, profond justement, qui est assez en décalage avec la plupart des productions musicales actuelles. Vous ne faites pas vraiment de la musique pour des gens surexcités qui ont envie de faire la fête ?

Oren Bloedow : Je ne sais pas vraiment ce qu'écoutent les gens tous les jours. Mais on ne peut pas dire qu'Elysian Fields n'ait jamais fait de chansons pour faire la fête, ou de chanson un peu sexy. Il y a eu "Bend your mind" dans l'album "Queen of the meadow" (Et qu'on retrouve sur la Bo du film Monique avec Albert Dupontel). Sur notre dernier album la deuxième chanson "Set the grass on fire", si on y réfléchit, peut vous entraîner dans une certaine direction, en termes de façon d'utiliser des herbes médicinales, ou des produits agricoles…. Donc nous ne sommes pas tueurs de joie, on a vraiment rien contre s'amuser, mais on adore les ballades, les morceaux tristes.

Quelle est, à votre avis, l'image que vous avez aux Etats-Unis ?

…rires…

Jennifer Charles : Je ne pense pas qu'on ait vraiment d'image aux Etats-Unis. Pas plus qu'une éraflure insignifiante sur un écran qui projette des films avec lesquels nous n'avons rien à voir.

Oren Bloedow : Nous avons je crois une bonne image dans la scène New-Yorkaise. Il y a beaucoup de musiciens plus âgés que nous qui apprécient ce qu'on fait, et c'est vrai aussi avec les musiciens plus jeunes.

Jennifer Charles : A New York nous sommes respectés, en tant que groupe, et surtout nous sommes aimés.

Oren Bloedow : A l'extérieur de New York, il fait froid… C'est un peu comme si New York était notre ville, mais les Etats Unis ne sont pas notre continent, en tant que groupe ; en tout cas beaucoup moins que l'Europe. Je serais ravi de jouer pour les gens sensibles et intelligents des autres états, mais ils n'ont simplement même pas entendu parler de nous…Les medias aux Etats Unis tu sais…

Oui je vois. C'est ce que vous combattez sur votre site, sous l'acronyme "S.H.I.T.E" ?

Oren Bloedow : ???. Oui ! Tu connais notre site ? Oui c'est en grande partie ça.

Vous parlez français ? Le "E" de SHITE représente le mot ennui sur votre site.

Oren Bloedow : Oh c'est moi qui ai fait ça. Mais Ennui est un mot anglais tu sais, c'est dans le dictionnaire (Je n'ai pas vérifié)

Tant qu'on parle de la France : Une de vos chansons s'appelle "Bayonne". Un rapport avec le pays basque ?

Oren Bloedow : Bayonne, New Jersey.

Jennifer Charles : C'est une ville très différente du Bayonne en France, dont j'ai entendu dire qu'elle était très agréable. Bayonne, New Jersey, n'est pas une ville agréable.

Oren Bloedow : C'est une ville poubelle. Ça va avec les paroles, de la merde et des relations humaines..

Est ce que vous avez des liens avec la "nouvelle" scène rock de New York ? Strokes, yeah yeah yeahs

Oren Bloedow : Oh oui, on s'entend très bien avec les Strokes, ils viennent nous voir, on va les voir….Les yeah yeah yeahs, je ne les connais pas.

Vos deux premiers albums étaient assez sombres, complexes. Le troisième, "Dreams that breathe …" était plus facile d'accès et d'écoute. Votre dernier album, "Bum raps and love taps" me semble un mélange des trois premiers, mais plus difficile que le précédent, avec des compostions assez complexes.

Oren Bloedow : Je ne suis pas du tout d'accord sur les différences que tu décris entre les trois premiers albums. Chacun de nos albums est une réaction, à un degré ou à un autre, à l'album qui le précède. "Queen of the meadow" était une réaction à l'album précédent, mais il faut savoir qu'en plus il y a eu un album qui n'est jamais sorti (enregistré par Steve Albini ).

Donc notre évolution artistique se construit sur la totalité de ce que nous avons enregistré, pas uniquement sur ce qu'on a pu sortir.Mais je suis d'accord sur le fait que notre dernier album est un peu moins orienté "single" que le précédent, même si "Dreams that breathe…" n'était quand même pas non plus une tentative de séduction éhontée des médias…

Jennifer Charles: Tout dépend de tes oreilles, de ta culture musicale. Je comprend que "Bum raps and love taps" soit un peu difficile à digérer musicalement, mais nous n'essayons pas d'adapter nos disques à l'environnement musical qui prédomine, nous nous contentons de suivre notre logique de création.

Oren Bloedow : Il y a quelque morceaux du disque qui effectivement sont complexes en terme de composition, et c'est vrai que, contrairement à "Dreams that breathe…" qui commençait par trois morceaux assez accessibles, "Bum raps and love taps" en contient moins. Mais les deux albums sont construits un peu de la même façon, puisqu'ils commencent par les compos les plus pop pour continuer par des morceaux plus longs, plus intimistes, et il y a plus de ce genre de morceaux dans notre dernier opus.

Un chanson comme "Duel with Cudgels", dont le titre provient d'un tableau de Goya, est d'autant plus longue et exigeante avec l'auditeur qu'elle représente notre propre duel avec l'industrie musicale, et la détermination que nous mettons à la tenir à l'écart de notre lit quand nous faisons l'amour à notre muse.

Jennifer Charles : J'aime bien considérer nos albums comme des entités complètes, unifiées. On peut voir cet album comme une fleur. La première chanson, c'est l'aspect extérieur de la fleur, qui peut être simple, et puis quand on commence à la sentir, à la toucher, on prend conscience de sa complexité. Pour bien comprendre la fleur il faut l'étudier de prés, rentrer à l'intérieur.

Oren Bloedow : De toute façon, Elysian Fields n'est pas un groupe qu'on peut intégrer dans l'une ou l'autre des niches marketing du business musical. Nous faisons de la musique pour des gens à l'esprit ouvert, quelque soit leur age, le milieu auquel ils appartiennent. Ces gens là constituent notre public,

Jennifer Charles : Aux Etats-Unis en particulier, nos fans peuvent provenir d'horizons radicalement différents en apparence, mais ce qui les caractérise c'est la diversité de leurs goûts. Nous mêmes nous préférons les œuvres classiques, qui dépassent les générations, aux oeuvres qui s'inscrivent essentiellement dans une mode temporaire, limitée dans le temps. C'est je crois ce qui nous permet d'avoir un tel public et de communiquer avec lui.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The dreams that breathe your name de Elysian Fields
La chronique de l'album Bum raps and love taps de Elysian Fields
La chronique de l'album The Afterlife de Elysian Fields
La chronique de l'album Last Night On Earth de Elysian Fields
La chronique de l'album For House Cats and Sea Fans de Elysian Fields
La chronique de l'album Pink Air de Elysian Fields
La chronique de l'album Transience of life de Elysian Fields
La chronique de l'album What the thunder said de Elysian Fields
Elysian Fields en concert à La Maroquinerie (27 octobre 2005)
Elysian Fields en concert au Festival Radar #5 (jeudi 10 septembre 2009)
Elysian Fields en concert au New Morning (26 mai 2010)
Elysian Fields en concert au Fil (samedi 10 mars 2012)
La chronique de l'album A bird on a poire de Jean Louis Murat - Fred Jimenez - Jennifer Charles

En savoir plus :
Le site officiel d'Elysian Fields
Le Bandcamp d'Elysian Fields
Le Myspace d'Elysian Fields
Le Facebook d'Elysian Fields


Delenda         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Elysian Fields (10 mars 2012)


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=