Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce My Concubine
Quelqu'un dans mon genre  (Happy Home Records / Differ-Ant / Believe)  juin 2018

Balance et titube, laisse-toi emporter par les ondes de My Concubine. Les cordes mécaniques et biologiques s’assemblent et s’emmêlent dans une irrésistible pulsion de dodeline. C’est avec un détachement totalement nonchalant que les titres s’enchaînent sur Quelqu’un dans mon genre, quatrième album du duo.

D’abord, il y a Eric Falce, l’instigateur du numéro, la voix dominante, le timbre détaché, masculin sans trop en faire, face à Lizzy Ling, discrète enjôleuse, l’indispensable accompagnement apportant la légèreté aux titres. A eux deux, ils dégagent l’assurance de ceux à qui on laisse volontiers le dernier mot, parce qu’ils ont le verbe des mots sur le bout de ma langue et l’humour un peu décalé des pinces sans rire.

"Ce qui m‘intéresse, c’est l’individu, ou comment se faire le spectateur amusé de sa propre existence en focalisant sur les bons moments furtifs qui la ponctuent" dit Eric Falce. Et cet album est précisément à cette image, collant exactement à nos existences misanthropes, ces instants suspendus où on se demande ce qu’on fait là, à retenir une furieuse envie de filer fissa en accrochant un sourire sur ce côté de la plaque où nous nous tenons : "Où étiez-vous que faisiez-vous, quand je cherchais la marche à suivre, dans cette histoire à dormir debout" ("Verticales").

Les cordes de fond vibrent avec la présence discrète de bracelets de métal sur un poignet en mouvement, s’accrochant à la mélodie des cordes de tête, là où violons et violoncelles envoutés se dandinent au gré des percussions. Je laisse aux culturés le soin de relier le style à des références spécifiques. "Divin loser, d’où vient cette classe, cet air d’être ailleurs, toujours absent quoiqu’il se passe" ("Divin loser").

Dans mon monde, le style est un champ de blé sous le soleil, teinté de mille nuances chatoyantes, entre couleurs chaudes et parfums délicats, c’est doux et tendre comme une balade matinale, et plein de promesses comme le ciel après l’orage. "Connais-tu les jours sans lendemain, moi je n’attends pas qu’ils chantent faux" ("Les secondes").

Il est question du temps qui passe, des grands moments de solitude, des petites joies quotidiennes et de l’absurdité ordinaire. Et pas seulement, Quelqu’un dans mon genre est également un livre ouvert sur l’individu dans toute sa splendeur, entre normes, préjugés et principes, l’humain dans ce qu’il a de plus passionnant : sa diversité toute en rondeurs subtiles, des personnalités les plus taniques aux élans les plus uniques "Sois comme l’eau mon ami, elle prend toutes les formes, de tous les styles, prends celui qui n’est pas dans la norme, occupe l’espace comme un fluide et deviens ton propre guide, au jeu de la mort inachevé, un dragon à ton chevet" ("Dragon").

Poète et sensible, Eric Falce inspire le pas chassé des mélancoliques espiègles qui ne s’ennuient jamais, ceux qui ont "refusé la carte et les menus convenus", cultivant l’optimisme de l’émerveillement, choisissant le "Menu spécial, jamais le même goût" ("Menu spécial").

Un brin folk, un poil pop, indie-pop avenant, élégant, My Concubine.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album La Tangente de My Concubine
La chronique de l'album Les belles manières de My Concubine
La chronique de l'album Une Chaise Pour Ted de My Concubine
L'interview de My Concubine (13 juillet 2007)
L'interview de My Concubine (8 juillet 2011)

En savoir plus :
Le Facebook de My Concubine


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

My Concubine (8 juillet 2011)
My Concubine (13 juillet 2007)


# 16 septembre 2018 : Un été sans fin

On n'est pas trop mal sous le soleil de septembre. Il faut bien cela pour faire oublier un peu l'actualité politique et sociale. Pour se détendre, voici notre petit programme culturel hebdomadaire, notamment avec de la musique, des spectacles à foison, la rentrée des expositions, une sélection de films et toujours de la littérature. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Let my children hear Mingus" de Géraud Portal
"Joy as an act of resistence" de Idles
"Move through the dawn" de The Coral
"Reiði" de Black Foxxes
"Rising, la fin de la tristesse" de Blaubird
"Idomeni" de No Mad ?
"Sun on the square" de The Innocence Mission
et entre livre et musique "Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe

et toujours :
"June" de Brendon Anderergg
"Comme de Niro" de Madame Robert
"Neige à Londres" de Eles
Retour sur la 28eme édition du Festival de la Route du Rock de Saint Malo
Interview avec Judith Owen en concert le 17 septembre au 3 Baudets
le Rock chic de Thomas Breinert, découverte à prolonger par l'écoute de la session acoustique.

Au théâtre :

les nouveautés :
"Infidèles" au Théâtre de la Bastille
"Dialogue aux Enfers" au Théâtre de Poche-Montarnasse
"Le C.V. de Dieu" à la Pépinière Théâtre
"Signé Dumas" au Théâtre La Bruyère
"Solaris" au Théâtre de Belleville
"L'éternel premier" à La Pépinière Théâtre
"1830 Sand Hugo Balzac : tout commence..." au Théâtre Essaion
"Galilée, Le Mécano" au Théâtre de la Reine Blanche
"Vipère au poing" au Théâtre Le Ranelagh
"4.48 Psychose" au Théâtre La Croisée des Chemins
les reprises :
"La Nostalgie des blattes" au Théâtre du Petit Saint-Martin
"Cyrano de Bergerac" au Théâtre Le Ranelagh
"Une ombre dans la nuit" au Théâtre Le Ranelagh
"La Loi des Prodiges" au Théâtre du Petit Saint Martin
"Gérémy Crédeville - En vrai le titre on s'en fout" à la Comédie de Paris
"Fabrice Petithuguenin - C'est compliqué" au Théâtre Le Bout
"Manon Mezadorian - Pépites" au Théâtre du Marais
et la chronique des autres spectacles de septembre

Expositions avec :

"Picasso : Chefs d'oeuvre !" au Musée national Picasso
"Country Life - Chefs d'oeuvre de la Collection Mellon" au Musée de la Chasse et de la Nature

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Leave No Trace" de Debra Granik
"L'Amour est une fête" de Cédric Anger
"Sugarland" de Damon Gameau
Oldies but goodies avec : "Rue des Cascades" de Maurice Delbez en version remastérisée
Ciné en bref avec :
"Blackkklansman" de Spike Lee
"Whitney" de Kevin Macdonald
"Photo de famille" de Cecilia Rouaud
"Bonhomme" de Marion Vernoux
et la chronique des autres sorties de septembre

Lecture avec :

"Au loin" de Hernan Diaz
"Beach Boys, un été sans fin" de Jean Emmanuel Deluxe
"Federica Ber" de Mark Greene
"K.O." de Hector Mathis
"L'extase totale" de Norman Ohler
et toujours :
"Ce que l'homme a cru voir" de Gautier Batistella
"Dans la chambre noire" de Susan Faludi
"L'écart" de Amy Liptrot
"La femme à part" de Vivian Gornick
"Sous les branches de l'udala" de Chinelo Okparanta
"Wild side" de Michael Imperioli

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=