Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Foray
Interview  (Rouen)  juin 2018

De NORD à Foray

Sorti de l’ombre il y a environ 3 ans avec la parution de singles efficaces et entêtants ("Drunk", "L’amour s’en va"), le rouennais Xavier Feugray alias NORD se préparait à sortir son premier album dans la foulée chez Sony / Columbia… mais comme la vie n’est pas un long fleuve tranquille, un autre nord, dépositaire du nom, mit son grain de sel dans la happy story qui se dessinait… implacable et peu arrangeant, l’inconnu petit nord contraint le futur ex-NORD à trouver un nouvel alias, Foray… et recommencer à se faire connaître du public et des medias… aidé par son magnifique "Elle voudrait", il a pris le temps de composer et peaufiner son premier album Grand Turn Over qui sort ce 14 juin. Froggy’s Delight a rencontré Foray à quelques jours de son grand tournant.

En septembre 2016, on s’était dit "rdv pour la sortie de l’album". On se dit quoi aujourd’hui ? On en est encore là, on en est toujours là, on en est enfin là ?

Xavier Feugray : Enfin là ! A l’époque, je ne savais pas que le temps allait être aussi long... J’ai vraiment hâte que l’album sorte. On a passé toute l’année 2017 dessus. Enregistrement et finalisation jusqu’en juin, masterisation en juillet. Il aurait dû sortir fin septembre début octobre mais cette histoire de nom a fait traîner les choses et pour le report de la sortie en janvier, la situation n’était pas encore claire, si on avait sorti le disque sous le nom NORD, on aurait certainement eu des procès...

J’ai été obligé de changer de nom, le gars qui s’appelait déjà NORD ne s’est pas montré très conciliant, il m’a directement envoyé ses avocats, du coup il a fallu que je me trouve un nouveau nom de scène, ce qui fait qu’on a repoussé la sortie pour mettre tout ça au clean et préparer la promo.

Le morceau "Garde le ton nom" est une forme de clin d’œil ?

Xavier Feugray : C’est un morceau avec plusieurs lectures, elle peut marcher sans que l’on connaisse l’histoire. Un divorce où la nana pourrait dire "garde le ton nom connard", ou un gamin qui grandirait et serait viré de chez lui et répondrait "allez changement d’identité, on zappe la vie passée…", mais aussi, bien évidemment l’aventure qui m’est arrivée…

Question rituelle, à quelques semaines de la sortie de l’album, dans quel état d’esprit te sens-tu ?

Xavier Feugray : Je suis très content de l’album et du travail qui a été fait dessus. Les chansons qui ont été retenues sont celles qui me parlent le plus. Après tous ces moments d’attente, j’ai très hâte, et je suis impatient de commencer la promo et les concerts qui vont avec, mais j’ai surtout très envie de trouver une tournée assez rapidement, à la rentrée, le défendre à fond et voir la réaction du public, voir comment l’album va être pris, reçu… Les premiers retours sont très encourageants. Je joue gros, peut-être la suite de ma carrière, c’est mon premier album, s’il fonctionne bien j’aurais certainement l’opportunité d’enregistrer les petits frères du "Grand Turn Over", c’est aussi cela qui commence à faire monter la pression.

Pendant cette attente entre les premiers EP et la sortie de l’album, en as-tu profité pour peaufiner ton style, tes morceaux, tes textes…

Xavier Feugray : Oui, tout d’abord parce que je n’ai pas travaillé avec les mêmes personnes. Pour les premiers EP, j’avais bossé avec Sylvain Carpentier (collaborateur de Saez) mon pote de lycée, avec lequel nous avons enregistré le EP de Damfortune, il m’a beaucoup appris sur le son et m’a fait vraiment progresser… La rencontre avec Thierry Minot m’a permis de trouver d’autres chemins, plus électro... On s’est aperçu qu’on avait la même vision et on a envisagé de travailler l’album ensemble comme ça. Columbia nous a laissé carte blanche, prendre les directions qu’on voulait…

Les ambiances musicales sont toujours multiples, tu varies de la synth-pop, aux ballades, avec parfois des tempos clubbing.

Xavier Feugray : J’aime à la fois les trucs très folk et acoustiques, je viens de cet univers. C’est le fait de me retrouver seul à bosser sur des logiciels comme fruity loop ou live, essentiellement avec Thierry, qui m’a mis un pied dans l’électro à triturer des sons, les bidouiller…

Tu as conservé ta manière d’écrire ? On a le sentiment qu’il y a beaucoup plus de vécu sur tes nouveaux morceaux.

Xavier Feugray : Je m’inspire toujours du vécu et des bribes entendues à droite, à gauche… Pour les nouveaux morceaux, j’ai essayé de me distancier un peu plus du vécu, la chanson "On viendra nous chercher" est inspirée d’une lecture de Yasmina Khadra ("L’équation africaine"), l’histoire d’un homme sur son bateau au large de la Somalie, capturé par des pirates et revendu à des bandes mafieuses, son seul espoir est de se dire "un jour on viendra nous chercher". Ce texte m’a permis de me décentrer du moi et mes sentiments.

Il y aussi beaucoup d’ambivalences dans tes textes, espoir / désespoir, doute / certitude, rêve / réalité,  "Elle voudrait" en est l’exemple.

Xavier Feugray : "Elle voudrait" a été perçue comme légère alors qu’en réalité, elle fait partie des plus politiques. J’ai l’impression que l’on vit dans une époque qui retourne un peu trop en arrière, les droits des femmes, etc. J’avais en tête cette phrase de Platon qui dit que "le seul rêve d’une femme c’est d’être un homme", et peut-être que finalement "Elle voudrait" autre chose… Le climat social m’affecte beaucoup…

Tu dessines, tu chantes, tu écris ("Mon cher journal" sur Facebook), Foray artiste  à facettes ?

Xavier Feugray : Le dessin c’était avant la musique, je voulais devenir peintre, j’ai fait les Beaux-Arts du Havre, et quand j’ai eu mon diplôme en 4ème année, j’ai commencé à faire des chansons, à faire de la musique et à laisser tomber la peinture. Quand j’ai retrouvé les carnets sur lesquels j’écris mes chansons, tout raturés et dessinés, j’ai eu l’idée d’en faire des dessins et des toiles qui seront exposés dans une galerie (galerie "Le collectif d’en face" à Rouen) pour la promo du "Grand Turn Over". J’aimerais bien sortir un livre, j’y travaille en ce moment, ce sera un de mes projets pour l’an prochain, c’est une éditrice rencontrée aux francos qui m’y a un peu poussé, l’idée c’est d’explorer la poésie, mais c’est difficile, l’écriture d’un livre c’est un autre univers…

Pour le "Grand Turn Over", tu es entouré de la même équipe, Ludwig Brosch et Thierry Minot.

Xavier Feugray : Au départ, ils étaient mes compagnons de scène, et l’entente a tellement été bonne qu’on a continué ensemble sur les EP et l’album.

Sur scène, l’émotion et l’intensité sont autant palpables chez eux que chez toi, Foray est toujours un projet solo ou un groupe ?

Xavier Feugray : C’est devenu une famille, on a vécu beaucoup d’émotions ensemble qui nous ont vraiment soudés. Heureusement qu’ils étaient là quand j’étais bien down ces derniers temps. Sur scène, il y a une vraie osmose, une vraie complémentarité, quand je flippe ils restent zen, ils me conseillent, ils sont capables de dépasser leurs émotions et assurent le job…

Tes écoutes du moment ?

Xavier Feugray : Mes classiques Leonard Cohen, Timber Timbre, j’ai découvert les Ghospoet, j’aime vraiment beaucoup ce hip-hop joué. Et puis je laisse mes oreilles restées curieuses, je peux écouter du son touareg, des chants malgaches, me laisser envahir par des ambiances, des climats… Souvent mes chansons partent de ça, d’une ambiance ou d’un climat particulier, c’est le cas de "Drunk" par exemple.

"Grand Turn Over", c’est "le plus beau jour de ta vie" (un des titres de l’album) ?

Xavier Feugray : Le plus beau jour de ma vie ? Je suis vraiment content d’avoir fait tout ce chemin, mais le plus beau jour de sa vie, on ne sait jamais quand il arrive, il est peut-être même déjà passé… j’espère en vivre d’autres des plus beaux jours…

Et tes prochaines semaines ?

Xavier Feugray : L’album sort le 15 juin, concert release-party le 14 juin à Paris dans la salle des Etoiles, cet été je vais jouer au Québec, et j’ai quelques dates à la rentrée.

On s’était dit rendez-vous pour l’album, maintenant qu’il sort, on se dit quoi ?

Xavier Feugray : J’aimerais bien enchaîner assez rapidement sur un second album, j’ai quelques chansons de prêtes, travaillées avec des synthés et des boîtes à rythmes vintage, des mini-moog, des Roland TR-505, 808, 909 (le matériel emblématique de la french touch 90’s)… le résultat est étonnant…

 

En savoir plus :
Le site officiel de Foray
Le Facebook de Foray

Crédits photos : Bérengère Guillot


Sébastien Dupressoir         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 novembre 2018 : Pas de frein pour consommer la culture

Si certains estiment que l'on consomme toujours trop et toujours plus, il n'en est pas de même pour la culture. Jamais assez de livres, de musiques, de films... Voici de quoi découvrir cette semaine encore avec notre petite sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"Amir" de Tamino
"We are not merchandise" de Jean Michel Jarret
"Action" de Inuit
"Vanités" de Liz Van Deuq
"Longue distance" de Miegeville
My Baby et Electro Deluxe dans une sélection de EP
et toujours :
Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Iinflammation du verbe vivre" au Théâtre de la Colline
"Dans le pays d'hiver" à la MC93 à Bobigny
"L'Arche" au Théâtre 13/Seine
"Cyrano" au Théâtre de la Tempête
"Abeilles" au Théâtre de Belleville
"Le Cabaret des Trois soeurs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Ce qu'on attend, ce qu'on a déjà" au Lavoir Moderne Parisien
"L'Autre fille" à la Comédie de Béthune
"Mémoire de fille" à la Comédie de Béthune
"Femme(s)" au Théâtre Trévise
"J'aime Brassens" au Théâtre Trévise
les reprises :
"La Double Inconstance" au Théâtre des Béliers parisiens
"En avant sur les cendres" au Théâtre du Rond-Point
"Moi, Dian Fossey" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Viel chante Brel" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"La Fabrique à Kifs" au Théâtre de l'Oeuvre
"Le Cabaret extraordinaire" à la Nouvelle Eve
et la chronique des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Meiji - Splendeurs du Japon impérial" au Musée Guimet
"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"Jômon - Naissance de l'art dans le Japon préhistorique" à la Maison de la Culture du Japon

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le départ" de Jerzy Skolimowki en version restaurée
et la chronique des autres sorties de novembre

Lecture avec :

"Au coeur de la folie" de Luca d'Andrea
"Les contes du réveil matin" de Michel Bussi
"Munkey diaries (1957-1982)" de Jane Birkin
"Où vivre" de Carole Zalberg
et toujours :
"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=