Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Table rase
Manufacture des Abbesses  (Paris)  juin 2018

Comédie dramatique d'après le film Festen de Thomas Vinterberg et Mogens Rukov, mise en scène de Joël Coté, avec Céline Charroy, Emilie Delrieux, Jean-Pierre Dutruge, Frédéric Gheung, Olivier Labarre, Colette Lavollée, Abdel Fath Moussahim, Siegrid Notari, Mario Pellerin, Olivier Quentel et Janine Reguart.

Helge va fêter ses soixante ans, occasion de réunir toute la famille Klingefeld-Hansen. Sauf que cette année, si Christian, son jumeau sera là, Linda, elle, ne sera pas là car elle s'est suicidée...

"Table rase" reprend le scénario de "Festen" écrit par Thomas Vinterberg et Mogens Rukov, adapté au théâtre par Bo Hr Hansen.

L'année dernière, Cyril Teste avait déjà monté cette adaptation au Théâtre de l'Odéon en conservant le titre du film. En le changeant, Joël Coté et la Compagnie Bob & Aglaé ont finalement réussi à couper franchement le cordon ombilical avec une œuvre très marqué par le puritanisme protestant, ce que ne faisait pas vraiment Cyril Teste.

Comme le film de Thomas Vinterberg a été largement vu et discuté, que même ceux qui ne l'ont pas vu en connaissent soit l'argument soit l'ambiance "repas de famille-règlement de comptes", la version qui est ici proposée est finalement plus "légère", va plus vite et atteint franchement le cœur de son sujet.

Ce n'est plus seulement le père, ogre pédophile, qui est central, mais plutôt toute la famille avec ceux qui savaient ou faisaient semblant de ne pas savoir, tous étant pris dans une ronde infernale qui peut, même par moments, connaître ses arrêts sur image et des moments "joyeux".

Rythmé, utilisant au mieux les possibilités d'une petite scène pour que la dizaine de personnages puissent s'y mouvoir sans peine, la mise en scène de Joël Coté dissèque la famille Klingefeld-Hansen dans tout ce qu'elle a de banal. Si la situation est "extraordinaire", cela ne donne pas pour autant plus de relief aux différents protagonistes.

Surtout que, à l'instar du film de Vinterberg qui s'inscrivait dans le "Dogme" initié par Lars Van Trier, toute psychologie est refusée pour expliquer les comportements. On s'en tient à la situation et à ce qui en découle inexorablement. On tâtonne, on agit par réflexe ou par impulsion, pas à l'issue d'une analyse poussée des tenants et des aboutissants.

Une des différences avec l'oeuvre danoise tient aussi que personne ne surjoue. Pas question pour Christian, qui révèle les viols que son père a commis sur lui et sa sœur, d'être sur le registre de la provocation.

Pareillement, une fois ses perversions enfin admises, le climat n'en est pas pour autant malsain ni chargé d'équivoque. Le titre est à cet égard parfaitement clair : on va faire "table rase", extirper à la racine le mal et repartir sur un autre pied.

Le plus jeune des fils reprochera à son père d'avoir, au-delà de ses crimes, tué une famille. Pêché d'autant plus grave que tous les acteurs sont à l'unisson et donnent véritablement la sensation de former un groupe familial.

On félicitera collectivement Céline Charroy, Emilie Delrieux, Jean-Pierre Dutruge, Frédéric Gheung, Olivier Labarre, Colette Lavollée, Abdel Fath Moussahim, Siegrid Notari, Mario Pellerin, Olivier Quentel et Janine Reguart pour avoir rendu crédible l'irrésistible chute de cette famille en pleine confusion entre les faux-semblants et les vrais sentiments.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=