Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rétrospective Dario Argento
  juillet 2018

Dario Argento était considéré comme un cinéaste de films B, voire de films Z. Le père de la charismatique Asia est désormais devenu un classique qu'il est temps de revisiter et de considérer comme l'égal des grands réalisateurs italiens.

Emblématique d'un genre spécifiquement italien, le "giallo", qui avec le western-spaghetti, a dominé Cinecitta avant que le cinéma italien sombre, victime de la télé berlusconienne, Dario Argento a donné ses lettres de noblesse au genre, après que son inventeur présumé, Mario Bava, en ait fixé les contours.

Le premier film de Dario Argento, que l'on peut revoir dans cette rétrospective de six films, "L'Oiseau au plumage de cristal" (1970), est un marqueur fort du "giallo".

On y retrouve les trois lois du genre : énigme policière, horreur et érotisme. Selon le principe du "giallo", un tueur mystérieux, tout habillé de cuir noir, s'en prend à des femmes - forcément très belles - avec des lames effilées dont le métal luit dans la nuit et qu'il aime frotter délicatement sur des étoffes en général rouges.

Quand le poignard, le rasoir coupe-chou, ou toute autre arme blanche, parcourt le corps semi-dénudé de la victime, il commence délicatement, puis mutile soutien-gorges et petites culottes... avant de furieusement pénétrer dans les chairs de la malheureuse puis de s'y acharner.

Dès lors, une gerbe de sang gicle, éjacule véritablement sur un mur. Le "giallo", c'est Eros et Thanatos. On a l'impression qu'il trouve son origine dans le plan de la douche de "Psycho" d'Alfred Hitchcock.

Dans cette rétrospective qui parcourt les années glorieuses de Dario Argento (1970-1985), on part de deux films qui respectent à la lettre le "canon" du "giallo" : "L'oiseau au plumage de cristal" et "Le Chat à neuf queues" (1971). Le cinéaste les associe d'ailleurs dans sa "trilogie animale" avec "Quatre mouches de velours gris" qui manque ici à l'appel.

Après cette trilogie liminaire, Argento élargit ses thématiques. Il combine le "giallo" avec des ambiances plus fantastiques. Son érotisme se fait ésotérique et ses mises en scènes maniérées passent de Hitchcock à Antonioni, cinéaste dont il revendique l'influence.

On pourrait dire qu'il est un Antonioni dont la cérébralité devient pulsionnelle. Il ne cesse de lui rendre hommage et dans son film "Les Frissons de l'angoisse" (1975), le héros n'est autre que l'acteur principal de "Blow up", David Hemmings.

Comme chez Antonioni, les personnages appartiennent souvent à des milieux artistiques (écrivains, peintres) et l'on découvre souvent des galeries d'art contemporain. Sauf qu'à la différence de l'auteur du "Désert rouge", il n'est pas conseillé de les fréquenter, la moindre œuvre pouvant s'avérer dangereuse (cf "L'oiseau au plumage de cristal").

Si l'on n'a qu'un film à voir, on conseillera de choisir "Suspiria" (1977), premier volet de ce que Dario Argento appellera sa "Trilogie des Enfers" (ou des "Trois mères") qui comprendra aussi "Inferno" (1980) et "La Troisième mère" (2007).

Inspiré par Thomas de Quincey, "Suspiria" est une œuvre dans laquelle Argento maîtrise son univers et s'éloigne définitivement du genre "policier" pour s'enfoncer dans les méandres de l'âme de son héroïne, incarnée par la magnifique Jessica Harper.

Au passage, on remarquera la prédilection de Dario Argento pour les acteurs anglo-saxons.

Il aime souvent les mettre en avant, on pourrait presque dire qu'il les met en porte-à-faux pour créer un contraste avec le reste du casting transalpin. L'étranger est ainsi à chaque fois plongé dans un monde étrange et plein de chausse-trapes.

Les deux derniers films présentés, "Phenomena" (1985) et "Opera" (1987), peuvent être considérés comme plus mineurs, même si les "purs" aficionados d'Argento y retrouveront ses qualités de grand formaliste. Les autres regretteront que "Phenomena" s'appuie sur le scénario d'un jeu vidéo.

Quant à "Opera", film jamais sorti en salles en France, il a toutes les qualités et les défauts de ce qu'on pourrait appeler un "grand film malade".

Argento, dans les coulisses d'un opéra de Verdi, déploie tout son cinéma et essaie avec sa maestria habituelle de parvenir à synthétiser les deux dramaturgies. Le spectateur qui découvrira cette œuvre jugera par lui-même s'il y réussit.

L'été 2018 sera donc "argentien". Il est urgent de réévaluer ce "cinéma visuel", imaginatif, riche en fulgurances narratives et bien loin des images triviales et des récits stéréotypés que ce cinéma qui se revendique d'horreur véhicule aujourd'hui.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 novembre 2018 : En route pour l'hiver

Quoi de plus triste qu'un jour férié un dimanche pluvieux ? Pas grand chose mais il est temps de se remonter le moral avec le sommaire de notre petite sélection culturelle hebdomadaire.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf
et toujours :
"Tempérance #2" de Dominique Dalcan

"Thomas Pesquet : 16 levers de soleil, BOF" de Guillaume Perret
"In the street" de Laurent Fickelson
"Buenos Aires 72" de Marina Cedro
"Caribbean stories" de Samy Thiébault
"Black honey" de Black Honey
"Nulle part" de Daisy Driver
"Ancient majesty" de Portier Dean
"Chimie vivante" de Féloche

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Love" aux Ateliers Berthier
"Ivanov" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Demi-Véronique" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Stück Plastik, une pièce en plastque" à la Manufacture des Oeillets
"La Vie devant soi" au Théâtre Jean Arp à Clamart
"L'Avalée des Avalés" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Filles du Trois et demi" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Fourberies de Scapin" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie lente" au Théâtre de La Reine Blanche
"Pauline Cariou - Chroniques d'une vie décalée" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"My Ex-step-in-law" au Théâtre Dunois
"Les Louvres and/or Kicking the dead" au Centquatre
"Retour à Lemberg" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
les reprises :
"Berlin Kabarett" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ex-Anima" au Théâtre Zingaro
"Le Joueur d'échecs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"En couple" à La Folie Théâtre
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Palais des Glaces
et la chronique des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Grayson Perry - Vanité - Identité - Sexualité" à la Monnaie de Paris
"Jômon - Naissance de l'art dans le Japon préhistorique" à la Maison de la Culture du Japon

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Carmen & Lola" de Arantxa Etchevarria
"High Life" de Claire Denis
"Un amour impossible" de Catherine Corsini
Oldies but Goodies avec "L'Adieu aux armes" de Frank Borzage en version restaurée
et la chronique des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

et toujours :
"Ce qui t'appartient" de Garth Greenwell
"Et j'abattrai l'arrogance des tyrans" de Marie-Fleur Albecker
"Infirmière" de Christie Watson
"Le camp de la goutte d'eau" de Baniel Bililian
"Qaanaaq" de No Malo
"Treize jours" de Arni Thorarinsson

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows

et toujours :
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=