Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ma nuit chez Maud
Eric Rohmer  1970
Réalisé par Eric Rohmer. France. Comédie dramatique. 1h50. (Sortie 1970) Avec Jean-Louis Trintignant, Françoise Fabian et Marie-Christine Barrault.

C’est en rentrant dans un café que Jean-Louis (Jean-Louis Trintignant) a croisé Vidal (Antoine Vitez). Par hasard. Quelles étaient les probabilités qu’ils se croisent ici, à Clermont ? s’amusent à calculer les deux amis d’enfance. C’est grâce à Vidal que Jean-Louis a rencontré Maud (Françoise Fabian).

Maud est médecin, issue d’un milieu bourgeois et anticlérical. Jean-Louis est ingénieur, catholique pratiquant (enfin, comme il le dit, qui s’efforce de l’être). Ni un cavaleur ni un saint. Vidal est amoureux de Maud, et pourtant, il laisse Jean-Louis seul avec elle.

Eric Rohmer n’est pas un cinéaste bavard. Dans son cinéma, les personnages discutent, ce qui est bien différent. Dans "Ma nuit chez Maud", ils parlent de tout, de manière intime, très vite, sans jamais tomber dans l’impudeur ou l’exhibitionnisme.

C’est un enchantement que d’écouter ces deux hommes et cette femme qui débattent de Pascal et de la religion, qui opposent leur point de vue sans jamais se départir de leur humour.

Le désir est bien présent aussi. Ces trois corps, rassemblés dans un espace étroit, entretiennent une étrange familiarité. Eric Rohmer joue merveilleusement du déplacement de ces acteurs dans un espace savamment construit, éclairé par le noir et blanc somptueux de Nestor Almendros, son chef-opérateur attitré.

Les duos se font et se défont. Isolé à la table, Jean-Louis est seul dans le cadre, tandis que les interrogations de Maud et Vidal fusent ; plus tard, ce sera Vidal qui sera isolé, exclu du cadre, tandis que Maud s’installe, non sans impertinence, face à Jean-Louis, les pieds délicatement avancés entre les siens.

Plus tard, ce sera sous les lourdes couvertures de fourrure, ou les parkas d’hiver que les corps se chercheront. Les baiser se donnent en plaisantant, tant est grand le miracle de cette intimité. Françoise Fabian est fascinante dans ce rôle de femme libre, rieuse, qui affirme son désir ou ses peines. Elle illumine le film de son intelligence, son beau visage grave et ouvert scrutant Jean-Louis.

L’enjeu du conte moral, puisque c’en est un, est la question du choix. Ne sommes-nous pas embarqués, selon les mots de Pascal, c’est-à-dire condamnés au choix ? Chaque choix nous engage dans une direction, irréversiblement. Il faudrait, alors, choisir en toute conscience (mais c’est-ce pas là aussi de l’orgueil ?)

Mais c’est également le hasard qui présente les possibles, et met en balance les éléments qui constitueront le choix. Le hasard de la rencontre avec Maud, la brune, et avec Françoise, la blonde, rencontrée à l’église un dimanche matin.

Dans cette séquence, Rohmer alterne les plans sur les paroissiens, le curé qui officie et Françoise (Marie-Christine Barrault), repérée par Jean-Louis. Au fur et à mesure que l’action avance, la caméra filme la jeune femme en plans de plus en plus gros : le choix est déjà fait au moment même où commence le film. 

Reste à savoir si notre héros se tiendra à ce choix, lui qui a déjà eu des aventures, et que Maud taquine en le traitant de "jésuite". Son catholicisme un brin singulier est en porte-à-faux avec le jansénisme de Pascal que le mathématicien condamne comme trop austère. Mais le choix est aussi du côté des femmes : Maud déclare ainsi aimer "les gens qui savent ce qu’ils veulent", renvoyant dans les cordes l’indécis Jean-Louis.

"Ma Nuit chez Maud" est aussi un film mathématique, puisqu’en permanence, ce sont la probabilité et le hasard qui sont interrogés. Et pourtant, rarement une pensée (celle de Pascal) n’aura été incarnée avec tant de fougue.

Rien d’abstrait dans ce film où l’on parle beaucoup ; tout n’est, en fait, qu’action, décision, prise de risque. C’est-à-dire pari.

On cherche où est notre gain, le seul qui vaille : l’infini. Et puisque ce gain est inestimable, il faut parier. C’est également ce que fera l’une des plus belles héroïnes de Rohmer dans un autre conte, d’hiver cette fois.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 11 novembre 2018 : En route pour l'hiver

Quoi de plus triste qu'un jour férié un dimanche pluvieux ? Pas grand chose mais il est temps de se remonter le moral avec le sommaire de notre petite sélection culturelle hebdomadaire.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Olivier Brion, complétée par une session 5 titres
"Au dessus" de Au Dessus
"Terrain à mire. Une maison rétive. Contrainte par le toit" de Bégayer
"Rojo vivo" de Borja Flames
"Alaska" de Eryk.E
"Envol" de Joulik
"La boîte de pandore" de Karin Clercq
"Pur sang EP" de Pur Sang
"Grazyna Bacewicz : The Two Piano Quintets - Quartet for four violins - Quartet for four cellos" de Silesian Quartet and Friends
"Songs for a city" de Victoire Oberkampf
et toujours :
"Tempérance #2" de Dominique Dalcan

"Thomas Pesquet : 16 levers de soleil, BOF" de Guillaume Perret
"In the street" de Laurent Fickelson
"Buenos Aires 72" de Marina Cedro
"Caribbean stories" de Samy Thiébault
"Black honey" de Black Honey
"Nulle part" de Daisy Driver
"Ancient majesty" de Portier Dean
"Chimie vivante" de Féloche

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Love" aux Ateliers Berthier
"Ivanov" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Demi-Véronique" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Stück Plastik, une pièce en plastque" à la Manufacture des Oeillets
"La Vie devant soi" au Théâtre Jean Arp à Clamart
"L'Avalée des Avalés" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Filles du Trois et demi" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Les Fourberies de Scapin" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie lente" au Théâtre de La Reine Blanche
"Pauline Cariou - Chroniques d'une vie décalée" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"My Ex-step-in-law" au Théâtre Dunois
"Les Louvres and/or Kicking the dead" au Centquatre
"Retour à Lemberg" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
les reprises :
"Berlin Kabarett" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ex-Anima" au Théâtre Zingaro
"Le Joueur d'échecs" au Théâtre de l'Epée de Bois
"En couple" à La Folie Théâtre
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Palais des Glaces
et la chronique des autres spectacles de novembre

Expositions avec :

"Grayson Perry - Vanité - Identité - Sexualité" à la Monnaie de Paris
"Jômon - Naissance de l'art dans le Japon préhistorique" à la Maison de la Culture du Japon

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Carmen & Lola" de Arantxa Etchevarria
"High Life" de Claire Denis
"Un amour impossible" de Catherine Corsini
Oldies but Goodies avec "L'Adieu aux armes" de Frank Borzage en version restaurée
et la chronique des sorties d'octobre

Lecture avec :

"Prisonniers de la géographie" de Tim Marshall
"Le peuple contre la démocratie" de Yascha Mounk
"Le complexe d'Hoffman" de Colas Gutman
"La croisière charnwood" de Robert Goddard
"Haute société / Frank et Billy" de Vita Sackville / Laurie Colwin

et toujours :
"Ce qui t'appartient" de Garth Greenwell
"Et j'abattrai l'arrogance des tyrans" de Marie-Fleur Albecker
"Infirmière" de Christie Watson
"Le camp de la goutte d'eau" de Baniel Bililian
"Qaanaaq" de No Malo
"Treize jours" de Arni Thorarinsson

Froggeek's Delight :

"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows

et toujours :
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=