Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Arvo Pärt
The Symphonies  (Universal Music / Decca Records)  avril 2018

"Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient continuellement la face de mon Père qui est dans les cieux." (Mt 18, 10)

"Ici je suis seul avec le silence. J'ai découvert qu'il est assez quand une note simple est admirablement jouée. Cette une note, ou un battement silencieux, ou un moment de silence, me soulagent. Je travaille avec très peu d'éléments - d'une seule voix, avec deux voix. Je construis avec les matériaux les plus primitifs - avec la triade, avec une tonalité spécifique. Les trois notes de la triade sont comme des cloches. Et c'est pourquoi je l'appelle tintinnabuli." Arvo Pärt

Pour Arvo Pärt, chacune de ses symphonies est un monde en soi. Elles sont aussi le reflet des étapes esthétiques (néo-classique, sérielle, minimalisme, musique aléatoire, collage, style tintinnabuli...) du maître estonien. Depuis les années 80, Arvo Pärt jouit d’une reconnaissance qui dépasse amplement le cercle des amateurs de musique contemporaine. Cette stature, plutôt surprenante, est la conséquence de la musique qu'il a écrite depuis le milieu des années 1970, qu'il s'agisse de partitions instrumentales telles que Tabula Rasa (1977) et Fratres (1977), ou d'œuvres vocales comme Passio (1982), Berliner Messe (1990), Miserere (1989) et le Stabat Mater (1985).

Peut-être aussi parce que sa musique est moins exigeante à l’écoute, plus grand public que nombre de ses contemporains. Les années 70-80 est la période où il développe son style tintinnabuli (musique très souvent avec bourdon ne modulant pas, avec une harmonie non fonctionnelle). Il ne faut cependant pas oublier qu’avant cette mutation stylistique, Pärt avait été pendant les années 60 le premier compositeur dodécaphonique estonien. Il s’attira alors les foudres des très ouvertes autorités soviétiques mais la bienveillante écoute et l’intérêt des compositeurs et du public d’Europe de l'Ouest.

C’est surprenant mais les quatre symphonies n’avaient jamais été réunies auparavant. Ce qui l’est moins, c’est que ce soit Tõnu Kaljuste et le NFM Wroclaw Philharmonic qui aient enregistré ces quatre symphonies, le chef d’orchestre étant l’un des l'interprètes privilégiés du compositeur. Chacune de ses symphonies est donc un monde en soi et un marqueur de l’évolution stylistique de Pärt et Tõnu Kaljuste se montre convainquant quelle que soit la forme que prennent ces symphonies : le dodécaphonisme de la première symphonie, le côté aléatoire et presque pugnace et angoissant de la seconde symphonie, les références médiévales, l’organum du XIIIème siècle et à la polyphonie de la Renaissance de la troisième symphonie.

La symphonie n°4 "Los Angeles" a été écrite plus de vingt-cinq ans après la troisième symphonie. Le temps se dilate de plus en plus et c’est la première œuvre d’envergure orchestrale (cordes et percussions). La symphonie avec ces contrastes de textures, ces mouvements conjoints modaux, une certaine densité, repose sur un texte sacré de l’église orthodoxe. La prosodie de ce texte déterminant complètement le contenu musical. Et c’est toute la force de Tõnu Kaljuste et du NFM Wroclaw Philharmonic de rendre compte de la diversité d’écriture d’Arvo Pärt et de sa spiritualité, fil rouge de son corpus d’œuvres.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Arvo Pärt
Le Facebook de Arvo Pärt


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=