Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Histoire du fascisme
Frédéric Le Moal  (Editions Perrin)  avril 2018

Les livres d’histoire sur le fascisme sont nombreux. Pierre Milza en a écrit de nombreux autour du concept et de Mussolini. Ici, c’est l’historien Frédéric Le Moal qui nous propose un ouvrage fort intéressant sur le sujet. Frédéric Le Moal est déjà l’auteur d’ouvrages sur Victor-Emmanuel III mais aussi sur le Vatican face aux dictatures.

Avec son dernier ouvrage, Histoire du fascisme, publié aux éditions Perrin, l’auteur se pose plusieurs questions. Qu’est-ce que le fascisme ? Fut-il un mouvement réactionnaire, conservateur ou révolutionnaire ? Se situait-il à gauche ou à droite ? Quelle place occupa Mussolini dans les débats idéologiques et dans le fonctionnement du régime ?

Le livre évidemment a pour but de répondre à toutes ces questions cruciales. Il porte aussi sur le fascisme un regard neuf et inhabituel chez les historiens français. L’introduction commence par définir ce qu’est le fascisme. La suite du livre ensuite est racontée de la prise du pouvoir de Mussolini jusqu’à sa mort, au travers d’une révolution avortée. Car oui, ce regard neuf vient de la volonté de l’auteur de réaffirmer le caractère totalitaire du régime mussolinien en replaçant l’idéologie qui le fonde dans sa nature révolutionnaire tout en le rattachant à la révolution française et au socialisme (qui est l’objet de la première partie).

L’auteur s’attarde alors sur chaque étape de cette révolution, du socialisme jusqu’à la république sanglante de Salo, au travers de différents chapitres nous montrant la normalisation de ce fascisme, la fascisation des italiens mais aussi la géopolitique du fascisme. Il nous montre aussi que si les fascistes cherchèrent à détruire par la violence la modernité libérale de leur temps, ce ne fut pas au nom d’un âge d’or révolu et dans une démarche passéiste mais avec la volonté farouche de construire une société et un homme nouveau.

On y découvre un Etat totalitaire qui se construit pas à pas avec une révolution institutionnelle au milieu des années 20, une économie qui se met progressivement au service de l’Etat et un fascisme qui s’infiltre dans le monde intellectuel. L’auteur nous montre bien aussi comment le fascisme plongea ses mains dans l’héritage de la Rome antique pour en extraire les valeurs, les références, les codes et les gestes dont il estimait avoir besoin pour son combat politique. Cette romanité va alors constituer pour le fascisme un modèle indépassable qui va irriguer l’ensemble de son œuvre et devenir source d’inspiration dans de nombreux domaines comme l’art, le modèle social ou la politique familiale.

En conclusion, l’auteur se demande jusqu’où aurait été le fascisme s’il n’avait pas été anéanti en 1945. Il se demande s'il aurait rejoint les deux autres régimes totalitaires dans l’échelle de l’horreur.

Avec son histoire du fascisme, Frédéric Le Moal nous propose donc une autre approche concernant l’essence du fascisme. Il veut nous montrer que Mussolini ne peut se dissocier du fascisme mais que le fascisme peut se dissocier de Mussolini. Le livre nous montre aussi certaines différences avec le nazisme notamment pour ce qui concerne la politique culturelle.

Pour lui, le fascisme est mort, n’en déplaise à ceux qui voient encore des fascistes à tous les coins de rue. Ce qui perdure par contre, c’est la volonté de remodeler l’être humain, de le transformer en fonction d’une idéologie, de l’émanciper de sa propre et inaliénable nature. Et alors là, on peut considérer que de nombreux hommes politiques actuels sont déjà fascistes. Sans donner leurs noms, on les reconnaîtra.

 

 


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=