Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kent Monkman - Beauty and the Beats
Centre Culturel Canadien  (Paris)  Du 17 mai au 15 septembre 2018

Pour inaugurer son nouveau siège parisien, le Centre Culturel Canadien présente sous le titre "Beauty and the Beasts" un florilège d'oeuvres réalisées pour l'événement par l'artiste contemporain canadien Kent Monkman.

Réalisées pour l'événement, elles résultent d'une proposition artistique sur un de ses thèmes réflexifs de prédilection, celui de l'appropriation culturelle, inspirée par les collections d'histoire naturelle du Musée des Confluences sis à Lyon, et plus précisément celle des animaux naturalisés de la faune nord-américaine.

Cette monstration monographique dont le commissariat est assuré par Catherine Bédard, directrice adjointe et responsable de la programmation du Centre, permet de découvrir l'œuvre tant atypique et polysémique que politique et militante de Kent Monkman ancrée tant dans son héritage identitaire que dans son vécu personnel.

Kent Monkman : Le passé au présent

La démarche artistique de Kent Monkman, peintre, plasticien, vidéaste et performeur d'ascendance métisse irlando-crie, est orientée autour de deux pôles complémentaires.

D'une part, outre l'aspect mémoriel, afin de permettre la résilience des victimes et la réconciliation des peuples, et fondée sur l'indigénisme et la dénonciation de l'ethnocide amérindien notamment au Canada qui, au mieux, s'est soldé par l'assimilation forcée des Autochtones avec l'interdiction de pratiquer leurs religions et leurs cultures traditionnelles, l'anamnèse de la colonisation.

Une colonisation légitimée par une mission pacificatrice, libératrice et civilisatrice, doublée d'une mission oecuménique, qui incomberait aux nations occidentales excipant des bienfaits de leur société qui était notamment diffusée par un art d'Etat manichéen, notamment quant à la représentation du "sauvage" qui nécessite une approche critique (cf. l'exposition "D’un regard l’Autre" qui s'est tenue en 2006-2007 au Musée du Quai Branly), véritable outil de propagande qui a soutenu les falsifications historiques et la fiction des mythes fondateurs des nouveaux pays.

Ce combat qui se déroule sur le terrain même de l'Histoire de l'Art se déploie selon le paralllélisme des formes en empruntant la voie de la grande peinture et dans le genre majeur selon la classique hiérarchie des genres, celle de la peinture d'histoire, revisitant les canons de l’art académicien en pervertissant les codes à l'aune d'un homoérotisme kitsch tout en empruntant à l'imagerie sulpicienne et à l'iconographie illustrative du 19ème siècle.

Ainsi, en l'espèce, avec "Miss Chief's Wet Dream", toile monumentale et syncrétique dans laquelle, sous un ciel sombre et sur une mer déchaînée, se déroule une bataille navale qui met aux prises les Indiens dont certain sportent le masque de leur animal-totem à la vieille Europe embarquée sur un radeau, celui de Géricault, avec ses figures symboliques, dont la reine Victoria, le Christ à la couronne d'épines, un conquistador, la liberté seins nus de Delacroix et un Minotaure armé d'un fusil mitrailleur.

D'autre part, la pratique artistique militante de Kent Monkman s'inscrit dans une revendication politique contestataire quant à la reconnaissance de l'altersexualité, l'autodétermination quant à l'identité de genre et le droit à la liberté de l'orientation sexuelle, qui conteste les diktats oppressifs de l'hétéronormativité et de l'hétérosexualité.

Celle-ci, en phase avec une implication personnelle en tant que queer, trouve son ancrage dans la culture amérindienne qui connaissait la bi-spiritualité et l'existence d'un troisième genre, s'est déployée dans la création d'un alter-ego pictural autofictionnel qu'il met en scène tant dans le détournement de représentations bibliques - la série de photomontages "Fate is a Cruel Mistress" - et mythologiques que dans une épopée historique comme chef de guerre d'une tribu autochtone.

Nommé Miss Miss Chief Eagle Testickle, cet avatar pictural qui ressort à la drama-queen, ni éphèbe ni androgyne, revêt son apparence physique masculine, celle d'un homme au corps musclé éminemment viril revêtant des attributs traditionnellement féminins tels la longue chevelure et le maquillage et, de manière anachronique au plan temporel, le port de stilettos Louboutin.

Miss Miss Chief Eagle Testickle se décline également de manière incarnée par son créateur en intervenant de manière performative tel "Une autre plume à sa coiffe" dans le cadre de la défense de la diversité, réalisée en septembre 2017 au Musée des Beaux-Arts de Montréal dont la vidéo est projetée en accompagnement de la monstration.

Celle-ci s'est déroulée dans le cadre de l'exposition "Love is Love", exposition au long cours et au périple international consacrée à Jean-Paul Gaultier, qui a fait escale à Paris au Grand Palais en 2015 ("Jean-Paul Gaultier"), sous forme d'une union artistique symbolique entre le couturier et Miss Chief Eagle Testickle qui portait la coiffe de plumes blanches créée par celui-ci pour la robe de mariée de sa collection haute couture Les Hussardes qui est immortalisée par le photographe Chris Chapman comme un cliché de mariage vintage qui renverse les normes établies.

Pour "Beauty and the Beasts", Kent Monkman continue sa réinvention de la mythologie grecque en l'hybridant avec le thème de la nature qui en constitue le fil rouge et entre en résonance tant avec la culture indigène animiste, dont le rapport au monde se caractérise par une symbiose totale avec la faune et la flore, qu'avec le débat contemporain"nature ou culture" sur l'homosexualité.

Ainsi décline-t-il le mythe du rapt de Ganymède par Zeus transformé en aigle ("Miss Chief Eagle Testickle") et détourne celui de Léda séduite par Zeus ayant pris l'apparence d'un cygne auquel, en l'occurrence se substitue une oie sauvage ("The Affair") pour conquérir un homme-femme.

Et non sans ironie, il transforme les ours de la Confédération canadienne en Grâces domptées par une musicienne qui n'est autre que Miss Chief Eagle Testickle ("The Three Bachelors"), son double autofictionnel érigé en héroïne qui voyage dans le temps et l'espace animée de l'esprit de ses ancêtres chasseurs ("Stag Hunting").

Une étonnante découverte que cette première traversée de l'Atlantique de l'oeuvre atypique et engagée de Kent Monkman qui constitue un des fleurons de l'art canadien encore méconnu en France.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Centre Culturel Canadien

Crédits photos : MM


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 janvier 2019 : Du vieux, du neuf, du beau

Cette semaine on a rencontré Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio, on est allé au théâtre, au cinéma, on a écouté des disques et vu des expositions... Bref, on s'est fait plaisir pour vous offrir un sommaire riche et éclectique, cette semaine encore. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Remind me tomorrow" de Sharon Van Etten
"Todhe todhe, volume 3" de Pierre de Bethmann Medium Ensemble
Rencontre avec Jean Pierre Kalfon qui sera en concert avec Jad Wio le 24/01
"Bottle it in" de Kurt Vile
"Abandonnée / Maleja" de La Tène
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"Assume form" de James Blake
"Desert eyes" de (Thisis) Redeye
"L'étrangère" de Andéel
"They are here" de Falaises
"Emigrar" de Irina Gonzalez
"Unwind EP" de Liquid Bear
et toujours :
"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Retour à Reims" à l'Espace Cardin
"The Scarlet letter" au Théâtre de la Colline
"Arctique" aux Ateliers Berthier
"Insoutenables longues étreintes" au Théâtre de la Colline
"Le Faiseur de théâtre" au Théâtre Dejazet
"Certaines n'avaient jamais vu la mer" à la Manufcature des Oeillets
"Microfictions" au Lavoir Moderne Parisien
"Le Presque rien et le Quelque chose" au Lavoir Moderne Parisien
"Convulsions" au Théâtre Ouvert
"Les Yeux d'Anna" au Théâtre 13/Seine
"La Dama Boba" au Théâtre 13/Jardin
"Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner" à la MC93 à Bobigny
"Proust en clair" au Théâtre de la Huchette
"Dans la peau de Cyrano" au Théâtre Le Lucernaire
"Prévert" au Théâtre du Rond-Point
"Braise et Cendres" au Théâtre Le Lucernaire
et les reprises:
"Sang négrier" à la Folie Théâtre
"Le Portrait de Dorian Gray" au Théâtre Le RAnelagh
"Le Paradoxe des jumeaux" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Femmes de Barbe-Bleue" au Lavoir Moderne PArisien
"1830 - Sand, Hugo, Balzac : tout commence…" au Théâtre Essaion
"Michael Kohlhaas, l'homme révolté " au Théâtre Essaioon
"Je buterai bien ma mèr eun dimanche" au Point Virgule
"Cabaret Louise" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Mon Coeur" au Théâtre Paris-Villette
"Europa" au Lavoir Moderne Européen
"Odyssée" au Théâtre Montmartre-Galabru
"F(r)ictions" à la Grande Halle de La Villette
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Caravage à Rome " au Musée Jacquemart-André
"Alphonse Mucha" au Musée du Luxembourg
"Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi
"L'Asie rêvée d'Yves Saint-Laurent" au Musée Yves Saint-Laurent
"La Fabrique du Luxe" au Musée Cognacq-Jay
"Il était une fois Sergio Leone" à la Cinémathèque française

les films de la semaine :
"Ma vie avec James Dean" de Dominique Choisy
et la chronique des autres sorties de janvier

Lecture avec :

Présentation du Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême #46
"Anatomie d'un scandale" de Sarah Vaughan
"Ce que je peux enfin vous dire / Devenir" de Ségolène Royal / Michelle Obama
"Essence" de Fred Bernard & Benjamin Flao
"Foulques" de Véronique Boulais
"Le pays des oubliés" de Michael Farris Smith
"Les amochés" de Nan Aurousseau
"Phagocytose" de Marcos Prior & Danide
et toujours :
"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=