Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Kent Monkman - Beauty and the Beats
Centre Culturel Canadien  (Paris)  Du 17 mai au 15 septembre 2018

Pour inaugurer son nouveau siège parisien, le Centre Culturel Canadien présente sous le titre "Beauty and the Beasts" un florilège d'oeuvres réalisées pour l'événement par l'artiste contemporain canadien Kent Monkman.

Réalisées pour l'événement, elles résultent d'une proposition artistique sur un de ses thèmes réflexifs de prédilection, celui de l'appropriation culturelle, inspirée par les collections d'histoire naturelle du Musée des Confluences sis à Lyon, et plus précisément celle des animaux naturalisés de la faune nord-américaine.

Cette monstration monographique dont le commissariat est assuré par Catherine Bédard, directrice adjointe et responsable de la programmation du Centre, permet de découvrir l'œuvre tant atypique et polysémique que politique et militante de Kent Monkman ancrée tant dans son héritage identitaire que dans son vécu personnel.

Kent Monkman : Le passé au présent

La démarche artistique de Kent Monkman, peintre, plasticien, vidéaste et performeur d'ascendance métisse irlando-crie, est orientée autour de deux pôles complémentaires.

D'une part, outre l'aspect mémoriel, afin de permettre la résilience des victimes et la réconciliation des peuples, et fondée sur l'indigénisme et la dénonciation de l'ethnocide amérindien notamment au Canada qui, au mieux, s'est soldé par l'assimilation forcée des Autochtones avec l'interdiction de pratiquer leurs religions et leurs cultures traditionnelles, l'anamnèse de la colonisation.

Une colonisation légitimée par une mission pacificatrice, libératrice et civilisatrice, doublée d'une mission oecuménique, qui incomberait aux nations occidentales excipant des bienfaits de leur société qui était notamment diffusée par un art d'Etat manichéen, notamment quant à la représentation du "sauvage" qui nécessite une approche critique (cf. l'exposition "D’un regard l’Autre" qui s'est tenue en 2006-2007 au Musée du Quai Branly), véritable outil de propagande qui a soutenu les falsifications historiques et la fiction des mythes fondateurs des nouveaux pays.

Ce combat qui se déroule sur le terrain même de l'Histoire de l'Art se déploie selon le paralllélisme des formes en empruntant la voie de la grande peinture et dans le genre majeur selon la classique hiérarchie des genres, celle de la peinture d'histoire, revisitant les canons de l’art académicien en pervertissant les codes à l'aune d'un homoérotisme kitsch tout en empruntant à l'imagerie sulpicienne et à l'iconographie illustrative du 19ème siècle.

Ainsi, en l'espèce, avec "Miss Chief's Wet Dream", toile monumentale et syncrétique dans laquelle, sous un ciel sombre et sur une mer déchaînée, se déroule une bataille navale qui met aux prises les Indiens dont certain sportent le masque de leur animal-totem à la vieille Europe embarquée sur un radeau, celui de Géricault, avec ses figures symboliques, dont la reine Victoria, le Christ à la couronne d'épines, un conquistador, la liberté seins nus de Delacroix et un Minotaure armé d'un fusil mitrailleur.

D'autre part, la pratique artistique militante de Kent Monkman s'inscrit dans une revendication politique contestataire quant à la reconnaissance de l'altersexualité, l'autodétermination quant à l'identité de genre et le droit à la liberté de l'orientation sexuelle, qui conteste les diktats oppressifs de l'hétéronormativité et de l'hétérosexualité.

Celle-ci, en phase avec une implication personnelle en tant que queer, trouve son ancrage dans la culture amérindienne qui connaissait la bi-spiritualité et l'existence d'un troisième genre, s'est déployée dans la création d'un alter-ego pictural autofictionnel qu'il met en scène tant dans le détournement de représentations bibliques - la série de photomontages "Fate is a Cruel Mistress" - et mythologiques que dans une épopée historique comme chef de guerre d'une tribu autochtone.

Nommé Miss Miss Chief Eagle Testickle, cet avatar pictural qui ressort à la drama-queen, ni éphèbe ni androgyne, revêt son apparence physique masculine, celle d'un homme au corps musclé éminemment viril revêtant des attributs traditionnellement féminins tels la longue chevelure et le maquillage et, de manière anachronique au plan temporel, le port de stilettos Louboutin.

Miss Miss Chief Eagle Testickle se décline également de manière incarnée par son créateur en intervenant de manière performative tel "Une autre plume à sa coiffe" dans le cadre de la défense de la diversité, réalisée en septembre 2017 au Musée des Beaux-Arts de Montréal dont la vidéo est projetée en accompagnement de la monstration.

Celle-ci s'est déroulée dans le cadre de l'exposition "Love is Love", exposition au long cours et au périple international consacrée à Jean-Paul Gaultier, qui a fait escale à Paris au Grand Palais en 2015 ("Jean-Paul Gaultier"), sous forme d'une union artistique symbolique entre le couturier et Miss Chief Eagle Testickle qui portait la coiffe de plumes blanches créée par celui-ci pour la robe de mariée de sa collection haute couture Les Hussardes qui est immortalisée par le photographe Chris Chapman comme un cliché de mariage vintage qui renverse les normes établies.

Pour "Beauty and the Beasts", Kent Monkman continue sa réinvention de la mythologie grecque en l'hybridant avec le thème de la nature qui en constitue le fil rouge et entre en résonance tant avec la culture indigène animiste, dont le rapport au monde se caractérise par une symbiose totale avec la faune et la flore, qu'avec le débat contemporain"nature ou culture" sur l'homosexualité.

Ainsi décline-t-il le mythe du rapt de Ganymède par Zeus transformé en aigle ("Miss Chief Eagle Testickle") et détourne celui de Léda séduite par Zeus ayant pris l'apparence d'un cygne auquel, en l'occurrence se substitue une oie sauvage ("The Affair") pour conquérir un homme-femme.

Et non sans ironie, il transforme les ours de la Confédération canadienne en Grâces domptées par une musicienne qui n'est autre que Miss Chief Eagle Testickle ("The Three Bachelors"), son double autofictionnel érigé en héroïne qui voyage dans le temps et l'espace animée de l'esprit de ses ancêtres chasseurs ("Stag Hunting").

Une étonnante découverte que cette première traversée de l'Atlantique de l'oeuvre atypique et engagée de Kent Monkman qui constitue un des fleurons de l'art canadien encore méconnu en France.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Centre Culturel Canadien

Crédits photos : MM


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=