Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bohême, notre jeunesse
Opéra Comique  (Paris)  juillet 2018

Opéra d’après l'oeuvre de Giacomo Puccini, adaptation de Marc-Olivier Dupin, mise en scène de Pauline Bureau, avec Sandrine Buendia, Kevin Amiel, Marie-Eve Munger, Jean-Christophe Lanièce, Nicolas Legoux, Ronan Debois, Benjamin Alunni et Anthony Roullier accompagnés par l'orchestre des Frivolités Parisiennes.

Ce n'est pas un hasard si, dans cette version resserrée de la "Bohème" de Giaocomo Puccini, "notre jeunesse" est accolée à "Bohème". Car derrière ce projet, il y a une vraie volonté pédagogique, celle de faire découvrir à des publics éloignés de la chose lyrique, ce que l'opéra peut être quand il est débarrassé de ses lourdes machineries et de ses codes pour aficionados.

Et le moins que l'on puisse dire c'est que "Bohème, notre jeunesse" atteint son but et probablement va réussir au fil du temps à trouver son cœur de cible : dans le lieu mythique et magique qu'est la salle Favart, plaisir immédiat des yeux, c'est une œuvre sans un grain de poussière qui est offerte aux néophytes traités à égalité avec les connaisseurs qui apprécieront autant qu'eux ces 90 minutes denses et légères.

Sans céder à la facilité, Marc-Olivier Dupin, a réussi à conserver l'essence du génie transalpin dans son adaptation musicale, alors que le parti-pris de chanter en français, qui renoue avec une tradition souvent oubliée, bénéficie parallèlement de l'adaptation et de la traduction limpides de la jeune metteure en scène, Pauline Bureau.

Puccini s'était inspiré du roman d'Henri Murger, "Scènes de la vie de Bohème" en le translatant du Paris des années 1840 à celui des années 1890. Pauline Bureau est restée fidèle aux vœux de Puccini, ce qui permettra à Emmanuelle Roy, la décoratrice, de faire un clin d'oeil à l'époque avec une projection vidéo d'une Tour Eiffel en pleine construction.

C'est autour d'un décor tournant d'une mansarde où sont supposés greloter et crier famine, Rodolphe (Kevin Amiel), l'écrivain, et Marcel (Jean-Christophe Lanièce), le peintre, visités par leurs amis, bohèmes comme eux, Colline (Nicolas Legoux) et Schaunard (Ronan Debois), que se concentre principalement l'action de "Bohème, notre jeunesse".

Ces jeunes hommes enflammés vont faire la connaissance de Mimi (Sandrine Buendia) la brodeuse alors que Musette (Marie-Eve Munger), ancienne maîtresse de Marcel devenue celle du conseiller d'État Alcindor (Benjamin Alunni) renoue avec lui. Antithétiques, Mimi, promise à une courte vie n'aimera que Rodolphe alors que Musette, femme libre, va de l'un à l'autre.

Les deux jeunes sopranos donnent ici tout l'éclat de leurs voix et interprètent véritablement leurs personnages. Sandrine Buendia est une Mimi fragile et frémissante qui arrache des larmes pendant que la québécoise Marie-Eve Munger est une Musette étonnamment glamoureuse à la voix pleine d'une vie pour l'heure pleine des accents joyeux de sa jeunesse dissipée.

Face à Mimi, le ténor Kevin Amiel est un Rodolphe puissant et déchiré, alors que le baryton Jean-Christophe Lanièce est un Marcel assuré et batailleur face aux charmes dangereux de Musette.

"Bohème, notre jeunesse" est un spectacle d'autant plus convaincant que ses jeunes interprètes sont de bons comédiens dirigés parfaitement par Pauline Bureau et qu'ils ne sont pas submergés par les morceaux de bravoure pour initiés.

On a déjà évoqué le beau décor d'Emmanuelle Roy, bénéficiant des astuces vidéos de Nathalie Cabrol avec projections de façades parisiennes. Il faut aussi signaler le travail lumière de Bruno Brinas qui ponctue les brèves saisons de la triste vie de Mimi et la beauté signifiante des costumes d'Alice Touvet, notamment des tenues féminines de la sage Mimi, presque chaperon rouge au milieu des loups bohèmes, et de l'éclatante Musette, qui ose une veste verte sur scène.

Bref, "Bohème, notre jeunesse" sera pour plus d'un spectateur un ticket d'entrée mémorable dans le monde de l'opéra. D'autant que l'adaptation musicale de Marc-Olivier Dupin est jouée par les jeunes pousses de l'Orchestre Les Frivolités Parisiennes dirigés avec conviction et émotion par Alexandra Cravero.

On ne doute pas que le spectacle proposé connaîtra un succès partout où il passera et l'on espère qu'à son exemple, d'autres œuvres du répertoire bénéficieront du même didactisme inspiré.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 septembre 2022 : La culture n'est pas un luxe

8ème vague, confinement énergétique... rien de bien brillant pour le futur, heureusement il reste la curiosité et la culture. Gardons le cap et restons groupés. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella
et toujours :
"J'ai vécu les étoiles" de Andoni Iturrioz
"Ornette Under the Repetitive Skies 3" de Clément Janinet
"Alan Hovhaness : oeuvres pour piano" de François Mardirossian
"Live in Paris" de Fred Nardin Trio
"Show AC/DC" de Ladies Ballbreakers
"Luigi Concone" de Mavroudes Troullos & Rachel Talitman
quelques clips avec Moundrag, Ottis Coeur et Madam
"Souvenirs" de Pale Blue Eyes
"Life and life only" de The Heavy Heavy

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Harvey" au Théâtre du Rond-Point
"Les Producteurs" au Théâtre de Paris
"Bérénice" à La Scala
"Les Filles aux mains jaunes" au Théâtre Rive Gauche
"Il n'y a pas d'Ajar" aux Plateaux Sauvages
"Echo" aux Plateaux Sauvages
"Le syndrome d'Hercule" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Cahier d'un retour au pays natal" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Le dépôt amoureux" au Théâtre Les Déchargeurs
"Darius" au Théâtre Essaion
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"L'Autre fille" au Théâtre des Mathurins
"Les Divalala - C'est LaLamour !" au Grand Point Virgule
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle : "L'Ombre de Goya" de José Luis Lopez-Linares
en streaming gratuit :
"Qui vive" de Marianne TArdieu
"Big Fish" de Tim Burton
"Marguerite" de Xavier Giannoli
"Chained" de Yaron Shani

Lecture avec :

"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec
et toujours :
"Combattre en dictacture" de Jean Luc Leleu
"Hideo Kojima, aux frontières du jeu" de Erwan Desbois
"Le cartographe des absences" de Mia Couto
"Le coeur ne cède pas" de Grégoire Bouillier
"Le tumulte" de Sélim Nassib
"Un profond sommeil" de Tiffany Quay Tyson

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=