Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival des Eurockéennes #30 (édition 2018) - vendredi 6 juillet
Nakhane - Michelle David & The Gospel Sessions - Insecure Men - Beth Ditto - Prophets of Rage - Léon Bridges - Nine Inch Nails  (Belfort)  du 5 au 8 juillet 2018

Après la pluie...

Inutile de dire que pour cette trentième édition des Eurockéennes, nous devions être là, et bien là. De fait, rater, pour de viles raisons d'emploi du temps, les concerts du jeudi 5 juillet m'a profondément peinée : mais enfin, le déluge qui s'est abattu, ce soir-là, sur le site du Malsaucy – un classique, certes, que les anciens des Eurocks connaissent bien sans pour autant s'y faire complètement – nous a un peu moins fait regretter notre absence... C'est la boue, donc, ce vendredi 6 juillet, qui nous accueille – mais une boue qui ne demande qu'à se transformer en poussière...

L'ambiance reste étrange, décalée, car pas complètement musicale : les cris poussés sont moins ceux de festivaliers comblés que de fanatiques du ballon rond. Les joues sont tricolores, comme les maillots, et on ne sait plus vraiment qui est venu voir quoi, ni pourquoi...

Mais Nakhane nous remet rapidement dans le droit chemin, en proposant un set tout en douceur et en volupté. Vous trouvez son allure "girly" ? Je trouve sa musique puissante. Présence scénique de gourou – ne dirait-on pas, par certains aspects, Prince ?, voix aussi sensuelle que juste (qui nous rappelle un certain Benjamin Clementine, mais en mieux, avouons-le), et, visiblement, un plaisir réel pris sur scène, qui mêle déhanché et yeux fermés. La découverte musicale est merveilleuse, stupéfiante, et clairement augmentée depuis par quelques articles lus de-ci de-là sur le net et qui dévoile son engagement. Une perle ?

Si bien que notre bonheur est complet quand, sur la scène de la Plage, Michelle David ramène et ses musiciens et son charisme de folie pour loger dans notre cœur un gospel aussi classe qu'éruptif. Qui plus est, le live est auréolé de cette fameuse golden hour qui fait de cette prêtresse de la soul une déesse protectrice – difficile alors de croire que "Taking it back" ne m'est pas directement adressée...

Honteusement, on rate les Insecure Men en raison d'un apéro "saucisse de Montbéliard / vin d'Arbois" (avec l'accent, s'il vous plaît) organisé à l'espace presse : voilà à quoi sert de jouer les mondaines... Et on ne nous y reprendra plus, d'autant que, grand mal nous fasse, on enchaîne sans autre forme de procès avec Beth Ditto : drame, puisqu'on s'attendait à du Gossip et qu'on tombe sur d'interminables vocalises – toujours aussi justes, me direz-vous, mais noyées dans une soupe pop (exemple : "In and out"), qui nous vexe comme un baiser raté... On conserve de Beth Ditto sa saine provocation, son glamour à toute épreuve, et on oublie vite vite vite ce live à la Plage...

Forcément, on renaît grâce à Prophets of Rage. Ratés l'an dernier au Download, c'est un inadmissible coup de jeune qui me revient dans la figure quand se déplie une mythique setlist, largement inspirée de Rage Against the Machine (de "Take the Power back" à "Bullet in the Head", en terminant par "Killing in the name"). Sur scène, on n'a pas l'impression que Tom Morello, Chuck-D ou B-Real ont ou vont dépasser la cinquantaine : certains jeunes groupes pourraient d'ailleurs en prendre de la graine niveau rapport au public et scénique... J'ajoute donc un mythe de plus à ma collection, des étoiles dans les yeux...

Soporifique intermède : Léon Bridges... Sympathique à l'écoute (et quels clips !), Léon Bridges, en live, n'est clairement pas à l'aise – contrairement à ce que j'ai pu lire ici ou là... Un point évident à travailler pour ce petit génie de la soul. Honnêtement, "Bad Bad News", issu de son unique album, Good Thing, n'est vraiment pas ce qu'on attendait en début de set – beaucoup trop r'n'b pour moi... Il faut dire – car il faut le dire – que les conditions photos sur la Greenroom (renommé "chapiteau Greenroom" pour l'occasion) frôlent l'inacceptable (et que c'est peut-être cela qui me fait bouder le live) : scène relevée, pit diminué, lumières catastrophiques, boue crasseuse (on n'y peut rien, je sais) et surtout entrée dans le pit... par la foule. Une aberration totale qui énervent les photographes pressés d'aller sur une autre scène et agace le public gêné par ce passage continu...

J'avoue n'avoir jamais écouté Nine Inch Nails – on passe parfois à côté d'évidence, paraît-il –, et donc ne pas ressentir cette impatience frénétique de quelques uns de mes camarades de pit. Mais je comprends rapidement que c'est avant tout Trent Reznor qui fait battre les cœurs... Tout le monde ne parle que du dernier show à l'Olympia – le seul et unique du 25 juin dernier – en croisant les doigts pour que ce concert soit encore meilleur. Je ne sais qu'elle sera la moralité de leur écoute, mais pour ma part, j'ai apprécié ce concert qui m'est apparu à l'écoute bien plus rock qu'indus – sans pour autant réussir à réécouter les titres de la setlist une fois rentrée...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Beth Ditto en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (vendredi)
Nine Inch Nails en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival des Eurockéennes
Le Facebook du Festival des Eurockéennes

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 février 2021 : Vaccin contre la morosité

Pas encore de vaccin, pas encore d'espoir de voir réouvrir les lieux culturels mais toujours notre sélection pour agiter vos sens et continuer de soutenir les artistes qui en ont bien besoin. Et n'oubliez pas, tous les jours un programme différent sur la TV de Froggy's Delight.

Du côté de la musique :

"Bareback" de Acquin
"Tu m'apprends" de Andréel
"Let my people go" de Archie Shepp & Jason Moran
"Roden crater / Basquiat's black kingdom / Laurel canyon" de Arman Méliès
"Monument ordinaire" de Mansfield TYA
"Glowing in the dark" de Django Django
"My shits" de Dye Crap
"Medicine at midnight" de Foo Fighters
"In a silent way" le mix #14 de cette saison 2 de Listen In Bed
"Alors quoi" de Meril Wubslin
"Old western star" de Nico Chona & the Freshtones
et toujours :
"Freeze where U R" de Brisa Roché et Fred Fortuny
"Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire" de Christophe Sturzenegger
"Encounter" de Beyries
"I, the bastard" de Wassailer
"Debbie et moi" de Thomas Cousin
"Only Smith and Burrows is good enough" de Smith & Burrows
"Tango" de Pascal Contet
"If you know, you know" le mix #13 de Listen in Bed à écouter
"Paysages" de Raphaële Lannadère
"Les molécules fidèles" de Emmanuel Tugny & John Greaves
"Dynah" de Dynah

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman
"La Fuite !" de Mikhaïl Boulgakov
"King Kong Théorie" de Virginie Despentes
"Les Topor #2 - Prix de l'inattendu" au Théâtre du Rond-Point
"Chantons, faisons tapage" de Thomas Jolly et Laurent Campellone
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"J'aime beaucop ce que vous faîtes" de Carole Greep
"Bonne année à toi même" de Pauline Daumale
"Chers" de Kaori Ito

Expositions :

en virtuel :
"Léon Spilliaert - Lumière et solitude" au Musée d'Orsay
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des Impessionnismes à Giverny
"Figure d'artiste" au Musée du Louvre
"Matisse - Comme un roman" au Centre Pompidou
"Le dessin sans réserve" au Musée des Arts Décoratifs
"Jardins d'Orient - De l'Alhambra au Taj Mahal' à l'Institut du Monde Arabe
"Ivan Navarro - Planetarium" à la Galerie Templon

Cinéma :

at home :
"A la recherche de Vivian Maier" de Charlie Siskel et John Maloof
"L'Amant d'un jour" de Philippe Garrel
"Les Brigades du Tigre" de Jérôme Cornuau
"There will be blood" de Paul Thomas Anderson
"Beyond the Sea" de Kevin Spacey
"Mishima, une vie en quatre chapitres" de Paul Schrader

Lecture avec :

"Diamants" de Vincent Tassy
"88" de Pierre Rehov
"Blanc autour" de Wilfrid Lupano & Stéphane Fert
"Dictionnaire des mafias et du crime organisé" de Philippe di Folco
"Le rapport Brazza" de Vincent Bailly & Tristan Thil
"Les amants d'Hérouville - un histoire vraie" de Romain Ronzeau, Thomas Cadène & Yann le Quellec
"Monstres anglais" de James Scudamore
"Vers le soleil" de Julien Sandrel
et toujours :
"Aucune terre n'est promise" de Lavie Tidhar
"Histoire de l'armée italienne" de Hubert Heyriès
"L'inconnu de la poste" de Florence Aubenas
"La bombe atomique" de Jean-Marc le Page
"La fille du chasse-neige" de Fabrice Capizzano

Du côté des jeux vidéos :

Les jeux de l'année selon Boris Mirroir de Doom à Minoria !
"DevilZ, Survival" sur PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=