Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Springwater
Interview  juin 2018

Le premier EP de Springwater, Abyss, est sorti en février 2018. Nous les avons rencontrés et avons voulu en savoir plus sur l'origine du groupe, leurs goûts, leurs projets et leurs aspirations.

Pourriez-vous dans un premier temps vous présenter pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Springwater ?

On s’appelle Springwater, on est un power trio d’une vingtaine d’années et on vient de Bois-Colombes dans le 92. Thomas est à la basse et au chant, Tristan à la guitare et Killian à la batterie. C’est une disposition simple, brute, sans artifice, et très efficace pour exprimer ce qu’on a à exprimer. On revendique un rock compulsif et libéré, entre la balade et le pré-post noise, entre l’accalmie et le tonnerre. Aujourd’hui, on trace notre route dans une époque où le rock devient de plus en plus une musique underground, et il n’y a rien de plus excitant.

D’où vous est venu ce nom ?

On a toujours rêvé d’avoir notre nom sur des bouteilles d’eau.

Comment se passe la composition au sein du groupe ?

La composition d’un morceau part très souvent d’une idée générale, d’une structure qui émerge dans la tête de Thomas ou Tristan. Les deux autres rejoignent ensuite le mouvement, apportent leur touche, et ouvrent de nouvelles perspectives. Il n’y a pas de règle définie. Certaines parties d’un morceau se dessinent par des mouvements collectifs parfois inconscients. Par exemple, on jam sur un riff, l’un de nous s’éloigne de l’idée de base, voire se trompe, et on se retrouve devant de nouvelles possibilités. Au début, il y a une idée générale, et c’est la touche de chacun qui va y apporter de la profondeur et du détail, et c’est ça qui est bon.

Où trouvez-vous votre inspiration ? La vie quotidienne, une sorte d’autobiographie musicale ou juste votre imagination ?

C’est un peu de tout. L’énergie que l’on met dans notre musique, c’est aussi une énergie qu’on ne peut évacuer nulle part ailleurs. La scène est un moment de quasi-trans où on lâche tout. Et donc oui, d’une certaine manière, on peut parler d’autobiographie musicale dans le sens où ce qui s’y exprime c’est l’histoire de trois garçons, potes depuis le collège, qui ont décidé de faire de la musique et d’y mettre leurs tripes.

Quels sont les groupes ou artistes qui vous ont donné envie de faire de la musique ? Y a-t-il d’autres formes d’arts qui vous inspirent également ?

On baigne tous les trois dans la musique depuis très jeune, que ce soit grâce à la famille ou à un prof de musique qui a transmis sa fibre. Avant, le rock avait encore une place importante. On écoutait tous les Red Hot, The OffSpring, Muse, AC/DC, bref des groupes qui, quand tu as 14 ans, te font rêver et te donnent envie de toi aussi monter sur scène.

On est inspiré par des choses plus au moins différentes. Thomas aime beaucoup le cinéma et l’univers de David Lynch, Killian le chant lyrique et Debussy, Tristan l’art surréaliste de Magritte, et finalement tout se rejoint.

Votre premier clip, "Dunes", est entièrement autoproduit, est-ce la même chose pour votre EP ?

Oui tout a été auto-produit, l’EP et notre premier clip. On a beaucoup appris de tout ça, ce qu’il faut faire, ce qu’il faut éviter. On acquiert de l’expérience et ça nous permet d’être encore mieux préparés pour les projets à venir.

Comment faites-vous pour trouver des dates de concert ?

Pour trouver des concerts on démarche beaucoup, beaucoup. On est aidé par Lucie, notre manager, et ça nous permet de découvrir plein d’associations, de salles, d’organismes qui font vivre la musique aujourd’hui et c’est très cool. C’est un travail prenant, mais qui en vaut toujours la peine.

Aujourd’hui, vivez-vous de votre musique ? Si non comment faites-vous pour vous financer, que ce soit les enregistrements, les clips et les concerts ?

Aujourd’hui nous ne vivons pas encore de notre musique. Pour le financement, il y a les cachets, et ce qu’on gagne, on l’investit dans de nouveaux projets. On travaille aussi beaucoup avec nos amis qui eux aussi développent leurs activités de leur côté, que ce soit dans le graphisme et la peinture avec Louise qui a fait l’artwork de "Abyss", Flavia qui développe ses projets photos, etc.

Votre musique est sur Deezer, comment appréhendez-vous les plateformes de musique légale ? Est-ce une aide ? Au contraire, est-ce quelque chose qui vous pénalise ?

Aujourd’hui, c’est une aide. Les gens peuvent nous écouter, se faire une première idée de ce que l’on fait, et c’est important. On a longtemps tourné sans avoir de vraie maquette ou un EP à proposer, et ça limitait beaucoup les choses.

Enfin, question plus ouverte : avez-vous un message à faire passer ?

Explorez. Allez dans des bars le soir pour écouter des groupes inconnus, laissez-vous tenter par des trucs que vous n’auriez jamais pensé écouter. A force d’avoir accès à tout, on n’a plus accès à grand-chose et aujourd’hui, la scène française émergente a beaucoup de choses à offrir !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Abyss EP de Springwater
La chronique de l'album Some Drives EP de Springwater

En savoir plus :
Le Soundcloud de Springwater
Le Facebook de Springwater


Cyco Lys         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=