Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise
Atelier des Lumières  (Paris)  Du 13 avril au 11 novembre 2018

Présentée à l'Atelier des Lumières en complément à l'exposition numérique consacrée à "Gustav Klimt", la monstration "Hundertwasser, sur les pas de la Sécession viennoise" se décline selon un dispositif analogue.

Réalisée par Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi avec la collaboration musicale de Luca Longobardi qui transforment l'espace d'une ancienne fonderie parisienne en impressionnante boîte à images, elle propose une immersion dans l'oeuvre et l'univers de l'atypique peintre et architecte autrichien Friedensreich Hundertwasser.

Et elle se révèle aussi passionnante qu'incitatrice à une découverte approfondie d'un artiste sans doute méconnu du grand public contemporain nonobstant ses réalisations urbanistiques ressortant à l'architecture organique.

Friedensreich Hundertwasser, le Peintre-roi aux Cinq peaux** de l'esthétique à l'éthique

Formé dans l'enfance à l'Ecole Montessori, autodidacte mais connaissant l'Histoire de l'art, Hundertwasser est un artiste engagé et actionniste qui élabore un credo artistique dérivé du surréalisme nommé "transautomatisme" qui condamne la ligne droite et exalte la courbe déclinée en spirale, formalise ses théories dans le "Traité de paix avec la nature", celle-ci étant considérée comme "la seule puissance créatrice supérieure dont dépend l’homme.

Sur une superbe bande-son dont un extrait de l'album électro "Uniko" du Kronos Quartet et du duo finnois Kimmo Pohjonen et Samuli Kosminen, se dévide un écheveau d'images empruntées à sa peinture, des toiles qu'il qualifie de "moissons du rêve**", et à son corpus graphique, dont le langage naïf et la palette de couleurs fauves évoquent la figuration chagallienne.

Ceux-ci président également à sa vision architecturale, inscrite dans la veine organique héritée du Jugendstil sans cependant verser dans l'ornementalisme, placée sous obédience reconnue et assumée d'aînés référentiels admirés qui s'avèrent d'une grande amplitude stylistique, du modernisme catalan d'Antoni Gaudi à l'art brut du Facteur Cheval.

Militant écologiste avant l'heure et animiste prônant la symbiose de l'homme et de la nature, de sa Hundertwasserhaus à Vienne à son dernier projet, La Citadelle verte, en l'occurrence rose, sise dans l'ancestrale ville militaire de Magdebourg, avec leurs façades peintes caractérisées par des lignes serpentines et des compositions mosaïquées aux couleurs naturelles, Hundertwasser met en application ses convictions avec force manifestes tels celui de "la moisissure contre le rationalisme dans l’architecture" ou "droit aux fenêtres".

Ainsi avec ses immeubles qui constituent autant d'architectures qualifiées de "visionnaires", prône-t-il la réappropriation de l’espace urbain par ses habitants, l'anarchie géométrique de la nature, l'intégration spatiale des arbres et la végétalisation des toitures bien avant le concept horticole de Patrick Blanc, en s'affranchissent de toutes les règles d'urbanisme et contraintes liées à l'organisation publique de l'espace urbain.

Envoutant donc.

 
* Titre du livre "Hundertwasser - Le Peintre-roi aux Cinq peaux" de Pierre Restany reprenant la conception hundertwasserienne des cinq peaux (l'épiderme, les vêtements, la maison, l’environnement social et l'environnement global ou peau planétaire)
** "Quand je peins, je rêve. Quand mon rêve a pris fin, il m’est impossible de me rappeler son contenu. Mais la toile reste. La toile est la moisson du rêve"

En savoir plus :

Le site officiel de l'Atelier des Lumières

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation de l'Atelier des Lumières


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2019 : C'est la fête !

Vendredi prochain, ce sera la Fête de la Musique, une raison supplémentaire pour en écouter de la bonne en vous baladant dans notre sélection culturelle de la semaine, avec également bien entendu du théâtre, du cinéma, des expos et de la littératures.

Du côté de la musique :

"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada
et toujours :
"Appareil volant imitant l'oiseau naturel" de Boule
"Hypersensible" de Cat Loris
"Strange creatures" de Drenge
Petit tour à Beauregard, qui approche, pour y parler des découvertes. Nous avions déjà évoqué le reste de la programmation
"Strome" de Martin Kohlstedt
"Arrivals & Departures" de The Leisure Society
"Attack of the giant purple lobsters" de Washington Dead Cats

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'étrange affaire Emilie Artois" au Théâtre de la Contrescarpe
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph à Ivry
"Huckleberry Finn" au Théâtre de la Huchette
"Noire" au Théâtre du Rond-Point
"Homme encadré sur fond blanc" au Théâtre Tristan Bernard
"Un drôle de mariage pour tous" au Théâtre Daunou
"Guigue & Plo" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Hiroshima, mon amour" aux Théâtre des Bouffes parisiens
"Matka" au Théâtre Elisabeth Czerczuk
"Dîner de famille" au Café de la Gare
"Hypo" au Théâtre du Marais
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

dernière ligne droite pour :
"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg
"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Le choc du futur" de Marc Collin
"Bunuel après l'âge d'or" de Salvador Simo

Lecture avec :

"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel
et toujours :
"Alice" de Heidi Perks
"J'ai cru qu'ils enlevaient toute trace de toi" de Yoan Smadja
"Présumé coupable" de Vincent Crase
"Une histoire de la Nouvelle France : Français et Amérindiens au XVI siècle" de Laurier Turgeon
"Vue pour la dernière fois" de Nina Laurin

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=