Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Empreintes de crabe
Patrice Nganang  (ditions Jean-Claude Lattès)  août 2018

Patrice Nganang est un jeune écrivain camerounais déjà auteur de plusieurs livres dont Temps de chien qui a reçu les prix Marguerite Yourcenar et le grand prix littéraire d’Afrique noire. Son histoire avec son pays est compliquée, particulièrement avec le président Paul Biya. Expulsé récemment de son pays après avoir passé trois semaines de prisons kafkaiennes à Yaoundé, il s’est vu retiré son passeport et contraint à l’exil aux Etats-Unis. Ovationné par les autres détenus à son arrivée, on lui reproche d’avoir écrit des choses déplaisantes à l’égard du président de son pays. Il vit aujourd’hui aux Etats-Unis et enseigne à l’université de Princeton. Empreintes de crabe, son dernier livre écrit suite à son dernier séjour au Cameroun vient d’être publié aux éditions JC Lattès.

Le livre raconte l’histoire de Nithap qui a accepté pour la première fois de quitter Bangwa, un village à l’ouest du Cameroun, pour rendre visite à son fils installé aux Etats-Unis. Nithap est malade et son séjour va se prolonger chez son fils. Cela va être l’occasion pour son fils d’essayer de mieux connaître cet homme avec qui il a grandi. Nithap va alors prendre le temps de lui raconter l’histoire des siens et de son pays. Il va fouiller les mémoires de sa vie et de son pays, nous raconter les vies bouleversées par la guerre au moment de l’indépendance. Ses histoires vont nous parler d’amour et d’exil, d’un pays où le passé est une douleur, le présent un combat et où un chacun cherche sa liberté.

A travers ces retrouvailles entre un père et un fils, en même temps que le père combat la maladie, Patrice Nganang en profite pour nous retracer une partie de l’histoire douloureuse de son pays. Le titre, Empreintes de crabe, évoque l’emblème de l’Union des populations du Cameroun, parti politique fondé en 1948. Le roman alterne entre deux époques, le New York actuel et le pays Bamiléké situé à l’ouest du Cameroun.

Empreintes de crabe est donc un roman sur la guerre civile camerounaise des années 60 et 70, au moment de l’indépendance, une guerre que le fils n’a pas vécue et que va lui raconter son père. Guerre restée assez méconnue en France, le livre a donc le grand mérite de nous informer sur les enjeux de cette guerre, les différentes ethnies et les factions présentes dans ce pays. Il revient donc avec une grande précision sur la guerre livrée par les autorités françaises aux rebelles camerounais et qu’ont poursuivie les dirigeants politiques mis en place à la tête du pays après l’indépendance.

Patrice Nganang s’appuie sur de nombreuses références culturelles qui peuvent parfois s’avérer un peu fastidieuses à lire et ils utilisent aussi certaines expressions camerounaises dans ses écrits. Il décrit la violence subie par les populations camerounaises pendant ce conflit qui a fait des milliers de victimes. Il nous montre parfaitement que cette violence issue en grande partie de conflits interethniques fut entretenue par le pays colonisateur pour pouvoir conserver son autorité sur le pays. Il évoque enfin les liens et le rôle de la diaspora camerounaise dans le monde avec son pays.

Empreintes de crabe confirme donc bien la nature engagée de cet écrivain camerounais, spécialiste pour nous décrire les malheurs qui touchent son pays natal depuis bien longtemps. Il nous permet enfin de nous rendre compte que son pays est un pays beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Empreintes de crabe est donc un très bon livre pour ceux qui seront curieux de mieux connaître l’histoire du Cameroun, sous la forme d’un roman subtil racontant l’histoire d’un père et d’un fils.

 

A lire sur Froggy's Delight :
La chronique de "La saison des prunes" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook de Patrice Nganang


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 janvier 2019 : La Culture n'est pas en solde

Au sommaire cette semaine, du live, du livre, des films, des disques, des découvertes et des oeuvres de légendes et des spectacles à foison. C'est parti pour le sommaire de la semaine.

Du côté de la musique :

"Origami harvest" de Ambrose Akinmusire
"La fille de l'air" de Evelyne Gallet
"Egdes" de F/LOR
"Chemin vert" de Joseph Fisher
"Lignes parallèles : Haydn, Lipatti, Mozart" de Julien Libeer et les Métamorphoses et Raphael Feye
"Bien avant que le soleil se lève" de Screamming Kids
"Transparence" de TOOOD (That Obscure Object Of Desire) à retrouver également en interview ici même mais aussi pour une superbe session électrique de 4 titres à prolonger par leur passage dans l'émission Trifazé de Radio Campus à réécouter ici
"The white album" de The Beatles
"Scenario" de Ysé Sauvage
et toujours :
"Maté / Vallancien" de Philippe Maté et Daniel Vallancien
"Princess Thailand" de Princess Thailand
"Peninsular II (The bridge)" de Robin Foster
"Zoot suite Vol 2" de Zoot Octet
"Punk rock academy" de Les Rois de la Suède
"4 A M" de Bryan's Magic Tears
"C'est un joli nom camarade", l'Empreinte de Ferrat
et toujours :

Au théâtre :

les premiers spectacles de l'année :
"Ervart" au Théâtre du Rond-Point
"Naufragé(s)" au Théâtre du Rond-Point
"Samo, a Tribute to Basquiat" au Théâtre de la Tempête
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" à l'Espace Cardin
"Pavillon noir" au Centquatre
"King Lear Remix" au Théâtre de Belleville
"Roi et Reine" au Théâtre de Belleville
"Paulina" à la Manufacture des Abesses
"Ma Chanson de Roland" au Théâtre Les Déchargeurs
"Les Soliloques du pauvre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Comme disait mon père..." au Théâtre Les Déchargeurs
"Le Journal d'un fou" au Théâtre Les Déchargeurs
"Un Coeur sauvage" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et les reprises:
"Et si on ne se mentait plus ?" au Théâtre Tristan Bernard
"Sulki et Sulku ont des conversations intelligentes" au Théâtre du Petit Saint Martin
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"Monsieur Fraize" à l'Européen
et les autres spectacles à l'affiche en janvier

Expositions avec :

avec la dernière ligne droite pour :
"Artistes à Montmartre, lieux et ateliers mythiques" au Musée de Montmartre

les films de la semaine :
Oldies but goodies avec :
"La Garçonnière" de Billy Wilder
et "Les Nuits de la pleine lune" de Eric Rohmer dans le cadre des rétrospectives à la Cinémathèque française
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Des hommes couleur de ciel" de Anais Llobet
"La femme de marbre" de Louisa May Alcott
"La transparence du temps" de Leonardo Padura
"Les couleurs de Fosco" de Paola Cereda
"Oiseau de nuit" de Robert Bryndza
"Philo & co : A la poursuite de la sagesse" de Michael F Patton et Kevin Cannon
"Vesoul, le 7 janvier 2015" de Quentin Mouron
"Vigile" de Hyam Zaytoun"
et toujours :
"Avalanche hôtel" de Niko Tackian
"Dans l'ombre du brasier" de Hervé le Corre
"Le vieil homme et son chat, tome 1" de Nekomaki
"On dirait que je suis morte" de Jen Beagin
"Pygmalion" de Sandrive Revel
"Tête de tambour" de Sol Elias
"Un bref désir d'éternité" de Didier Le Pêcheur
"Un cadenas sur le coeur" de Laurence Teper

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=