Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Interpol
Marauder  (Matador Records)  août 2018

"Give some meanings to the means to your end"

Nous allons commencer avec une petite pointe de provocation : Interpol est un groupe plus classe dans sa façon de s’habiller que dans sa façon de faire de la musique. Une musique malheureusement de plus en plus grossière, de moins en moins sophistiquée, une lente et indéniable descente aux enfers entre Turn on the Bright Lights (2002), disque non dénué de charmes venimeux rappelant The Chameleons jusqu’à l’atroce Our Love to Admire en 2007. Le quatrième disque Interpol sorti en 2010 sans être sensationnel nous avais permis de retrouver un groupe moins gonflé, au propre comme au figuré et une incandescence que l’on pensait définitivement perdue. Inutile de s’attarder sur El Pintor sorti en 2014 qui bousculait plus les lettres du nom du groupe que leurs habitudes et sentait (la même pas petite) mort du groupe.

Ce Marauder est comme une résurrection. Attention, rien d’exceptionnel non plus. Ne nous emballons pas ! Un disque ni abominable ni génial, en tout cas il ravive un peu, une flamme que l’on pensait définitivement éteinte. Et si l’on retrouve parfois ces fulgurances mélodiques, ce rock ombrageux et ces pressions ("The Rover", "Flight of Fancy", "If you really love nothing"), on perd trop souvent l’intensité, le magnétisme, l’atmosphère de tension (dans les choix des tonalités, harmoniques ou d’intervalles) qui nous avaient plu dans leurs deux premiers albums.

Marauder est un disque redondant, parfois lourdaud, manquant souvent de finesse avec une production signée Dave Fridmann (déjà aux manettes pour MGMT, The Flaming Lips et Mercury Rev) sans réelle valeur ajoutée, et c’est un euphémisme. Mais fallait-il encore en douter de la part de Friedmann ? "The Rover" est sauvé par un certain savoir-faire. Car Interpol n’est pas un mauvais groupe. On notera les rythmiques soignées de Fogarino, déjà en plein envol sur El Pintor, parfois presque teintées R&B, Motown ou de rubato ou comment le batteur devient le moteur du groupe et comble le départ du bassiste Carlos Dengler, véritable force du groupe avec son son de basse. C’est le seul point positif de la collaboration entre le groupe et Friedmann : la capacité de ce dernier à mettre en avant la batterie. Le départ de Dengler avait bouleversé l’équilibre musical du groupe. Est-ce pour cela que les lignes de basse sont presque inexistantes ?

La pochette de Marauder est une photo prise par le légendaire photographe américain Garry Winogrand : une photo représentant Elliot Richardson, l'ancien procureur général connu pour avoir démissionné après que Nixon lui ait ordonné de licencier Archibald Cox, le premier procureur spécial cité dans l'enquête Watergate. Ce disque ne changera pas les positions de chacun. Ceux qui détestent ce groupe n’auront aucune raison de ne pas continuer, ceux qui s’en moquent poursuivront également et quant à ceux qui adorent et bien tant mieux pour eux !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Black EP de Interpol
La chronique de l'album Antics de Interpol
La chronique de l'album Our love to admire de Interpol
La chronique de l'album eponyme de Interpol
La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (21 mars 2003)
Interpol en concert à The Electric Factory (7 novembre 2004)
Interpol en concert à l'Elysée Montmartre (19 novembre 2004)
Interpol en concert au Festival Summercase 2008 (vendredi)
Interpol en concert à L'Aéronef (mardi 21 septembre 2010)
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
Interpol en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
Interpol en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019)
Interpol en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #31 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet
Interpol en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Dimanche 7 juillet
L'interview de Interpol (septembre 2004)
L'interview de Interpol (mai 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de Interpol
Le Soundcloud de Interpol
Le Facebook de Interpol


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=