Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce John Cale
Café de la Danse  (Paris)  6 octobre 2005

Un monument au Café de la Danse ne se rate pas. Et ce soir l'occasion était trop belle pour la manquer. Voir John Cale, membre fondateur (avec le Lou ridé) du Velvet Underground, prêt à en découdre pour la sortie en octobre de Black Acetate, revient à résumer la joie présumée d'un baba sixties devant ses idoles. Impossible et imparable.

John Cale a la banane donc, et se paye le luxe d'un groupe de jeunes loups aux dents longues pour une salle remplie jusqu'à la gueule.

La tension qui monte, et les cigarettes qui voudraient bien s'allumer (Le concert est hélas non fumeur…), c'est la lumière qui s'éteint.

Pour laisser place à l'impensable… Un "Venus in furs" magistral en introduction, au violent lancinant et au rythme funèbre.

La foule comme un bloc qui salue l'événement à sa juste valeur et se projette 30 ans en arrière. La Factory, Andy Warhol, Nico et la poudre blanche...

Le ton est donc donné, et la voix de Cale, trafiqué comme une voiture volée, est parfaitement soutenue par un line-up impressionnant de maturité.

Loin de jouer la complaisance, John Cale enchaîne les nouveaux titres (Un "Outta the bag" sur lequel Brian Eno pourra saliver de nombreuses semaines..) et joue la carte du lo-fi électro aux relents new-wave. Tantôt Bowie, tantot Roxy music, John Cale reste John Cale, et parvient avec trois accords à lever une foule ("Sold Motel") puis enchaîner un titre aux claviers bidouillés et triturés en blues électro ("Hush").

Le public l'aura compris, le glas n'a pas encore sonné pour John Cale, qui restreint au minimum les reprises et anciens titres. Pour se concentrer sur l'essentiel.

Au diable les cheveux blancs et les traits tirés, le fondateur du Velvet tient la forme, harangue les fumeurs, boit du thé entre les perles du dernier album, puis annonce une chanson "parlant de son peintre préféré".

Le public saisit l'allusion, esquisse un sourire, et repense à "Songs for Drella", le magnifique recueil composé à la fin des 80' par Cale et Reed pour leur mentor Warhol. On est ici en famille, on se sent bien, et John pousse le vice jusqu'à singer la voix monocorde et blasé de Lou sur "Perfect", nouveau titre aux riffs primaires.

Multi-instrumentiste hors pair, John Cale échange guitare, pianos et violon avec une facilité aussi déconcertante que les notes décochées par son groupe...Le temps d'un rock version "Rock n roll animal", l'anglo-saxon se remet en branle et bouscule les préjugés : le rock peut donc vieillir comme une bonne bouteille, et se boire entre amis.

L'occasion en tout cas de dire un jour à sa progéniture que, oui, on y était à ce putain de concert…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Bataclan 72 de Lou Reed, John Cale & Nico
La chronique de l'album Music for a New Society / M:FANS de John Cale
John Cale en concert à l'Elysée Montmartre (10 décembre 2003)
John Cale en concert au Festival Les Volcaniques de Mars 2007
John Cale en concert au Splendid (lundi 24 octobre 2011)
John Cale en concert à Fondation Cartier (jeudi 23 octobre 2014)

Crédit photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)

Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=