Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sixième Sens
M. Night Shyamalan   janvier 2000

Réalisé par M. Night Shyamalan. Thriller. 1h47 (Sortie le 5 janvier 2000). Avec Bruce Willis, Haley Joel Osment, Toni Collette, Olivia Williams, Donnie Wahlberg et Bruce Norris.

A l’exception peut-être de celui du "Fight Club" de David Fincher, peu de twists scénaristiques sont aussi connus que celui qui ferme "Sixième sens" de M. Night Shyamalan.

Une fin qui fait frissonner, et qui a donné envie à tous les spectateurs de revoir le film pour l’apprécier à la lumière nouvelle que cette révélation jette sur l’ensemble de l’œuvre. Mais "Sixième sens", ce n’est pas que ce rebondissement, cette ultime malice du metteur en scène.

Le film a bien d’autres qualités, qu’une projection en salle, à l’occasion de l’hommage rendu à M. Night Shyamalan à la Cinémathèque française du 10 au 16 septembre 2018 permettra sans doute de mettre en évidence.

Cinéaste parfois sous-estimé, M. Night Shyamalan construit depuis des décennies une œuvre atypique qui épouse en apparence un genre pour mieux le retravailler de l’intérieur. C’est le film catastrophe, avec le mal-aimé "Phénomènes", le conte fantastique avec "La Jeune fille de l’eau", le film d’extraterrestres avec "Signes", le film de superhéros avec "Incassable", le film d’horreur, enfin, avec "Sixième sens" et, plus récemment "The Visit".

"Sixième sens" n’est d’ailleurs pas vraiment un film d’horreur. C’est davantage un film sur la solitude, l’impossibilité de communiquer, une œuvre automnale baignée d’une certaine tristesse. Le docteur Malcom Crowe (Bruce Willis), psychanalyste, est hanté par le suicide d’un de ses anciens patients qu’il n’a pas su aider. Depuis, son mariage s’est écroulé, sa femme (Olivia Williams) ne lui adresse plus la parole.

Quand il rencontre Cole (Haley Joel Osment), il voit une occasion de réparer ses erreurs; cet enfant-là, il veut le sauver. Cole est un enfant isolé. Il porte parfois les gants et les lunettes de son père, dont il a enlevé les verres parce qu’ils lui faisaient mal aux yeux. C’est un enfant qui voit ce qu’il ne devrait pas voir, déjà vieilli par les épreuves. Il vit avec sa mère (Toni Collette), seule depuis son divorce ; surmenée, elle a deux emplois, et reste désœuvrée devant les étrangetés de son fils, sujet à des crises de terreur.

Jamais ce personnage de mère n’est sacrifié par l’intrigue. Son impuissance, sa douleur de ne pas savoir comment aider son fils sont au cœur du film. M. Night Shyamalan montre le poids du secret sur la mère et l’enfant, mais aussi le grand amour qui leur permet de tenir. Comme dans cette scène où, de retour à la maison, Cole et sa mère se racontent leur journée imaginaire parfaite, petit rite qui permet de supporter les brimades et les humiliations.

Les éléments horrifiques n’apparaissent que tardivement dans "Sixième sens", et sont, d’une certaine manière, vite dissipés. M. Night Shyamalan, reprenant la leçon de Jacques Tourneur, sait bien que l’effroi tient davantage du hors-champ, de l’invisible.

Cole, enfermé dans une ancienne prison par des camarades, se met à hurler. On ne verra pas ce qui le tient dans l’obscurité, mais ces cris suffisent pour dire l’horreur. Cole connaît les peurs qui peuvent saisir chacun, et tente de s’en protéger comme s’en protègent les enfants, et parfois les adultes : la lumière contre l’obscurité, les statuettes religieuses contre le mal, la tente contre les menaces venues de l’extérieur.

Son malheur, c’est également de connaître, au fond, la fragilité de toutes ces défenses : lui sait pourquoi on a peur dans le noir, ou plutôt, de quoi.

Dans ses films, M. Night Shyamalan retarde au maximum le moment de montrer l’ennemi ou la cause du mal, ne faisant apparaître, dans un premier temps, que le bras du monstre dans "Le Village" ou des fragments d’extraterrestres dans Signes. "Sixième sens" joue donc davantage sur la marque, sur la trace : celle d’une main qui s’efface lentement sur la surface froide d’une table de cuisine, des griffures et des bleus sur le corps d’un enfant, une porte de placard laissée ouverte…

Tous ces signes, maîtres-mots du cinéma de M. Night Shyamalan, sont les indices d’une réalité autre. Non pas d’un autre monde, parallèle au nôtre, mais d’une interpénétration entre ce que nous connaissons et ce que nous sommes incapables de voir. Notre quotidien est plus profond que ce que nous pensons, et les choses, souvent, sont doubles, à l’image du paquet de céréales qui renferme la solution de "La Jeune fille de l’eau".

Mais ce monde se dompte. Grandir, dans "Sixième sens", c’est, au sens propre, affronter les fantômes. Cela signifie affronter la laideur du monde, la tristesse, la mort, certes. Mais c’est avant tout apprendre à écouter. "Sixième sens" est en effet l’un des plus beaux films sur l’écoute, l’attention à l’autre, que ce soit la patience du docteur avec son patient, l’irréductible amour de la mère, la peur surmontée pour écouter ceux qui nous font peur.

C’est d’ailleurs en écoutant attentivement une cassette audio que Malcom se met à croire ce que lui raconte Cole. Comme le psychanalyste, le spectateur est au début aveugle aux visions de Cole. Il semble gagner ce droit à voir, comme s’il fallait d’abord avoir gagné la confiance de Cole. Chez M. Night Shyamalan, il faut savoir écouter, et être capable de croire.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 juillet 2020 : Un air d'été

On entre dans la saison des vacances, pour vous comme pour nos chroniqueurs. Vous nous retrouverez tout l'été quand même avec des éditions web plus légères et toujours notre Froggy's TV bien sûr avec La Mare Aux Grenouilles et plein d'autres émissions. c'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

La Mare Aux Grenouilles #6, sommaire et replay
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.

Au théâtre :

en salle :
"Littoral" au Théâtre de la Colline
"Karine Dubernet - Souris pas" au Point Virgule
et dans un fauteuil de salon :
des créations :
"Yvonne princesse de Bourgogne" par Jacques Vincey
"Lucrèce Borgia" par Lucie Berelowitsch
"La Dernière neige" de et par Didider Bezace
"Pinocchio" de Joël Pommerat
"Soulever la politique" de Denis Guénoun
"Je marche dans la nuit par un chemin mauvais" de et par Ahmed Madani
Au théâtre ce soir :
"Darling chérie" de Marc Camoletti
"Le Tombeur" de Robert Lamoureux
"Une cloche en or" de Sim
du boulevard :
"Si c'était à refaire" de Laurent Ruquier
"Face à face" de Francis Joffo
du côté des humoristes :
"Bernard Mabille sur mesure"
"Christophe Alévêque est est Super Rebelle... et candidat libre !"
et finir l'Opéra :
avec du lyrique :
"Le Balcon" de Peter Eotvos par Damien Bigourdan
"Orlando furioso" de Antonio Vivaldi par Diego Fasolis
"La Flûte enchantée" de Mozart par Romeo Castellucci
et du ballet avec deux créations étonnantes : "Raymonda" de Marius Petipa et "Allegria" de Kader Atto

Expositions :

les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma at home avec :
le cinéma contemporain
"A woman at war " de Benedikt Erlingsson
"Lulu" de Uwe Janson 
"L'Apotre" de Cheyenne Carron
"La tendresse" de Marion Hänsel
"Crawl" de Herve Lasgouttes
"Nesma" de Homeïda Behi
le cinéma culte des années 1920 :
"Le cuirassé Potemkine" de Sergueï Eisenstein
"Nosferatu le vampire" de Friedrich Wilhelm Murnau
"Le Cabinet du docteur Caligari" de Robert Wiene
"Les Deux Orphelines" de D.W. Griffith
et l'entre deux avec les années 1970 :
"Mado"de Claude Sautet
"La Traque" de Serge Leroy
"La femme du dimanche" de Luigi Comencini
et retour au 2ème millénaire avec de l'action :
"Lara Croft : Tomb Raider, le berceau de la vie" de Jan De Bont
"Blade Trinty" de David S. Goyer
avant de conclure en romance avec : "Un havre de paix  de Lasse Hallström

Lecture avec :

"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=