Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Picasso. Chefs-d’œuvre !
Musée National Picasso  (Paris)  Du 4 septembre 2018 au 13 janvier 2019

Avec "Picasso - Chefs d'oeuvre !", le Musée national Picasso présente une exposition ambitieuse et didactique dès lors que son propos s'articule autour de la notion contingente et polysémique de chef d'oeuvre certes appliquée à Picasso mais néanmoins appréhendée de manière synthétique.

Une notion dont les commissaires Emilie Bouvard et Coline Zellal, conservatrices audit musée, donnent une pertinente définition mais qui rend néanmoins compte de la difficulté de l'entreprise étique, plastique et la construction sociale, culturelle et médiatique" qu'elles appliquent à l'oeuvre de Picasso.

A travers une sélection d'oeuvres picassiennes maîtresses, dont certaines présentées pour la première fois à Paris, dispensées dans un parcours chrono-thématique, la monstration vise, à proposer, appuyés de nombreux documents d'archives, un décryptage du processus créatif de l'artiste et une nouvelle lecture de la création picassienne au regard de sa réception critique.

Picasso, de l'oeuvre au chef d'oeuvre

Dès sa jeunesse, Picasso ambitionne de devenir le génie du 20 ème siècle et ce non dans une reconnaissance post-mortem mais immédiate et met tous les atouts de son côté pour accéder à la notoriété et à cette reconnaissance de son vivant. Outre une production prolifique, voire stahkanoviste, Picasso ne se cantonne pas sa vie artistique et acquiert une bonne connaissance des entités et processus dont dépend la catégorisation en chef d'oeuvre.

En 1897, encore élève à l'Ecole des Beaux-Arts de Barcelone, il sait que le premier pas consiste en ce 19ème siècle où règne l'académisme, en la reconnaissance par l'Académie royale de peinture et de sculpture du statut d'artiste pouvant ensuite postuler dans les Salons officiels et acquérir une visibilité "estampillée".

Ainsi réalise-t-il un un tableau dans le style du réalisme social, "Science et Charité", qui reçoit la validation institutionnelle puis remporte la médaille d'or de l'Exposition provinciale de Malaga.

Ensuite, pour soutenir ses ambitions modernistes, il conquiert les marchands d'art influents qui contribuent largement par leur goût et leur politique d'achat à la diffusion des oeuvres auprès du public et surtout des collectionneurs privés.

Ainsi Ambroise Vollard qui, fin limier, organise en 1901 la première exposition parisienne de Pablo Picasso et achète acquiert toute la production de la "période bleue" ou Paul Rosenberg, principal marchand de Picasso notamment à l'international avec sa galerie newyorkaise, qui apprécie la figure de l'Arlequin que va décliner Picasso en 1923.("Arlequin au miroir" - "Arlequin assis" - "Le peintre Salvado en arlequin").

Tout comme le thème également classique de l'Histoire de l'Art, celui de de la baigneuse qui se concrétise en 1937 dans les monumentales naïades marmoréennes exceptionnellement réunies ("Grande baigneuse au livre" - "La Baignade" - "Femme assise sur la plage").

Ces séries emblématiques remettent en question le chef d'oeuvre oeuvre unique et génèrent le concept d'"ensemble faisant chef-d'oeuvre".

L'autre acteur important au début du 20ème sont les institutions muséales mais il s'avère plus difficile d'influer sur les choix d'acquisitions des directeurs, choix subjectif résultant souvent d'un conservatisme consensuel et d'une frilosité à l'égard des mouvements novateurs.

Toutefois, "Les demoiselles d'Avignon" seront érigées en chef d'oeuvre de la modernité lors de leur entrée dans les collections du Museum of Modern Art de New York en 1939, toile évoquée que par les dessins préparatoires et la sidérante transposition tapissière de Jacqueline de La Baume-Dürrbach que le peintre, non sans ironie, a salué comme "mieux que l'original", qui, à l'instar du tirage en bronze de la sculpture du "Le Faucheur" dont l'original est en plâtre, interpelle sur la problématique de la reproduction des oeuvres

Pour répondre à la question de la multiplicité résultant des moyens d'expression artistique telle la lithographie, qui permet la large diffusion d'une oeuvre originale, l'exposition présente quelques unes des magnifique planches réalisées par Picasso pour le recueil de poèmes "Le Chant des morts" de Pierre Reverdy considéré comme un chef d'oeuvre du livre illustrée.

Même pour Picasso, la reconnaissance peut être tardive tel pour ses sculptures lors d'une présentation inédite en 1966 dans un "Hommage à Pablo Picasso" organisé au Grand palais et au Petit Palais par l'historien d'art Jean Leymarie.

Ce qui permet d'aborder l'impact des historiens d'art et des critiques d'art sur la qualification de chef d'oeuvre, des "professionnels" dont s'est entouré Picasso tel son compatriote le poète et écrivain Josep Palau i Fabre, biographe hagiographique auquel est consacré une section dans l'exposition.

Une exposition dense en 15 stations qui présente également le collage restauré "Les Femmes à leur toilette" opéré en 1937 à fin de carton de tapisserie, qui met en scène les "trois femmes" de Picasso à cette époque, et dans un accrochage façon "pêle-mêle" quelques toiles tardives figurant dans l'exposition posthume "Picasso 1970-1972" au Palais des Papes à Avignon.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée National Picasso

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation du Musée National Picasso


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 mars 2019 : C'est le Printemps...

Heure d'été, heure d'hiver, Brexit, Gilets Jaunes... heureusement que pour se détendre il y a encore la culture. Voici notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à entendre ! C'est parti !.

Du côté de la musique :

"Tempéraments" de Malik Djoudi
Interview avec Andrew Bird autour de son nouvel album "My finest work yet"
"Ma chair, mon sang" de Mo Cushle
"Bach to the future" de Olivier Latry
"Tout va bien se passer" de The Wild Classical Music Ensemble
A shiny day" de LANE
"Love in the time of shark attacks" de Attic Lights
"Move on, A Sondheim adventure" de Cyrille Aimée
"Horse in the house" de Gilles Poizat
"Whispered songs" de Julien Dexant
et toujours :
Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef, Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Belgian Rules - Belgium rules" à la Grane Halle de la Villette
"La Trilogie de la vengeance" aux Ateliers Berthier
"Le Direktør" au Théâtre de la Bastille
"Les Chaises" au Théâtre de l'Aquarium
"Dom Juan - Le Festin de Pierre" au Théâtre de l'Union à Limoges
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"le Festival le printemps de la danse arabe" à l'Institut du Monde Arabe
des reprises:
"Opéra Panique" au Lavoir Moderne Parisien
"Les Carnets de Harry Geller" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée" au Théâtre Le Lucernaire
"Ma cuisine" au Monfort Théâtre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"Les Nabis et le décor" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Synonymes" de Navad Lapid
"Styx" de Wolfang Fischer
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Animal" de Sandrine Colette
"Ce qui ne tue pas" de Rachel Abbott
Festival Quai du polar #15 avec entre autres Roberto Saviano - Elizabeth George - Michael Connelly - Ron Rash - Brian De Palma - Arturo Pérez-Reverte
"La cage" de Lilja Sigurðardóttir
"La faille du temps" de Jeannette Winterson
"La maison" de Vanessa Savage
"La punition qu'elle mérite" de Elizabeth George
"La transparence selon Irina / Une année de cendres" de Benjamin Foel / Philippe Huet
"Le chien de Madame Halberstadt" de Stéphane Carlier
"Une confession" de John Wainwright
et toujours :
"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=