Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce BlauBird
Rising, la fin de la tristesse  (Elles & O / Differ-Ant)  septembre 2018

Un oiseau bleu prend son envol, tel une rampante chenille accède à la grâce d’un papillon, Laure et Olivier Slabiak sont BlauBird, entre lyrisme et trip-folk réconfortante, l’album s’intitule (à point nommé) Rising, la fin de la tristesse.

Les accords ont la grâce fragile d’une valse improvisée sur un champ de ruines, les rythmes sont les battements du temps au-delà des larmes, de ce temps qui passe et affine les rudes contours tristesse en un vague à l’âme et des souvenirs tendres. En français souvent, en anglais parfois, en yiddish un peu. Intense.

A toi l’affligé, toi dont les revers accablent l’existence, dont les tristes imprévus pavent le chemin, à toi l’accablé de chagrin, voit BlauBird faire scintiller les flots de ton âme éplorée, écoute sa voix murmurer la douceur de la mélancolie et transfigurer ta peine en myriades de souvenirs enchantés. La nostalgie habite chaque titre de l’album, inclinant l’auditeur vers le cristal des pensées errantes. Onirique.

Bouleversante complainte à ce qui n’est pas "et toi tu n’es pas là, parfois je crois je pleure j’aimerai que tu sois là, que tu sois tout à moi, que tu sois contre moi, j’aimerai être dans tes bras, mais toi tu n’es pas là, non toi tu n’es pas là, et je dois je dois faire sans toi" ("L’absence"), terrible ressenti que celui du rien qui fait mal.

On s’abandonne volontiers aux dix titres de l’album, dix mélopées dont une mise en musique de Victor Hugo "à l’heure où blanchit la campagne, je sais que tu m’attends" ("Demain, dès l’aube"). Rising est construit des brumes de rêves et de poussières de poésie, l’album annonce sans équivoque La fin de la tristesse, de ce qu’il reste quand le deuil est assimilé, quelques soupirs et ces silences lointains.

D’un romantisme drapé de deuil et d’espoir, BlauBird réussit à nous transposer dans un réel habité par les transformations des corps et des cœurs. Et non, l’album ne file pas le bourdon, il évade les pensées vers des infinis immobiles et donne de furieuses envies de pâtisseries régressives.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Laure Slabiak
Le Bandcamp de BlauBird
Le Soundcloud de BlauBird
Le Facebook de BlauBird


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 23 juin 2019 : Un festival de festivals

On vous parle bientôt du Hellfest, on vous parle déjà du Magnifique Society, on va partir au festival de Beauregard... bref, c'est l'été, la saison des festivals et on va vous tenir compagnie tout l'été, histoire de vous rafraichir les idées pendant que votre corps suera à grandes eaux sous le soleil caniculaire. Voici le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Une clairère" de Jérôme Minière
"Cheval fou" de Marie Claire Buzy
"Le pas de côté" de Matthieu Malon
"Trust in the Lifeforce of the Deep Mystery" de The Comet Is Coming
"Years to burn" de Calexio & Iron and Wine
"Tutto va vene" de Alex Rossi
"The coffin train" de Diamond Head
"Black Haze" de Lloyd
Compte rendu du Magnifique Society à Reims :
- Vendredi avec Delgrès, Franz Ferdinand, The Fat White Family...
- Samedi avec Pond, Bagarre, Sebastian etc.

et toujours :
"Frescobaldi : Toccate e partite d'intavolatura di cimbalo, libro primo" de Christophe Rousset
"Ravel l'exotique" de Ensemble Musica Nigella & Takénori Némoto & Marie Lenormand & Iris Torrosian & Pablo Schatzman
"Rouen dreams" de Jean-Emmanuel Deluxe & Friends
"Antonio Salieri : Tarare" de Les Talens Lyriques & Christophe Rousset
"N'obéir qu'à la terre" de Louise Thiolon
"... Ni précieuse" de Malakit
"Différent" de Monsieur
"Women's legacy" de Sarah Lenka
"At the end of the year" de Thomas Howard Memorial
"Génération guerre sainte" de Torquemada

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Why ?" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Evaporés" au Théâtre de la Tempête
"Elle voit des nains partout !" au Café de la Gare
"Nous deux et personne d'autre" au Lavoir Moderne Parisien
"Roger, Roger et Roger" au Café de la Gare
"Olympicorama - Epreuve n°2 : Le disque" à la Grande Halle de La Villette
"Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles à l'affiche en juin

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma :

les films de la semaine :
"Natan, le fantôme de la rue Francoeur" de Francis Gendron
Oldies but Goodies avec "L'Age d'or" de Luis Bunuel
et la chronique des films à l'affiche en juin

Lecture avec :

"Avis de décès" de Zhou Haohui
"L'évasion du siècle" de Brendan Kemmet
"La lame" de Frédéric Mars
"La solitude Caravage" de Yannick Haenel
"Malamorte" de Antoine Albertini
et toujours :
"Au péril de la mer" de Dominique Fortier
"Etre soldat de Hitler" de Benoit Rondeau
"La nation armée" de André Kaspi
"Le karaté est un état d'esprit" de Harry Crews
"Le rêve de la baleine" de Ben Hobson
"Les deux vies de Sofia" de Ronaldo Wrobel

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=